TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Le confinement, changement dans la continuité ou comportements durables ?

Décryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



La grande question sociétale à se poser concerne la pérennité des comportements (loisirs, travail, famille, consommation…) développés pendant le confinement : seront-ils durables ou non ? Marquent-ils des ruptures ou, au contraire, n’ont-ils été que provisoires ? Annoncent-ils le futur ou bien sont-elles simplement une confirmation de l’adaptabilité dont l’homme est capable ?
Le champ d’investigation est immense et si les enquêtes étaient faites, les résultats seraient particulièrement intéressants. Mais, peu d’études ont été réalisées, excepté dans le domaine du travail, de la consommation et fort pertinemment dans celui de la culture. C’est sur cette dernière recherche que nous nous concentrons afin de démontrer que la réalité n’a pas été forcément conforme aux commentaires prêts à l’emploi diffusés par les médias.
(SUITE DE L'ARTICLE RESERVEE AUX ABONNES)


Rédigé par Josette Sicsic (Futuroscopie) le Mercredi 16 Décembre 2020

Etude sur les activités pendant le confinement :  l’écoute de musique et la lecture de livres ont chuté - Depositphotos.com iuricazac
Etude sur les activités pendant le confinement : l’écoute de musique et la lecture de livres ont chuté - Depositphotos.com iuricazac
Le confinement surtout celui du printemps a forcément induit des comportements relativement nouveaux.

Pour la première fois de notre existence, assignés à résidence, télétravaillant, sortant une heure seulement, déjeunant et dînant à la table familiale, occupés à gérer devoirs et divertissements des enfants, nous qui étions devenus des amateurs de pratiques de loisirs « outdoor », avons dû muter en spécialistes des loisirs « indoor ».

Beaucoup a été dit, filmé, écrit sur le sujet et surtout médiatisé à l’infini. Si bien que, dans l’opinion, l’idée selon laquelle nous pouvions parfaitement bien nous débrouiller à meubler notre temps libre à la maison a infusé.

Les Français se sont mêmes découverts follement créatifs, patients avec leur entourage et solidaires. On les a surtout évoqués utilisant au maximum les capacités des écrans et regardant avec passion films cultes, concerts, conférences, sans compter les visites d’expositions et de musées.

La partie semblait donc être gagnée. Un virus avait apparemment réussi ce que des années de politiques de démocratisation culturelle n’avaient pas réussi : les Français prenaient le temps de profiter de leurs artistes et de la formidable énergie qu’ils déployaient. Mais, qu’en a -t-il été exactement ?
(SUITE DE L'ARTICLE RESERVEE AUX ABONNES)

Les pratiques amateurs en hausse

A la demande de la DEPS (ministère de la Culture), le Credoc a interrogé du 20 avril au 4 mai dernier, un millier de Français sur leurs activités de loisirs pendant le confinement.

L’institut a ensuite surtout comparé les résultats de cette étude exceptionnelle avec ceux de la grande et indispensable étude sur les « Pratiques culturelles des Français », réalisée tous les 10 ans, qui venait d’être publiée. (à consulter sur le site : www.culture.gouv.fr)

Premier constat plutôt encourageant : on a bel et bien assisté à une intensification des pratiques en amateur - musique, danse, dessin, peinture, sculpture, montage audio ou vidéo, activité scientifique ou technique - et à une forte consommation de contenus culturels sur écran - vidéos en ligne et jeux vidéo - accompagnée d’un boom de l’utilisation des réseaux sociaux.

Ainsi, le chant a enregistré un gain de 7 points alors que les activités scientifiques, notamment l’observation du ciel, a explosé passant de 7 à 17 points. Encore plus encourageant, ce sont les jeunes qui ont été les plus actifs : ils ont été 71% dans ce cas contre 57% en temps normal. Alors que les seniors, en général retraités n’ont pas progressé.

Autre signe positif : on a enregistré une augmentation importante de ces pratiques chez les ouvriers et les non-diplômés, entraînant une réduction des écarts entre les groupes sociaux renforcée par une baisse notable du côté des cadres et des professions intermédiaires.

Explications ? Avec moins de temps à consacrer aux activités extérieures, il n’est pas étonnant que les amateurs de toutes sortes aient mis à profit de nouveaux temps sédentaire pour se livrer à leurs hobbies. Que les loisirs en ligne aient progressé n’est pas étonnant non plus puisqu’ils sont devenus les seuls permettant du lien avec des proches ou des internautes anonymes

Livres et musique pénalisés

En revanche, l’écoute de musique et la lecture de livres ont chuté. La lecture est passée de 62% à 52% d’adeptes. Et elle a surtout chuté parmi les cadres, passant de 83% à 63%.

Une baisse vertigineuse qui pourrait s’expliquer par le climat anxiogène dans lequel nous avons vécu et une incapacité pathogène à nous concentrer sur autre chose que l’actualité. Quant à l’écoute de la musique, elle a dégringolé de façon spectaculaire, passant de 92% de pratiquants à 70%.

Ce que les analystes expliquent par le fait que les télétravailleurs confinés chez eux ne pouvaient plus écouter de musique durant leurs transports qu’ils soient collectifs ou en voiture particulière. Le cœur n’y était peut-être pas non plus !

La consommation de films et séries est pour sa part sans surprise restée stable : autour de 90%. Ce qui confirme l’ancrage désormais profond de ces pratiques de loisirs individuelles à la maison. On le savait.

Des pratiques culturelles moins clivées socialement, jusqu’à quand ?

Autre constat, celui concernant le clivage social : alors que le confinement printanier a contribué au creusement des inégalités sociales et économiques dans de nombreux domaines, les pratiques culturelles apparaissent moins clivées sur le plan social et sur le plan générationnel.

La réduction des écarts entre les groupes sociaux ou générationnelles permet donc d’évoquer une forme de démocratisation de la culture.

Sauf que : « pour l’instant, nous n’avons pas du tout de vision sur la pérennité des pratiques investies pendant le confinement », déclarent prudemment les auteurs de l’étude.

Les seniors accrocs la culture « en ligne »

Sur la question des réseaux sociaux, ils ont été très utilisés par les seniors pendant le confinement, principalement avec des membres de la famille. On s’en doutait.

Quant aux ressources culturelles numériques, elles ont aussi été très utilisés par les mêmes seniors. La hausse des consultations de visites virtuelles relevées pendant le confinement est en effet flagrante.

Celle de la pratique de jeux vidéo encore plus : elle a doublé passant de 17% de pratiquants à 34%. Un phénomène qui, selon le ministère de la Culture, devrait se pérenniser.

D’autant que l’âge aidant, la mobilité des seniors peut être plus réduite et limiter les déplacements de ce public.

En tous cas, c’est un fait : les seniors ont découvert de nouveaux usages culturels d’internet qu’ils devraient conserver tant que la sophistication de la technologie ne les en dissuade pas. Un autre problème.

La problématique du comportement

In fine : cette enquête confirme que les comportements (la façon de faire) sont bel et bien des réactions à une situation donnée. Ils sont donc souvent conjoncturels et sont donc faits pour évoluer et se modifier en permanence.

Seuls les grands changements pérennes de nature économique, politique, démographique… sont des vecteurs de bouleversements comportementaux durables.

Le tout est donc de comprendre si cette crise pandémique que nous traversons est une crise au sens premier du terme ou si c’est tout simplement un phénomène historique prêt à s’inscrire dans une continuité.

Ce qui revient à penser que, dans un futur proche, tout peut plutôt recommencer exactement comme avant : nous changeons le temps de la crise, puis revenons à nos fondamentaux, la crise terminée et ainsi de suite… jusqu’au prochain accident de l’histoire !

Le confinement, changement dans la continuité ou comportements durables ?
Josette Sicsic est journaliste spécialisée en veille sociologique et prospective. Elle réalise études, conférences et notes de prospective.

Lu 1257 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.





































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance