TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



TUI France : pour le PDV, le compte est presque bon... sur le papier

Près de 300 dossiers de candidature déjà présentés



Les premiers départs des salariés de TUI France volontaires, dans le cadre du plan mis en place à la suite de la fusion avec Transat France, sont prévus pour septembre 2017. 301 postes sont à supprimer parmi les effectifs du groupe et 294 employés se sont déjà portés volontaires. Mais certains ne sont pas sur des postes voués à disparaître. Il faut donc leur trouver des remplaçants.


Rédigé par Pierre CORONAS le Mardi 29 Août 2017

Les volontaires au départ ne manquent pas chez TUI France, mais pas tous sur des postes destinés à disparaître.... - Photo :  boonchok-Fotolia.com
Les volontaires au départ ne manquent pas chez TUI France, mais pas tous sur des postes destinés à disparaître.... - Photo : boonchok-Fotolia.com
Alors que l'été s'achève et que les premiers départs se profilent, la commission de suivi mise en place dans le cadre du plan de départs volontaires (PDV) qui fait suite au rachat de Transat France par TUI et la fusion avec TUI France a déjà examiné 294 dossiers de salariés.

La période d’appel à volontariat du premier jalon s’est terminée le 31 juillet à minuit, indique la direction.

"180 dossiers ont été validés à date et les commissions de suivi sur le projet One se poursuivent. La date des premiers départs est prévue à partir du 1er octobre. L’organisation est ajustée au fur et à mesure pour tenir compte des départs. Tout se passe conformément au calendrier prévu", ajoute TUI France.

Pour rappel, le PDV annoncé par la direction de la filiale française du géant allemand du tourisme porte sur un total de 301 postes à supprimer. En parallèle, 91 seront créés.

Parmi les candidats au départ, 110 ont présenté des projets d'embauche.

"Mais pour 17%, il s'agit de projets de recherche d'emploi", précise Lazare Razkallah, secrétaire du comité central d'entreprise (CCE) de TUI France.

Recrutements chez Alpitour France

64% des salariés du groupe qui souhaitent le quitter dans le cadre d'un projet d'embauche vont, eux, être recrutés en contrats à durée indéterminée (CDI). Dont une partie du côté d'Alpitour France, dont Patrice Caradec, ancien patron de Transat France, a récemment pris la tête.

LIRE : Patrice Caradec (ex-Transat France) nommé président d'Alpitour France

55 autres salariés de TUI France, candidats au départ, portent des projets de création d'entreprise, 113 souhaitent suivre des formations longues et 16 partir à la retraite.

Sur le papier, le compte est donc presque bon pour le PDV du projet One de TUI France.

En pratique, la situation est encore loin d'être réglée. En effet, "une bonne centaine de dossiers concerne des salariés du groupe sur des postes qui ne sont pas voués à être supprimés", nuance Lazare Razkallah.

Pour un tel cas de figure, la direction doit trouver un remplaçant qui est d'accord pour prendre le poste en question. Sans quoi les dossiers de candidature restent en attente.

"Nous avions connu ce problème en 2012 avec le plan Convergence déployé lors de la fusion de Nouvelles Frontières et Marmara, se souvient le secrétaire du CCE. La direction avait alors décidé de lancer un deuxième plan en fin d'année pour compléter."

Recours devant le tribunal administratif ?

Une question qui pourra peut-être être abordée lors de la prochaine commission de suivi programmée vendredi 1er septembre 2017.

La première phase de départs volontaires se déroulera de septembre à fin décembre 2017. Viendra ensuite une deuxième du 5 au 18 février 2018, une troisième de mars à juin 2018 et une dernière de septembre à novembre 2018.

Mais, à plus court terme, un autre sujet pourrait perturber ce calendrier : celui du possible recours du CCE contre la validation du plan par la Direccte auprès du tribunal administratif.

LIRE : TUI France : le CCE va contester le plan de départs volontaires devant le tribunal administratif

Cette perspective avait affolé les ex-salariés de Transat France mi-juillet 2017. Ils craignaient notamment que l'éventuelle annulation du PDV bloque les candidatures au départ qui seraient déjà acceptées. Ce qui ne sera pas le cas, assure Lazare Razkallah.

LIRE : TUI France : les salariés de l'ex-Transat "pris en otage" par le secrétaire du CCE ?

Par ailleurs, ce dernier n'a pas encore porté de recours et ne sait pas encore s'il le fera. "J'ai la majorité pour le faire. Mais je veux l'unanimité, assure-t-il.

C'est un combat que nous devons mener tous ensemble. Même si, je le répète, je pense que la direction n'aurait jamais hésité à formuler un recours si jamais son plan n'avait pas été validé."

La décision de l'inspection du travail ayant été formulée le 10 juillet, le CCE a jusqu'au 10 septembre 2017 pour la contester. S'il le fait, le tribunal administratif devra statuer dans un délai de trois mois.


Lu 2969 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

');

PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips