TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e






I. Comités d'entreprise : TO vs agences, une guerre de tranchées qui ne dit pas son nom !

Enquête sur le marché des CE en matière de voyages*



Le salon LoisirExpo 2014, dédié aux comités d'entreprise, se tient actuellement à Paris, jusqu'à jeudi 18 septembre 2014. Ce marché dans le secteur du tourisme, c’est un peu une guerre de tranchées qui ne dit pas son nom. En période de chasse, les intermédiaires gênants sont supprimés peu à peu, au mépris parfois de la déontologie comme de l’efficacité. Mais chut ! Pas de gros mots ici.


Rédigé par Aline PONTAILLER le Mercredi 17 Septembre 2014

Le marché est trop gros et souffre d’une désintermédiation totale. Les CE, qui ont tout compris, mettent TO et AGV en concurrence - © Adrian Hillman - Fotolia.com
Le marché est trop gros et souffre d’une désintermédiation totale. Les CE, qui ont tout compris, mettent TO et AGV en concurrence - © Adrian Hillman - Fotolia.com
L’importance du réservoir sur le marché des comités d'entreprise - on parle de 7 Mds € pour la partie tourisme - même si les négociations sont souvent âpres et les taux de commissions réduits, ne peut manquer d’interpeller les prestataires.

Les gros TO ne s’y trompent pas, qui ont tous désormais une structure de démarchage des collectivités.

Parfois au grand désespoir des agences sur le terrain, qui voient fleurir les sites de vente directe dédiés à ces prescripteurs en puissance, avec des tarifs spécifiques contre lesquels elles ne peuvent se battre (ex : Voyagesdirects.fr pour Thomas Cook).

"C’est une partie de poker menteur où personne ne dévoilera son jeu" nous dit-on en off.

Le marché est trop gros et souffre d’une désintermédiation totale. Les CE qui ont tout compris mettent TO et AGV en concurrence.

Pour les gros affréteurs, c’est une clientèle de volume, qui remplit souvent les basses saisons, et pour laquelle on est prêt à vendre à prix coûtant afin de remplir les avions.

La marge se fait au détriment des individuels complémentaires. Les petits, ceux qui dépendent d’allotements prépayés, ne peuvent pas suivre.

"Aujourd’hui, il faut se battre contre des pools de commerciaux dédiés à cette clientèle. Une solution pour des gens comme moi est de viser les entreprises de 50 à 700 salariés, de préférence loin de la région parisienne, explique le groupiste indépendant, Alain Ballouard.

Plus la boîte est grosse, plus le CE devient une entreprise dans l’entreprise et il est alors régulièrement visité par les vendeurs des gros fournisseurs. Il y a moins de concurrence dans les PME de province".

Assurer la fidélisation

Outre les prix serrés, les techniciens des CE cherchent aussi des partenaires fiables.

Le contact direct s’avère primordial, sur rendez-vous après prospection ou lors des salons qui leur sont réservés, comme ceux organisés par SalonsCE, à Paris et en province.

La difficulté est de rester à l’écoute des changements de partenaires à chaque élection. Événement récurrent qui impose de tenir les fichiers à jour et souvent de renégocier les contrats.

Cela demande une attention constante et un investissement à long terme pour lequel tous les services commerciaux ne sont pas armés. Ce qui laisse quelque espoir aux petits…

Ange Dervent, pour Transat France résume la situation à merveille : "le marché des CE sera toujours là. La crise ne fait évoluer que le montant des subventions, mais elles existeront toujours.

Ce sont des clients qui paient d’avance. Ils ne parlent pas de rétro commissions et ils remplissent les basses saisons.

Tout le monde les veut.
C’est à nous d’évoluer pour s’adapter aux comportements induits par les nouvelles technologies."


Laissons une conclusion, très provisoire, à Sandrine Chemla, responsable du service groupes chez Asia : "plus ça va, plus la compétition est rude.

Les gros CE qui ont encore des moyens sont exigeants en créativité, originalité, produits hors sentiers ou écotourisme.

Les petits ne parlent que de budgets, mais pour nous la pression est la même."


De nombreux coins sombres, beaucoup de flou, peu ou pas de chiffres fiables, le marché CE est un peu une bouteille à l’encre, mais incontestablement bien pleine !

Ce gibier nourri à une source qui ne peut pas tarir, attire les affamés en ces périodes de vaches maigres.

Resterait peut-être à préciser les règles de la chasse.


* Petit état des lieux qui ne tient pas compte de la gestion de patrimoine et de ventes loisirs des collectivités, mais uniquement des voyages proposés et vendus aux salariés.

A lire aujourd'hui dans notre newsletter Groupes / CE, le deuxième volet de notre enquête : "Comportement client : les nouvelles attentes des comités d'entreprise"

Lu 4006 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Février 2018 - 12:04 Loi Macron et le CSE en discussion au salon Eluceo



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75






Dernière heure











 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle