TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


XL Airways, Aigle Azur : EDV et Seto ne cèdent pas à la panique

Les voyagistes français confiants



Alors que XL Airways et Aigle Azur connaissent ces dernières semaines de fortes perturbations financières, les représentants du secteur du tourisme français restent pour l’instant confiants en l’avenir des deux compagnies françaises majeures.


Rédigé par le Mardi 27 Août 2019

Rentrée agitée chez Aigle Azur et XL © DR
Rentrée agitée chez Aigle Azur et XL © DR
Wow Air, Cobalt, Primera, Jet Airways, Small Planet…

Alors que 2018 et 2019 ont vu se multiplier les crashs de compagnies aériennes qui laissent systématiquement passagers, agences de voyages et tour-opérateurs dans l’embarras, les représentants des voyagistes français se veulent confiants dans l’avenir de XL Airways et d’Aigle Azur, deux des principales compagnies hexagonales, en pleines perturbations économiques.

« Tant que ça vole, ça vole ! »

Le syndicats des Entreprises du voyage (EDV) n’a pour l’instant prévu aucune mesure ou fonds d’aides particuliers en la matière, que ce soit pour le cas de XL, d’Aigle Azur ou d’autre compagnie à l’actualité agitée.

« Mettre en place des solutions spécifiques dès à présent, ce serait déjà donner un signal d’alerte qui pourrait déstabiliser les compagnies », nous explique Jean-Pierre Mas, à la tête du syndicat.

« Nous n’avons pour l’instant pas de raison d’être inquiets outre-mesure. C’est la fragilité des transporteurs aériens dans leur ensemble qui nous inquiète plus globalement », ajoute-t-il prudemment.

« Peut-être que des tour-opérateurs ont levé le pied, mais nous n’avons pas de raison de prendre des dispositions particulières pour le moment, ce serait suicidaire pour les compagnies. Tant que ça vole, ça vole ! », ajoute René-Marc Chikli à la tête du Syndicat des tour-opérateurs français (Seto), se voulant rassurant sur l’avenir.

Pour lui, les derniers événements en date chez les deux compagnies vont dans le bon sens et donnent au secteur plus de visibilité sur l’avenir. « On était dans le flou il y a quelques temps, aujourd’hui les prises de positions sont fortes et laissent espérer un meilleur avenir dans les deux cas de figure », résume-t-il.

XL à la recherche d’un nouveau propriétaire

Pour autant, les situations des compagnies françaises restent incertaines. Depuis une assemblée générale tenue le 21 août 2019, XL Airways est officiellement en vente, alors qu’elle a besoin de 20 millions d’euros pour poursuivre son planning de vol jusqu’à l’hiver, et que DreamJet Paticipations, son conglomérat d’actionnaires, refuse de réinjecter de l’argent pour redresser la situation.

Une lettre d’intention d’un repreneur potentiel aurait été reçue par la direction de la compagnie française, une information toutefois non confirmée par cette dernière.

« Nous allons maintenant devoir négocier au plus près, il y va de l’emploi de plus de 800 personnes et il n’est pas question d’abandonner. Après tout, ce ne sera que le 14e actionnaire qu’aura connu notre compagnie », minimisait Laurent Magnin, son P-DG, dans nos colonnes.

Le transporteur aurait pourtant déjà fait l’inventaire de toutes les réservations prévues sur les prochains mois. D’après nos informations, seuls quelques tour-opérateurs travaillant avec XL Airways auraient momentanément cessé leurs opérations avec la compagnie.

Aigle Azur navigue en plein brouillard

Une situation encore plus délicate chez Aigle Azur, deuxième compagnie française en termes de passagers transportés, qui vient de changer de direction. Gérard Houa et Philippe Bohn ont, lundi 26 août 2019, annoncé leurs arrivées respectivement aux postes de président et de directeur général.

Lire : Crise Aigle Azur : l'entreprise risque d'y laisser des plumes...

Des nominations contestées, mardi 27 août 2019, par David Neeleman, actionnaire à 32% de la compagnie, pour qui ce « putsch » est illégal et pour qui Frantz Yvelin reste à la tête de la compagnie.

« Nous allons prendre des actions juridiques contre Gérard Houa pour usurpation de la présidence d’Aigle Azur, dérangeant le fonctionnement de l’entreprise et compromettant les chances de survies de la compagnie », indique David Neeleman.

Lire : Aigle Azur : le putsch de tous les dangers !

Le transporteur historique accumule les pertes (50 millions d’euros en moins de 2 ans d’après la nouvelle direction), enchaîne les fermetures de lignes et réfléchit à vendre certaines de ses activités, notamment au Portugal.

Faillite de compagnies : Iata toujours pointé du doigt

« Dans le cas d’une faillite, nous travaillerons au cas par cas avec Iata (l’Association internationale des transporteurs aérien, ndlr) pour sécuriser les paiements des agences de voyages, en récupérant les sommes des billets d’avions auprès du BSP. Mais ce sont des opérations au cas par cas, comme nous avons pu le faire récemment avec Jet Airways », explique Jean-Pierre Mas.

Encore une fois, l’absence de garantie donnée par les compagnies aériennes mondiales à Iata, fait grincer des dents. « Il reste scandaleux que les distributeurs donnent à Iata des fonds de garantie colossaux, et que les compagnies aériennes ne soient pas soumises aux mêmes conditions, laissant tout le secteur désemparé en cas de faillite », conclut Jean-Pierre Mas.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 5009 fois

Notez



1.Posté par savanna tours et safaris le 28/08/2019 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PAVILLON FRANCAIS DISPARAIT DEPUIS DES ANNEES DANS L INDIFFERENCE TOTALE ET QUI EN PROFITE LE MONOPOLE QUI REVIENT !!!!!! PAUVRE FRANCE DES AIRS

2.Posté par Lecalot le 30/08/2019 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
XL Airways et Aigle Azur vont disparaître. Rachat par des européenns industriels de l'aérien ou financiers qui finiront le travail de liquidation. Seule voie pour developper le pavillon français face à la concurrence débarrassé des 2 actionnaires etatiques français et hollandais, la baisse des charges sociales et des coûts aéroportuaires en France et particulièrement ceux d'ADP. ML

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips