TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Tour du monde des réceptifs : les Japonais ne verront pas les cerisiers en fleurs à cause du coronavirus

Interview de Michel Haour, président de France Travel Center au Japon



Face à une situation de confinement (presque) généralisée au niveau mondial, la rédaction de TourMaG.com s'adapte. Tandis que les tour-opérateurs sont sur le pont pour faire rentrer les voyageurs et que les agences de voyages tentent de convaincre leurs clients de reporter les séjours, les réceptifs se démènent pour leur survie, loin des aides de l'Etat Français. Nous avons décidé de prendre de leurs nouvelles. Aujourd'hui, direction le Japon avec Michel Haour, président de France Travel Center au Japon.


Rédigé par le Mercredi 1 Avril 2020

Le gouvernement se montre un peu trop laxiste dans la gestion du coronavirus pour certains Tokyoïtes - DR : Depositphotos, @rodrigomarin_photo@live.com
Le gouvernement se montre un peu trop laxiste dans la gestion du coronavirus pour certains Tokyoïtes - DR : Depositphotos, @rodrigomarin_photo@live.com
TourMaG.com - Tout d'abord, quelle est la situation à Tokyo et au Japon en général ?

Michel Haour :
Jusqu'à présent, la situation était pour ainsi dire normale, mais nous observons une multiplication des cas de coronavirus.

Le gouvernement petit à petit prend des mesures, pour que la population cesse de se côtoyer.

La première étape a été prise rapidement, elle a consisté à fermer les écoles, annuler toutes les animations sportives et tous les événements. Nous pensions que ces décisions avaient porté leurs fruits, compte tenu du nombre de contaminés.

Cependant, nous nous demandons si les autorités n'ont pas caché le nombre exact de cas pour maintenir les Jeux Olympiques.

TourMaG.com - Pourquoi ce pressentiment ?

Michel Haour :
Dès l'annonce du report de l'événement olympique, la gouverneur de Tokyo a demandé aux habitants de faire attention, et maintenant de ne plus bouger de chez eux.

Il y a une sorte d'escalade dans la communication qui pourrait faire penser à une rétention d'information.

Après les cerisiers sont en fleurs, les Japonais se réunissent sous les arbres et boivent énormément, donc les contacts sont inévitables.

Nous avons l'impression que le confinement nous pend au nez. J'ai moi-même commencé à faire des provisions.

"Pendant les JO, les prix des chambres sont multipliés par 10"

TourMaG.com - Avez-vous pris des mesures pour votre personnel ?

Michel Haour :
Nous avons pris toutes les mesures pour que nos salariés puissent travailler de chez eux.

Le confinement risque de nous être imposé rapidement, en commençant par le télétravail dès le milieu de la semaine (mercredi 1er avril 2020 ndlr).

Il nous reste quelques ajustements et réunions pour bien préparer les prochaines semaines, puis l'avenir.

TourMaG.com - Y a-t-il un soulagement de la population de voir les Jeux olympiques reportés ?

Michel Haour :
Le pays va perdre des milliards d'euros. Les JO étaient pour le gouvernement l'outil privilégié pour combattre la récession économique et sa planche de salut.

Pour se rendre compte des difficultés, le village olympique devait être transformé en 4 000 appartements de luxe, une fois la compétition terminée.

Ils ont bien sûr tous été vendus, sauf que les acquéreurs ne pourront pas emménager avant un certain temps.

Il y a une incertitude généralisée au niveau de l'activité, car nous avions déjà réservé les hôtels, bloqué les prix, sauf que nous ne pourrons plus garantir tout cela pour l'année prochaine.

TourMaG.com - Donc, il n'est plus possible de travailler ni d'anticiper l'avenir...

Michel Haour :
Nous ne savons plus sur quel pied danser, c'est très embêtant. Remarquez, nos clients sont dans la même situation et comprennent, mais ils aimeraient avoir plus de certitudes.

TourMaG.com - A vous écouter, les tour-opérateurs français vous contactent pour préparer l'après-crise sanitaire ?

Michel Haour :
Je ne sais pas s'ils préparent l'après, mais ils se penchent déjà sur l'année 2021. Notre problème étant que pendant les JO, les prix des chambres sont multipliés par 10.

Il ne faut pas se mentir, le fait que la France soit en confinement, nous n'avons plus aucune recette.

Nous avons eu de l'activité jusqu'au début du mois de mars 2020, puis nous avons dû nous charger du rapatriement des clients présents sur place.

D'ailleurs, nous n'avons pas bien compris pourquoi cette décision brutale. Les voyageurs auraient pu partir plus tard, mais nous avons exécuté les demandes de nos TO.

Du jour au lendemain, nous avons dû aller chercher des clients partout sur le territoire et d'ailleurs certains n'étaient pas contents de devoir écourter leur séjour.

Des voyageurs ne voulaient pas rentrer, mais ils risquaient aussi de ne plus pouvoir rentrer, puisque les billets d'avion dépendaient des agences de voyages.

"La population a peur d'une explosition du coronavirus"

TourMaG.com - Comment anticipez-vous les prochains mois ?

Michel Haour :
Je pense que minimum jusqu'à mai nous n'allons enregistrer aucun revenu.

J'ai une longue expérience dans le tourisme, j'ai donc constitué d'importantes réserves.

En 2009, il y a eu la crise financière, nous avons connu le SRAS, le tsunami, etc.

Si bien que nous avons laissé beaucoup d'argent dans les caisses, nous avons deux années pleines de fonctionnement sur nos propres ressources devant nous.

J'ai rassuré mes 14 employés, mais je leur ai dit qu'il faudra mettre les bouchées doubles, une fois cette crise terminée, pour rattraper le manque à gagner.

TourMaG.com - A quoi ressemble la vie Tokyoïte ces derniers temps ?

Michel Haour :
Il y a peu de changements dans l'ensemble, toutefois les rues sont moins animées le soir et cela se ressent dans les restaurants.

Personnellement je n'ai rien changé à ma vie, même si je suis vigilant. Je ne touche pas tout, je me lave les mains régulièrement et je suis les précautions de base.

Je ne porte pas de masque, car je n'en ai pas trouvé. Il n'y en a plus dans les pharmacies. La population a peur d'une explosion du coronavirus, après nous ne sommes pas à une contradiction près.

Dernièrement, 90 japonais sont rentrés des USA et ils n'ont pas été placés en quarantaine Ils auraient été Américains, je peux vous dire que la question ne se serait pas posée. Il y a certaines aberrations.

Gouvernement japonais : "Ils font l'autruche, ils attendent de voir comment la situation va évoluer"

TourMaG.com - Comment se comporte le gouvernement japonais ?

Michel Haour :
Nous naviguons un peu à vue. Je décide pour ma boite, sans avoir aucun soutien. Nous ne savons pas où nous mettons les pieds.

Nous aimerions que le gouvernement soit plus directif, ils ont toujours le réflexe de ne prendre des décisions importantes qu'au dernier moment, face au mur.

Ils font l'autruche, ils attendent de voir comment la situation va évoluer.

TourMaG.com - D'autant que les décisions prises sur la gestion du Diamond Princess n'ont pas été nécessairement les bonnes...

Michel Haour :
Il a fait terriblement de tort pour le pays et l'industrie touristique. Il y a eu je crois jusqu'à 700 cas sur le navire, ce fut terrible.

A notre échelle, nous avons eu des annulations de clients qui pensaient que les contaminations avaient lieu dans le pays. Sauf que le navire était loin des côtes et le virus ne pouvait pas arriver à terre.

TourMaG.com - Avez-vous eu des conséquences sur votre activité dès janvier, et le début de la crise en Chine ?

Michel Haour :
Un peu, car dans la tête des gens, le Japon est en Asie et l'Asie contient la Chine. Il y a un amalgame général.

Nous avons eu des annulations et beaucoup de demandes de renseignements.

TourMaG.com - Comment se comporte l'industrie touristique au Japon ?

Michel Haour :
Elle va très mal, il faut savoir que le nombre de touristes étrangers en février a baissé de 58% par rapport à 2019.

Étrangement, les touristes français n'ont pas trop boudé, la baisse est de seulement 2% sur cette période.

Bien sûr, les touristes français ne sont qu'une goutte d'eau dans le tourisme au Japon. Le gros des voyageurs vient de la Chine et de la Corée du Sud. Près de 80% des touristes viennent d'Asie.

Sauf qu'il y a des tensions politiques entre cette dernière et le Japon, cela a créé une récession du tourisme depuis l'été dernier.

Le coronavirus montre la fragilité de notre économie globalisée. Si le tourisme ne représente que 3% du PIB, la technologie et l'industrie sont terriblement importantes, mais les pièces n'arrivent plus de Chine.

Tout est plus ou moins à l'arrêt.

"Le coronavirus aura un impact nettement plus important que Fukushima"

TourMaG.com - L'Etat a prévu de venir en aide aux entreprises ?

Michel Haour :
Il se dit que l'Etat va aider, mais nous n'en savons pas plus, c'est encore trop tôt.

Les autorités sont venues en aide à toute l'économie, après le tsunami de Fukushima. Toutefois il faut se rendre compte que les conséquences se sont étendues sur un laps de temps relativement court.

Nous avons été indemnisés, sur la base du chiffre d'affaires fait l'année dernière à la même époque, sauf que le coronavirus aura un impact nettement plus important et long dans le temps.

A part faire marcher la planche à billets, je ne vois pas comment l'Etat pourra faire.

Nous sommes au début de la crise ici et je connais un autocariste qui a fait faillite, deux agences de voyages vont aussi suivre.

Il y aura de la casse, c'est une certitude. Ceux qui n'ont aucune trésorerie ont du souci à se faire.

TourMaG.com - Comment anticipez-vous le confinement de Tokyo ?

Michel Haour :
Pour ceux qui ne connaissent pas la ville, il faut savoir que les habitants sortent énormément le soir venu.

Autant, ils sont assez discrets la journée au travail, autant le soir, ils s'expriment beaucoup. La cocotte-minute lâche.

D'ailleurs, ils mangent énormément dehors car les logements sont bien souvent très petits.

"Les Japonais sont très fatalistes, alors que les Français sont très paranoïques"

TourMaG.com - Avec la moyenne d'âge de la population la plus élevée du monde, y a-t-il une crainte de la flambée de l'épidémie ?

Michel Haour :
Vous savez les Japonais sont très fatalistes alors que les Français sont très paranoïaques.

L'important est de survivre. Puis la population a un tel sens du dévouement que je n'ai pas de crainte réelle.

Le pays saura faire face.

TourMaG.com - A quoi ressemble l'industrie touristique au Japon ?

Michel Haour :
A peu de choses près, la situation est relativement similaire à celle de la France avec quelques très grosses entreprises comme JTB, qui compte plus de 10 000 employés ou encore NTA.

Puis autour de ces noms, il y a plein de satellites correspondant à des PME ou des microentreprises.

Je ne sais pas comment toutes les sociétés vont s'en sortir. Je ne m'inquiète pas pour JTB, les caisses sont pleines, le marché va s'écrémer naturellement.

Les Japonais passent encore beaucoup par les agences de voyages, notamment car ils ne parlent pas les langues étrangères donc leur rôle est encore crucial.

TourMaG.com - Cette crise mondiale intervient alors que le Japon est à la mode auprès des jeunes générations...

Michel Haour :
C'est une certitude, le Japon a le vent en poupe. Il intrigue.

Quand vous vous baladez dans Tokyo, vous pouvez croiser des femmes en kimono, des hommes d'affaires dans des rues très lumineuses, c'est un pays de contrastes.

Certains clients sont tellement étonnés et déboussolés qu'ils reviennent car ils n'ont pas compris ce qu'était ce pays.

TourMaG.com - Et pour vous, quel lieu symbolise le mieux Tokyo ?

Michel Haour :
C'est tout simplement l'endroit où je vis, le quartier de Kagurazaka.

D'ailleurs maintenant, il figure dans des guides et nous avons de plus en plus de touristes. Pour rien au monde je ne déménagerais.

Il est en plein centre-ville, avec ses rues animées, ses commerces et un square dont n'émane aucun bruit le soir.

C'est un quartier vivant, mais qui conserve son côté traditionnel, avec aussi un ancien quartier de Geisha, elles doivent être une vingtaine.

Il est le parfait visage de ce qu'est Tokyo.

Retrouvez les autres articles sur le "Tour du monde des réceptifs" grâce à la carte interactive :


Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2509 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CruiseMaG DMCmag La Travel Tech
Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel