TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La case de l’Oncle Dom : Fram... il reste des zones d'ombre et du flou artistique!

L’édito de Dominique Gobert



Fram... Quel silence assourdissant de ce côté et pourtant, qu’en est-il vraiment ? Si, du côté des équipes commerciales, on se « défonce », que les innovations « produits » se succèdent, il n’empêche que rien n’est totalement réglé, malgré sa reprise par Karavel/Promovacances…


Rédigé par le Mardi 11 Juin 2019

Quant à la situation financière, malgré une promesse de retour à l’équilibre qui aurait dû intervenir fin 2018 si j’ai bonne mémoire, nous en sommes encore à une grande enjambée…  - DR
Quant à la situation financière, malgré une promesse de retour à l’équilibre qui aurait dû intervenir fin 2018 si j’ai bonne mémoire, nous en sommes encore à une grande enjambée… - DR
Si j’en crois nos confrères de La Tribune, alors que la reprise du voyagiste avait été définitivement entérinée en novembre 2015 par le Tribunal de Commerce de Toulouse, la reprise en faveur de Karavel/Promovacances, sous la tutelle du fond d’investissement LBO France, quelques zones de « conflit » et de flou artistique subsistent encore.

Conflit qui porte sur un « différend » acté dans le jugement du Tribunal de Commerce de Toulouse qui indique que « Le repreneur supportera prorata temporis l'ensemble des charges, taxes, impôts, salaires et charges sociales des salariés repris et toutes les contributions liées à l'exploitation à compter de l'entrée en jouissance (26 novembre 2015 minuit).

L'ensemble des charges, taxes, impôts, salaires ou autres dont le fait générateur est antérieur à la date d'entrée en jouissance restera à la charge du cédant
».

Mais là dessus on n'est plus d'accord. Pour LBO, la notion est obsolète, et « non prévue dans son business plan » ! Du coup, si j’en crois les différentes approches de ce dossier extrêmement complexe, il serait réclamé, depuis 2016, « aux organes de procédure », la somme de 11,9 millions d’euros.

Damned et c’est loin d’être fini, mais pour le moment, tout ce grand déballage n’est pas vraiment favorable à la sérénité de l’entreprise.

D’autant que socialement, rien n’est totalement clair non plus de ce côté-là.

Si j’en crois l’enquête menée par La Tribune, que je cite « en trois ans, le voyagiste toulousain a été confronté à plus de 150 départs, compensés seulement par près de 70 embauches sur les trois dernières années. Actuellement, l'entreprise compte 250 CDI, ce qui est loin des engagements initiaux ».

Quant à la situation financière, malgré une promesse de retour à l’équilibre qui aurait dû intervenir fin 2018 si j’ai bonne mémoire, nous en sommes encore à une grande enjambée…

Malgré des envies et des efforts certains de la part des collaborateurs rescapésde Fram…

Du côté de la direction du groupe, on ne nie pas les difficultés, mais il n’empêche que le silence reste le meilleur moyen de résistance. Et pourtant, avec l’arrivée de la saison d’été, la situation reste cruciale.

D’autant que la distribution, restée pourtant extrêmement solidaire et fidèle envers le voyagiste quasi-historique du paysage touristique français, semble de plus en plus « prudente » …

Et que la clientèle historique du tour-opérateur a aussi évolué et que la place, la nature et le marché ayant horreur du vide ou de la « zizanie », a été rapidement remplie par des opérateurs concurrents et, c’est normal, à l’affût de la moindre opportunité.

Pour Karavel/Promovacances, il est indispensable de réussir le pari de la « relève » du voyagiste, du moins lui faire parvenir à un retour à l’équilibre rapide et à très court terme, ne serait-ce que pour le vendre en évitant d’y laisser trop de plumes.

Ce qui est faisable mais pour combien de temps encore ?

D’autant que, et c’est à mon avis une erreur, la filiale « low cot » de Fram, Plein Vent, semble avoir étrangement intégrée un placard… prudent ?

On peut également s’étonner, après plusieurs tentatives sans grand succès, de ce management extrêmement discret… A tel point que, hormis Alain de Mendonca qui ne peut pas tout faire, on se demande qui dirige vraiment le tour-opérateur ?

Et, autre question, qui va, finalement récupérer les quelques millions de la vente des filiales marocaines au Maroc ?

Apparemment, l’affaire reste toujours en suspens.

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 3937 fois

Notez



1.Posté par Pierre le 12/06/2019 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on me dit 100 et au final c'est 150 voir plus je dis c'est de la pub mensongère.a plusieurs reprises il m'est arrivé de contacter ce site,ou il n'y a plus de place ou c'est plus cher ou les bagages ne sont pas compris dans le transport etc...etc.
Honnétement pour moi tout ce systéme d'approche du client est desuet,le client sait compter et la concurrence fait mieux,a service égal.A partit de:ça ne veux rien dire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips