TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Tourisme spatial : SpaceX a signé son premier client particulier

la chronique de Michel Messager



L’incident du 11 octobre 2018 survenu à la fusée Soyouz et obligeant, après 119 secondes de vol, ses deux cosmonautes à revenir sur Terre, a-t-il marqué une pause dans la course au tourisme spatial ?


Rédigé par Michel Messager le Dimanche 4 Novembre 2018

SpaceX annonce avoir signé son premier vol commercial vers la lune avec un particulier. Il s'agit d'un homme d'affaires japonais. - Photo Depositphotos Feverpitch
SpaceX annonce avoir signé son premier vol commercial vers la lune avec un particulier. Il s'agit d'un homme d'affaires japonais. - Photo Depositphotos Feverpitch
On pouvait craindre que l’incident du 11 octobre 2018, à savoir la défaillance d'un des moteurs de la fusée Soyouz au bout de 119 secondes de vol (alors que la fusée était lancée à plus de 7.500 km/h), obligeant l'astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine à retourner en urgence sur Terre au lieu de poursuivre leur voyage vers la Station spatiale internationale (ISS), marquerait un certain ralentissement dans la course au tourisme spatial.

Bien que le dernier accident de ce type date du 23 septembre 1983, déjà les sceptiques de tout bord faisaient remarquer que cet incident pourrait avoir de graves conséquences sur le fonctionnement de l'ISS pour les mois à venir par manque d'équipages de relève, les capsules Soyouz étant pour l'instant les seules à pouvoir transporter des astronautes.

C’était pourtant sans compter sur la foi qui anime les acteurs de ce secteur.

Preuve en est la réaction à peine deux semaines après le lancement, le patron de la Nasa, Jim Bridenstrine, a déjà évoqué le prochain changement d’équipage de la Station spatiale internationale (ISS). Ainsi trois nouveaux membres d’équipage sont censés les remplacer le 20 décembre prochain. De plus, pour s’assurer de la fiabilité de son lanceur, l’agence spatiale russe (Roscosmos) a prévu trois lancements d’ici le mois de décembre.

Autre preuve, comme nous le constaterons ci-dessous, le secteur a continué à travailler et innover, confiant en sa mission et ne se laissant pas arrêter par ce "contre temps", faisant dire au big boss de la NASA : « Même s’il s’agissait d’un lancement raté, c’était probablement le lancement échoué le plus réussi que nous pouvions imaginer »…

Au cours de ces trois derniers mois, plusieurs "annonces" parmi celles-ci, deux aspects ont retenus plus particulièrement notre attention.

Toujours plus de candidats au voyage spatial

- Le vendredi 14 septembre 2018, SpaceX annonce avoir signé son premier vol commercial vers la lune avec un particulier.

Ce tout premier voyageur, homme d'affaires japonais et collectionneur d’art de 42 ans, a pour nom Yusaku Maezawa. Celui-ci survolera la lune dans la Big Falcon Rocket de Space X et bien qu’ayant déjà son billet en poche, il devra patienter encore un peu… la fusée à bord de laquelle il embarquera pour ce voyage lunaire, la fameuse "BFR" (pour Big Falcon Rocket), ne sera pas opérationnelle avant 2023.

"Au plus tôt", a tenu à préciser Elon Musk. Pour mémoire, rappelons que l'homme n'est plus retourné sur la Lune, ni même à proximité, depuis la mission de la NASA Apollo 17 en décembre 1972.

Dans la foulée, Gwynne Shotwell (directrice d'exploitation) a présenté "les premiers astronautes de SpaceX" qui, dans l’objectif des vol vers la Lune, se préparent à opérer les premières missions "humaines" de l'entreprise vers la Station spatiale internationale (ISS), mettant en scène sa capsule Dragon chargée de ramener ses occupants sur Terre.

- Toujours en septembre, de leur côté les Émirats arabes unis ont choisi leurs deux premiers astronautes qui auront pour vocation de se rendre dans la Station spatiale internationale : à savoir : Sultans al-Nayadi et Hazza al-Mansouri.

Respectivement âgés de 37 et 34 ans, ce sont les deux premiers astronautes à être sélectionnés par les Émirats arabes unis.

L’Europe accélère

- Enfin, la France bouge serait-on tenté de dire, puisque récemment un contrat a été officiellement passé entre Thalès Alenia Space et l’ESA pour lancer les travaux d’étude sur deux des futurs modules européens qui composeront la prochaine station spatiale internationale.

Franco Fenoglio, directeur des programmes de transport et de vol habités chez Thalès Alenia Space déclare à ce sujet : « On y va étape par étape. Nous avons commencé avec la station spatiale internationale en orbite basse autour de la Terre. L'étape suivante est de mettre en place une plateforme orbitant autour de la Lune avant d'envisager l'étape ultime : la colonisation de Mars ».

Rappelons que cette station spatiale lunaire LOP-G (Lunar Orbital Platform-Gateway), a été présentée par la NASA en 2017 sous le nom de "Deep Space Gateway" comme devant servir de base avancée pour des explorations plus lointaines et faciliter l'exploration et l'exploitation de la Lune elle-même Il faut également souligner que le projet déjà soutenu par la Russie et les États-Unis a obtenu aussi le soutien de l’agence spatiale japonaise (JAXA) ainsi que celle du Canada (CSA) .

- Côté spaceport ça bouge aussi côté européen, puisqu’au cours de ces trois derniers mois on a pu enregistrer :

Un partenariat de Virgin Galactic avec deux sociétés italiennes, acteurs-clés de l'industrie spatiale italienne, Sitael et Altec, pour développer le tourisme spatial dans le pays et notamment pour installer une base de lancement (spaceport) non loin de Grottaglie, une commune située dans le talon de la botte italienne, plus spécialement sur l’aéroport de Taranto-Grottaglie.

Le Portugal, dont le gouvernement souhaite transformer l'île de Santa Maria aux Açores en spaceport, a fait "appel à projet" lors du dernier Congrès international de l'astronautique.

Enfin et pour clore cette période, le secrétaire d’affaires britannique Greg Clark a annoncé que le comté de Sutherland, situé dans la Côte-Nord de l’Écosse, a été choisi comme lieu de construction du premier port spatial britannique. Ce spaceport effectuera dans un premier temps, des lancements de fusées spatiales et de satellites et dans un second temps, des déplacements commerciaux de passagers.

Selon Greg Clark, ce marché pourrait rapporter jusqu’à quatre milliards de livres sterling (environ 4.5 milliards d’euros) à l’économie britannique au cours des dix prochaines années.

Comme on peut donc l’observer, le Tourisme Spatial, contre vents et marées, trace sa route et le dernier sondage réalisé par le comparateur de voyage Easyvoyage, montrant qu’une moitié de Français se disent ouverts à une telle expérience, est des plus encourageants.

Comme le dit Jean-Pierre Nadir, fondateur d'Easyvoyage : « Avec le premier voyage sur la lune prévu en 2023 via le programme Space X, le tourisme spatial ne fait plus partie de l'imaginaire collectif et pourrait bel et bien devenir une réalité ».

Tourisme spatial : SpaceX a signé son premier client particulier
Michel MESSAGER est directeur associé de Consul Tours, société de conseil travaillant pour une clientèle privée et institutionnelle dans les secteurs du tourisme.

Après avoir occupé les postes de Secrétaire Général du Tourisme Français, puis de Directeur Commercial de Touropa et Directeur du pôle tourisme du Groupe Verney , il rejoint en 1997 l’APST (Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme) en qualité de Secrétaire Général jusqu’à fin 2007, période à laquelle, encore jeune retraité, il décide de réactiver sa société de Conseils créée au début des années 90.

Nommé par le Ministre chargé du tourisme en 2005, puis en 2012, il siège au Conseil National du Tourisme en qualité de Président Délégué de la section économie touristique et fonde avec plusieurs personnalités du tourisme l’AFST (Association Française des Seniors du Tourisme) dont il assure la Présidence.

Il est l’auteur d’un livre sur le Tourisme Spatial publié à la documentation française et de plusieurs articles sur le sujet.

Il est considéré actuellement comme un des spécialistes en la matière. Il intervient fréquemment sur ce sujet à la radio et à la télévision, ainsi qu’au travers de conférences dans de nombreux pays, notamment au Canada où il réside quelques mois par an.

Lu 1881 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips