TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Sophie Lacour : "Plus de flexibilité, de sens, de durable et... des mondes virtuels" pour les voyageurs

Quelles tendances pour 2022 ? La nouvelle série de TourMaG.com



Que nous réserve l'année 2022 ? Alors que 2021 touche à sa fin, nous avons sollicité notre équipe d'experts afin d'évoquer avec eux les tendances qui se dessinent pour cette nouvelle année dans le secteur du tourisme. Des tendances qui riment forcément avec l’actualité pandémique... Aujourd'hui, Sophie Lacour, DG Advanced Tourism, Chairwoman de la « Chaire Innovation Tourisme Lab’ » de l’ESTHUA, nous dévoile six points de vue prospectifs pour l’année 2022.


Rédigé par Sophie LACOUR le Lundi 27 Décembre 2021

Introduction

Si l’usage d’envoyer son avatar visiter un lieu devient chose commune, tout naturellement les internautes vont aller visiter des lieux pour leurs vacances. C’est une tendance de fond sur laquelle il faut dès maintenant commencer à réfléchir - DR : DepositPhotos.com, troyanphoto
Si l’usage d’envoyer son avatar visiter un lieu devient chose commune, tout naturellement les internautes vont aller visiter des lieux pour leurs vacances. C’est une tendance de fond sur laquelle il faut dès maintenant commencer à réfléchir - DR : DepositPhotos.com, troyanphoto
Fin décembre, date du traditionnel exercice de style qui consiste à faire des prédictions pour l‘année qui vient.

Alors j’ai épluché une quinzaine d’études, de sondages et d’analyses sur le sujet.

Et donc, oui je pense comme la majorité des études portant sur 2022 que les voyageurs vont vouloir plus de personnalisation, d’efficacité digitale et de contenu.

Mais tout ceci, lecteur attentif de TourMaG, tu le sais déjà car cela fait partie d’un mouvement de fond qui témoigne de la mutation du tourisme depuis cette dernière décennie, et en définitive, ces tendances sont liées au fait que le touriste a mûri et que cette 5e ou 6e génération de touristes devient de plus en plus exigeante à force de pratiquer cette activité.

Il existe de multiples tendances qui relèvent de phénomènes ponctuels ou de tendances de fond, de la mode ou de l’évolution globale de la société.

Je me suis donc livrée à l’exercice, mais comme j’aime bien créer des cadres, mettre des mots et établir des degrés pour pouvoir plus facilement identifier la valeur incrémentale des objets que l’on observe et développer des concepts, j’ai décidé de créer trois strates à ces tendances : la crête, le fond et l’horizon.

Tendance de Crête : Épiphénomène qui surfe sur une vague, une mode, ou qui témoigne d’un contexte particulier temporaire comme la pandémie.

Tendance de Fond : Des tendances installées qui témoignent de pratiques qui existent déjà, vont continuer à se développer et qui à travers des offres commerciales dédiées montrent des pratiques touristiques stables sur un temps long.

Tendance d’Horizon : Présentes depuis quelques années et adossées à des aspirations sociétales qui dépassent largement la sphère du tourisme.

2 tendances de « crête » : le Revenge traveller et Trip stacking

Le « Revenge travel »

Une enquête réalisée par Simon-Kucher and Partners, citée dans le dernier cahier tendance du Welcome City Lab (WCL), identifie les « Revenge travelers » comme un segment-clé pour la reprise du secteur.

L'étude montre que 83% des voyageurs entendent dépenser autant, voire plus, pour leurs voyages qu'avant la pandémie, et qu’ils prévoient de dépenser encore plus en voyages post-pandémie.

La tendance du "Revenge travel" a été observée en Asie dès l'automne 2020, où les restrictions liées au virus avaient commencé à être levées.

Selon Bloomberg, pendant la « Golden Week Holiday », les voyages de loisirs ont atteint 80% du niveau d'avant la Covid-19. Une tendance similaire a été observée aux Etats-Unis, où la demande domestique a été très forte avec des niveaux de ventes supérieurs aux niveaux de 2019, et ce malgré l’absence de voyageurs internationaux.

Sur l'ensemble des consommateurs français interrogés, environ 40% appartiennent actuellement à ce segment des "Revenge travelers", un chiffre en hausse significative par rapport à 2020, où seulement 10% des répondants prévoyaient de dépenser plus à la sortie de la crise qu’avant la pandémie.

Romain Pommier, journaliste à TourMaG.com, dans un article sur le tourisme en 2022, souligne que les dépenses internationales devraient augmenter de 9,3% en 2021, et de manière significative de 93,8% en 2022.

Selon un rapport, 70% des voyageurs prévoient de dépenser plus en voyages en 2022 qu'au cours des cinq dernières années, y compris 2019 (Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) et Groupe Trip.com).

Ces chiffres soulignent la volonté des touristes de compenser une période fortement marquée par les restrictions de déplacement en souhaitant prendre une sorte de revanche en pratiquant le « Revenge travel ».

La multi-réservation : "Trip stacking"

L’autre grand changement dans le comportement des consommateurs concerne la réservation.

D’avantage de réservations en dernière minute et moins de produits packagés, traduisent une envie d’avoir de plus en plus de flexibilité dans ses choix. Nous voyons donc émerger le « Trip stacking », une nouvelle tendance de réservation de voyages qui permet de partir malgré l’incertitude de la pandémie.

Dans ce contexte d’épidémie mondiale et de variants successifs, on ne compte plus le nombre d’annulations de dernière minute, que ce soit de la part des destinations, des organisateurs ou des voyageurs eux-mêmes.

Dans ce contexte, l’habitude qui consistait à réserver son voyage en avance pour bénéficier des meilleurs prix a tendance à baisser car les voyageurs ne peuvent plus programmer leurs voyages en avance. Cela a donc changé les comportements de réservations des clients, et a favorisé l’émergence du « Trip stacking ».

Cela consiste à réserver plusieurs voyages pour les mêmes dates, l’un à l’étranger, l’autre national. Ce qui permet cette nouvelle tendance, ce sont les frais d’annulation pratiquement inexistants ou devenus très souples depuis cette crise sanitaire.

Les acteurs du secteur touristique devront donc revoir leur stratégie de communication et d’interaction clients pour s’adapter à ces nouveaux timings et ces nouvelles attentes des voyageurs.

Cela montre la capacité de résilience des voyageurs et leur capacité à être innovants. Cependant cela risque de devenir un véritable casse-tête pour les professionnels du voyage. Mais, et c’est la raison pour laquelle je place cette tendance dans « les crêtes », c’est un comportement profondément lié au contexte actuel, qui n’a pas vocation à devenir pérenne, puisque lié à un état temporaire : la pandémie.

2 tendances de fonds : le déplacement fait partie du voyage et la quête de sens

Le déplacement fait partie du voyage

Selon la dernière étude de Booking.com, parmi les tendances identifiées pour 2022, 70% des Français estiment qu’un séjour est encore plus réussi quand le trajet fait partie intégrante de l’expérience. Il est ainsi nécessaire à leurs yeux de tirer profit de chaque étape des vacances.

Par exemple, 1 Français sur 10 a hâte de ressentir l’impatience qui précède un voyage, d’autres soignent particulièrement leurs play-list pour leur road-trip...

Les séjours seront donc ponctués des plaisirs simples comme le fait de regarder le paysage défiler derrière la vitre d’un train ou se perdre dans des ruelles pavées pour trouver son logement de vacances.

Parmi les sondés, 57% affirment même qu’ils ont hâte de devoir à nouveau trouver leur chemin dans les transports en commun d’une ville qu’ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent pas la langue. Chaque instant du voyage revêtira donc un aspect important dans l’expérience vécue par le visiteur.

Cela s’inscrit donc parfaitement dans le slow-tourisme, si bien identifié depuis une dizaine d’années et qui continue à se développer de plus en plus.

Cet « art de voyager » tout en prenant son temps, de s’imprégner pleinement de la nature, de la richesse du patrimoine et de privilégier les rencontres, savourer les plaisirs de la table, avec le souci du respect du territoire et de ses habitants » (Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance) continue à être une priorité selon 64% des Français (HomeExchange / YouGov 2021).

La quête de sens

Entre authenticité et développement durable, le « voyager idiot » des années 80 est bel et bien définitivement enterré. Les enjeux sociétaux sont aujourd’hui aussi importants que les enjeux environnementaux aux yeux des touristes et cela se ressentira en 2022.

Concrètement, 72% des Français sont en quête d’expériences authentiques et représentatives de la culture de leur destination (Booking). 36% font plus de recherches sur la façon dont leur hébergement contribue au développement des commerces locaux et 30% sur l’impact de leurs dépenses sur les habitants (HomeExchange / YouGov).

Dans son rapport « Travel Trends 2022 », Amadeus souligne que l’écotourisme va devenir une véritable tendance en 2022.

Selon leur étude, 37% des personnes interrogées pensent que les possibilités offertes aux voyageurs pour participer à la préservation des destinations touristiques aideront le secteur à devenir plus durable à long terme. Ils attendent également une plus grande disponibilité des modes de transport écologiques, tels que les avions et les trains électriques (41%) et les technologies solaires ou éoliennes (35%).

Au-delà du respect de l’environnement et de la destination, c’est un nouveau mode de consommation du tourisme que recherche le voyageur pour être en phase avec ses valeurs.

2 tendances qui se dessinent à l’« horizon » : « l’association Accor/Emmaüs » et « Roblox »

L’inattendue association d’Accor avec Emmaüs

Emmaüs d’abord, pour illustrer une tendance qu’Accor a si bien identifiée qu’elle propose une offre à ce sujet : l’offre Greet.

Selon la marque, l’offre Greet c’est : « Des établissements uniques en leur genre, combinant conscience green, convivialité́, design et confort créée pour répondre à la demande des consommateurs ».

Les voyageurs cherchent une expérience hôtelière, tout en cherchant simultanément à donner un sens à leurs achats et à réduire leur impact sur la planète. Les propriétaires d’hôtel sont donc incités à récupérer des objets appartenant à des fournisseurs écoresponsables et des associations commercialisant des objets recyclés.

Le groupe s’est par exemple associé à Emmaüs, pour aider les hôteliers à trouver du mobilier recyclé, ainsi qu’à une éco-organisation de collecte, de recyclage et de réutilisation.

Au travers de cette nouvelle démarche on voit bien poindre ce désir, voire cette exigence d’écoresponsabilité qui est de plus en plus prégnante dans les revendications des voyageurs.

Le petit message laissé dans la salle de bain pour conserver la serviette et faire un geste responsable ne suffit plus, il faut plus de concret, et à travers ces associations avec des organismes reconnus pour leurs actions sociétales qui sont de fait aussi écoresponsables, les métiers du tourisme entament leur grande mutation vers le développement durable dans le plein sens du terme, écologique et sociétal.

Le Metavers : un des futurs possibles

Connaissez-vous Roblox ? Le confinement aura digitalisé de nombreuses pratiques, qui semblent naturelles aux jeunes générations et aux habitués du gaming.

Roblox est l'un des nouveaux univers virtuels dans lesquels une partie des plus jeunes se plongent pendant leur temps libre. C’est un "gameplay", qui ressemble à Minecraft.

Mais il y a une différence de taille : via leur avatar, ses utilisateurs s'y connectent pour échanger entre eux, et pour jouer à des jeux développés par d'autres utilisateurs.

Aux États-Unis, un enfant de moins de 13 ans sur deux y passe au moins trois heures par jour : pour les nouvelles générations, il est naturel de vivre et de consommer en ligne.

La récente annonce de Marck Zuckerberg concernant la nouvelle dénomination du groupe Facebook devenu depuis peu Metavers (contraction de Meta-universe en anglais) témoigne du développement de cette tendance.

Cette tendance est balbutiante, certes, mais les acteurs du tourisme doivent s’y intéresser.

La pression touristique, le sur-tourisme dont sont victimes certaines destinations, la pandémie qui a restreint les déplacements sur l’ensemble du globe mais aussi la prise de conscience concernant le développement durable, tout cela invite à réinventer le tourisme.

Et parmi les pistes possibles, les mondes virtuels offrent des alternatives qui peuvent cohabiter avec la réalité comme l’a si bien intégré le monde de la Culture fortement touché par la crise.

S’il est toujours agréable de déambuler dans un musée, les visites virtuelles permettent de s’affranchir de la distance géographique, mais aussi parallèlement de préparer ou de prolonger une visite réelle.

Dans cette mouvance, nous voyons se développer depuis quelques années les visites à distance, que ce soit de musées, d’hôtels, de destinations, mais aussi le fait d’assister à des évènements sans y être, et toute cette virtualité est en train de pénétrer profondément dans les mœurs.

Si l’usage d’envoyer son avatar visiter un lieu pour y jouer ou y assister à un concert devient chose commune, tout naturellement les internautes vont aller visiter des lieux pour leurs vacances. C’est donc selon moi une tendance de fond, sur laquelle il faut dès maintenant commencer à réfléchir.

Conclusion

La pandémie a profondément impacté nos habitudes de vie mais également nos habitudes de voyage.

Les restrictions, les fermetures, l’apparition des variants… tout autant de facteurs qui ont poussé les acteurs du tourisme à innover et à s’adapter tout en tenant compte des aspirations des voyageurs qui petit à petit changent de mentalité.

Critères sociaux et environnementaux sont plus présents que jamais dans l’esprit des touristes au moment de choisir une destination et/ou une prestation.

Si malheureusement le paramètre "virus" reste le seul véritable déterminant en matière de flux touristiques, et que c’est l’actualité pandémique qui risque encore partiellement de décider de l’actualité touristique pour 2022, nous pouvons quand même identifier des tendances, qui seront pour certaines, pérennes.

Rendez-vous l’an prochain pour savoir si certaines perdurent et si d’autres émergent.

Sources : Revue Espace, HospitalityNet, Thx.agency, Booking, HomeExchange-YouGov, Amadeus, ADN Tourisme, Tourlane, Cahier tendances 2021 WCL, Accor, Tendances Hôtellerie, TourMaG et ma propre veille.

Lu 4563 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias