TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


La Chine veut devenir une grande puissance de l’aviation mondiale

Déjà 815 commandes de Comac C919



Alors que le réseau intérieur chinois est appelé à devenir le premier marché aérien mondial, les autorités redoublent d’efforts, et d’espionnage industriel, pour que les premiers appareils de Comac, l’ambitieux constructeur public, puissent voler dès 2021.


Rédigé par le Lundi 25 Novembre 2019

Un des 5 premiers prototypes de Comac C919 © BY-SA 4.0
Un des 5 premiers prototypes de Comac C919 © BY-SA 4.0
En 2019, la China aviation supplies holding company a réalisé une commande record de 290 Airbus A320 d’une valeur totale de 35 milliards de dollars.

Cette même année, un protocole d’accord portant sur le développement de la coopération industrielle entre Airbus et la Chine a été signé, prévoyant plus de productions et de livraisons d’appareils Airbus depuis la Chine.

Malgré cela, alors que le réseau intérieur chinois va devenir le plus grand marché mondial et que les prévisions de marché prévoient que la Chine aura besoin de quelque 7560 appareils neufs sur les deux prochaines décennies, l’Empire du milieu veut aujourd’hui réduire sa dépendance à Airbus et Boeing.

« L’industrie aéronautique chinoise est plus prête qu’elle n’y paraît. Les autorités chinoises veulent devenir une grande puissance de l’aviation mondiale et elles vont y parvenir », lançait Eric Schulz, l’ancien directeur des ventes d’Airbus sur le dernier congrès World Connect d’APG, lors d’une intervention sur le protectionnisme économique et les nouvelles guerres commerciales.

« Il n’y a aucun doute qu’elles vont utiliser leur pouvoir politique sur l’Asie et l’Afrique pour cela et deviendront un nouveau compétiteur pour l'industrie aéronautique », ajoutait-il.

Des Comac dans le ciel en 2021 ?

Les énormes ambitions de la Chine en la matière tiennent toujours en un mot : Comac, pour Commercial Aircraft corporation of China, le constructeur public du pays. Son premier projet, l’ARJ21, appareil régional de moins de 100 places, commence tout juste à être livré.

Surtout, le projet de mono couloir moyen-courrier C919, dont les premiers vols d’essais ont été effectués en 2017, poursuit son développement, les autorités chinoises prévoyant toujours des premières livraisons en 2021.

Environ 815 exemplaires auraient déjà été commandés par une trentaine de compagnies chinoises et, avec entre 160 et 190 passagers, l’avion est appelé à devenir un sérieux challenger aux A320 et B737.

Pour les dirigeants de Comac, l’objectif est simple : hisser la marque « d’ici 2035 au niveau des grands avionneurs mondiaux ».

Espionnage industriel

Pour parvenir à développer sa marque, tous les moyens sont bons pour les autorités chinoises.

En octobre 2019, les chercheurs en sécurité du cabinet CrowdStrike ont mis en évidence dans un rapport les connexions entre un groupe de hackers spécialisés sur les données aéronautiques et le ministère de la Sécurité d’Etat chinois.

L’objectif de ces attaques informatiques menées depuis plusieurs années est d’acquérir de la propriété intellectuelle pour aider Comac dans le projet C919.

Le projet s’appuyant largement sur des composants européens et américains, les attaques veulent permettre de fabriquer l’intégralité des avions Comac directement en Chine, explique le rapport de Crowdstrike, qui détaille le schéma de fonctionnement des hackers et du gouvernement.

Certains fournisseurs du C919, dont Honeywell ou Safran, auraient été touchés.

Avions électriques et avions spatiaux

A noter enfin que la deuxième puissance économique mondiale ne se cantonne pas à l’aviation commerciale et vient de réaliser une percée importante dans le développement de son propre avion spatial à deux étages. Le projet, baptisé Tengyun et lancé en 2016, prévoit un premier vol d’essai en 2030.

Ces derniers jours, le premier avion électrique chinois à quatre places, le RX4E, a également effectué un premier vol réussi, « marquant la naissance d’un nouveau produit d’avion et la position de leader mondial du pays dans le développement des avions électriques », d’après un communiqué de l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Shenyang, dans la province du Liaoning.

Pour l’instant, le RX4E peut, avec un poids au décollage de 1200 kg, voler 1,5 heure sur 300 km le tout à une vitesse de croisière de 200 km/h.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 5197 fois

Tags : Airbus, Boeing, Chine
Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips