1998 - 2018  BRAVO ET MERCI  LES BLEUS !
TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : on transformera (peut-être) la France mais... pas la DGAC !

L’édito de Dominique Gobert



Toujours un moment intéressant que cette assemblée générale du BAR à Paris. Rien que le nom d’ailleurs m’attire systématiquement de la part de la rédaction quelques commentaires sympas lorsque je dépose mon intention d’aller au… Bar !


Rédigé par le Mercredi 31 Janvier 2018

transporteurs et distributeurs, expliquez bien à vos passagers que, s'il attend si longtemps avant de passer les différents contrôles de sécurité, c’est parce qu'il n'a pas assez payé ! - © underworld - Fotolia
transporteurs et distributeurs, expliquez bien à vos passagers que, s'il attend si longtemps avant de passer les différents contrôles de sécurité, c’est parce qu'il n'a pas assez payé ! - © underworld - Fotolia
C’est traditionnel, cette Association, le BAR France (Board of Airlines Representatives), toujours sous la Présidence de Jean-Pierre Sauvage, réunit ses membres lors de son Assemblée Générale annuelle.

Il en profite aussi pour convier les grands responsables du secteur, histoire de faire partager les grandes angoisses des transporteurs aériens…

Pour vous informer sur les informations qui sont ressorties de cette assemblée, je vous renvoie sur l’excellent papier de mon confrère.

En revanche, il est toujours particulièrement surprenant de constater que certaines instances, indispensables et incontournables du transport aérien français, restent encore campées dans des positions dignes d’un passé dévolu et totalement obsolète !

Tiens, par exemple, la sécurité et les problèmes rencontrés cet été dans les aéroports, les attentes interminables, les vols retardés pour cause de manque de matériel et de personnel aux postes de contrôle.

Pourtant, relevait avec malice le président du Bar, Sauvage, « cette l’anomalie coûteuse que représentent les coûts de sûreté, tâche essentiellement régalienne, couverts par la taxe d’aéroport et supportés intégralement par les seuls clients des compagnies aériennes » devrait être abondée également par « toutes les entités, (qui tirent) un bénéfice de leurs activités commerciales sur les aéroports ».

Ça c’était un premier point, visant directement la DGAC (Direction Générale de l’aviation Civile), représentée d’ailleurs par son patron, Patrick Gandil.

Ben, du côté de la DGAC, tandis que la nouvelle équipe gouvernementale entend « transformer la France », on doit sûrement être resté dans un autisme de longue, très longue haleine ! Parce que là, vraiment, rien ne change.

Dominique Gobert
Dominique Gobert
Pourtant, cette taxe d’aéroport, qui représente la bagatelle d’environ 1 milliards et quelques millions d’euros annuels, est entièrement payée par les passagers, histoire de leur faire piétiner durant des plombes face à des fonctionnaires de la Paf en sous-effectif…

Eh bien, pour Patrick Gandil, lequel a sûrement dû travailler dans un autre temps avec cette excellente Madame Bénadon (ancienne patronne de la DGAC, un figure !) sans s’émouvoir le moindre du monde, ne trouve (sic) « rien de scandaleux à ce que le passager paye pour sa sécurité » !

Et puis, mais ça c’est moi qui le dis, après tout, le passager, s’il veut voyager, faut bien payer, non ? Conclusion, transporteurs et distributeurs, expliquez bien à vos passagers que, s'il attend si longtemps avant de passer les différents contrôles de sécurité, c’est parce qu'il n'a pas assez payé !

Grotesque, mais vrai.

Le fin du fin, c’est quand même Gandil qui défend les aberrations sociales de ses contrôleurs aériens. Jean-Pierre Sauvage faisait quand même remarquer que l’année avait été marquée par un « record » de grèves des contrôleurs, pénalisant gravement les transporteurs et leurs passagers.

Ben, aucun souci pour le patron de la DGAC. « Vous savez, m’a-t-il dit, un peu colère malgré tout, le droit de grève en France, c’est un principe de la démocratie. Et puis, en France, nous avons le service minimum.

Regardez par exemple en Allemagne, leurs contrôleurs sont payés le double. Vous n’êtes même pas renseignés »
.

Ben si, Monsieur Gandil. En France, le salaire moyen tourne autour de 70 000€, sans parler des avantages, vacances et retraites diverses et variées. Chez nos voisins teutons, ça tourne sensiblement entre 70 et 130 000€, avec beaucoup moins d’avantages. Et sans grèves !

Et pour aller plus loin, si mes chiffres sont bons (ils le sont), nous disposons en France d’environ 4000 contrôleurs contre 1700 en Allemagne, un peu moins en Italie et en Grande Bretagne.

Je ne manquerais pas de citer, moi qui ne suis « pas renseigné, cher Monsieur Gandil », un écrit de Jean-Louis Baroux, fondateur d’APG, publié chez un confrère : « L’aveu d’impuissance a été fait par le Directeur de la DGAC, Monsieur Patrick Gandil en personne, devant la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire à l’Assemblée Nationale le 13 octobre 2009.

Je cite : "Je ne suis pas fier de ce que je vous dis. Mais c’est la réalité. Je dois composer avec un certain climat social qui rend la situation assez désagréable, mais les contrôleurs rendent un service assez performant quand on considère sa réalité" »


Et puis, quand il y a une grève, la DGAC ne va quand même pas rembourser la perte de revenus des compagnies aériennes, non mais sans blague !

Ni surtout indemniser les passagers…

Lu 1900 fois

Notez



1.Posté par Gilles Gompertz le 01/02/2018 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
je ne partage pas pleinement votre point de vue. Comme vous, je suis ulcéré de voir les passagers maltraités à de trop nombreuses occasions, et pas toujours pour de bonnes raisons.
Cecie étant, nous avons un Directeur Générale de l'Aviation Civile qui essaie de faire bouger les lignes, qui dialogue, en interne comme en externe, alors qu'il y a une trentaine d'années, un de ses prédécesseurs avait répondu sur un plateau télé "Si vous n'êtes pas content, prenez le train".

On constate que dans notre pays, il y a rarement de dialogue social sans grève. Faut-il pour autant s'obliger à céder avant la grève ? Est-ce l'Etat qui est coupable de cet état de fait ?

Nous sommes confrontés à une menace terroriste sans précédent, et chaque attentat ou incident enflamme tous les esprits. L'Etat, la DGAC, au prix de gros efforts humains, financiers, au prix de contraintes à la limite du supportable pour les passagers et les personnels aéroportuaires, ont réussi à préserver la sécurité dans les zones réservées de l'aéroport, pourtant très attirantes pour les terroristes. L'Etat a décidé de renforcer les contrôles au départ de notre territoire, très rapidement, sans attendre le dimensionnement de tous les moyens qui vont avec. Est-ce une erreur ?

Oui, on peut mieux faire, mettre plus rapidement des Parafe plus nombreux, plus efficaces. Il faut le faire, les résultats sont encore décevants.

Mais au moins, on a un DGAC, une DGAC dans son ensemble, qui ne se cache pas derrière son doigt, et qui en dialogue avec les professionnels de l'industrie. C'est déjà ça.

Bien à vous

Gilles

2.Posté par Burger le 01/02/2018 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dimanche 28 janvier à 9h00 : temps de contrôle de 70 passagers arrivant de LUX : 45 ' environ !!! pour des correspondances...

3.Posté par Chapus Franck le 01/02/2018 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec vous Dominique, nous ne devons pas nous contenter de ce que nous avons et en plus des fonctionnaires bien au chaud qui pensent, comme il y a 20 ans !!! Cette situation doit inciter le gouvernement à chercher des solution digitales et techniques pour se passer le plus possible de ces personnes qui polluent notre quotidien depuis trop longtemps.
J'aime bien le "Bar, Sauvage..." :)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle