TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


IATA booste-t-elle délibérément l'activité des consolidateurs aériens ?

Les compagnies aériennes souhaitent ébranler l'hégémonie des GDS



Les compagnies aériennes ont-elles la dent dure contre les agences de voyages ? C'est en tout cas ce que laisse présager la mise en place de la norme NDC, du nouveau BSP ou des récentes décisions prises par IATA. Et si les transporteurs cherchaient tout simplement à réduire les intermédiaires et faire le jeu des agrégateurs aériens ? Eléments de réponse.


Rédigé par La Rédaction le Lundi 14 Janvier 2019

Les compagnies aériennes mènent une intense bataille pour une désintermédiation du secteur. Si les agences de voyages en subissent les dommages collatéraux, les véritables adversaires sont avant tout les GDS - Crédit photo : Depositphotos @popaukropa
Les compagnies aériennes mènent une intense bataille pour une désintermédiation du secteur. Si les agences de voyages en subissent les dommages collatéraux, les véritables adversaires sont avant tout les GDS - Crédit photo : Depositphotos @popaukropa
Si IATA déclare ne pas être ouvertement en guerre contre les agences de voyages, elle leur complique grandement la vie depuis quelques temps.

L'application de la norme NDC, le nouveau BSP et les décisions récentes de l'association internationale des compagnies aériennes (IATA) pour imposer ses conditions à la distribution vont dans le sens de la rupture.

"En renforçant les règles de contrôle des agences, cela permet à IATA de prendre toute une série de décisions unilatérales qui ne vont jamais dans l'intérêt des voyagistes" expliquait Michel de Blust, Secrétaire général de l'ECTAA après les dernières décisions prises par l'association.

Une attitude qui ne déplaît pas à tous les opérateurs, notamment aux agrégateurs aériens.

Un responsable nous confiait d'ailleurs : "il devient nettement plus facile maintenant de recruter des agences, tant les règles pour obtenir l'agrément IATA ont été durcies.

Francois Garrabos, directeur des transports de Resaneo ne s'en cache pas non plus : "il est bien pour nous qu'une agence abandonne son agrément, je ne vais pas le cacher".

Une désintermédiation si profitable pour les agrégateurs ?

La situation est profitable aussi du côté de Misterfly, où les restrictions de IATA sont une aubaine pour le business.

"Elles font clairement partie des raisons pour lesquelles nous ne cessons de croître," confie Frédéric Pilloud, son directeur digital.

Les agences de voyages sont de moins en moins nombreuses à demander leur agrément. D'après l'ECTAA, dans tous les pays européens, le programme IATA perd entre 5 et 10% d'affiliés chaque année.

Toutefois, si les ventes s'accumulent et le chiffre d'affaires grossit, les contreparties sont nombreuses pour les agrégateurs.

"Si les conditions sont lourdes pour les petites agences, alors imaginez pour nous. Nous avons une directrice financière qui passe sa vie sur les dossiers IATA", souffle le responsable de Misterfly.

L'aérien vers une désintermédiation totale ?

Et les conditions d'obtention de l'agrément IATA devraient encore évoluer.

Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage déclarait dans une interview accordée à TourMaG.com : "aujourd'hui IATA rêve du paiement à la semaine, mais son grand fantasme c'est le paiement quotidien et si possible avant l’émission !

L'association ne le dit pas de manière aussi claire, mais c'est ce qu'elle imagine... Nous sommes dans un rapport de force."


C'est aussi ce que constate François Garrabos de Resaneo : "les transporteurs mettent la pression sur IATA pour raccourcir les délais et demandent une plus grande sécurisation des transactions".

Les agrégateurs eux aussi souhaitent sortir des griffes de IATA.

Chez Misterlfy, "la part des ventes IATA ne cesse de baisser, car nous passons nous-mêmes de plus en plus en direct avec les compagnies", explique Frédéric Pilloud.

Les compagnies aériennes pourront-elles se passer d'intermédiaires ? Après avoir déclaré la guerre aux GDS, peuvent-elles vraiment écarter les agences de voyages ?

Rappelons que 70% des ventes Air France sont générées par les agences de voyages. La distribution est aussi prescriptrice des billets haute contribution (business et première).

Et comme le rappelle aussi le responsable transport de Resaneo : "il ne faut pas oublier que les ventes additionnelles sont l'apanage des agents de voyages"...

Lu 1132 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 15/01/2019 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IATA est la Pieuvre qui veut étouffer les agences de voyages pour avaler ensuite les agrégateurs puisque progressivement depuis 2017 IATA a organisé le transfert de l'agrément IATA vers les agrégateurs qui connaîtront à leur heure les affres des agences de voyages et des GDS .

Jean Pierre MAS n'est pas un visionnaire, IATA a déjà dépassé le rapport de force dont il parle..A contrario il devrait surveiller les diktats imposés par IATA chaque 1er juin de chaque année dans le manuel des agences de voyages que personne ne lit qui pourtant affaiblit la distribution chaque année un peu plus.Il serait souhaitable que nos instances nationales s'intéressent de près aux textes existants ou modifiés chaque année par IATA par petites touches entraînant d'énormes contraintes aux agences de voyages ..

L'Association IATA bien protégée derrière son statut d'association ne peut être accusée d'occuper un monopole mondial qu'elle pratique cependant à travers ses filiales commerciales internationales avec
son siège tricéphale implanté en Suisse au Canada et en Espagne.
IATA le Picsou de la BD des agences de voyages rêve de plus d'argent ,plus , plus encire plus des 32, 3 milliards de dollars de bénéfice réalisé en 2018....
IATA va atteindre la totale désintermédiation rapidement en encaissant directement du client le billet d'avion payé à l'avance à la réservation avec la complicité de chaque compagnie nationale qui pratique le lobbying gouvernemental dans chacun des pays du monde .
La mise en place de la BLOKCHAIN via la norme NDC (sous prétexte d'offrir plus de services) est imminente après la mise en place de sa centrale de paiement internationale en Inde .

Les agences vont devoir repenser leur modèle économique. Jean Pierre Mas y pense t il ( ? )
Mais tout ça on le savait avant.....

Bel enfumage IATA qui fait preuve d'une mémoire courte. IATA s'est servie sans scrupule à titre gratuit durant plus de 40 ans du seul réseau commercial mondial gratuit que son les agences de voyages pour étendre sa puissance internationale et remplir les avions via des commerces de proximité au frais des agences de voyages.
Pas étonnant qu'un simple regard condescendant soit jeté aujourd'hui sur les agences de voyages manipulées durant toutes ces années !
De quoi avoir quelque rancoeur envers les membres IATA que sont les compagnies aériennes adhérentes qui vont voir le trafic mondial s' accoître de 30% dans les prochaines années, la mondialisation se faisant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips