TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Crise Aigle Azur : l'entreprise risque d'y laisser des plumes...

Quel avenir pour la deuxième compagnie française ?



En grande difficulté, Aigle Azur a organisé un Comité social et économique (CSE) extraordinaire lundi 26 août 2019, et a procédé à un changement de direction. Depuis plusieurs semaines, les galères et les situations de crise se multiplient.


Rédigé par le Lundi 26 Août 2019

Aigle Azur perd de l'argent, ferme des lignes, et change de direction © AA
Aigle Azur perd de l'argent, ferme des lignes, et change de direction © AA
Guadeloupe Inside
« Aujourd’hui, Aigle Azur, pour continuer d’exister, exige des actions vigoureuses et immédiates ».

Une communication interne, envoyée lundi 26 août 2019 aux salariés à la suite d’une réunion extraordinaire du Comité social et économique (CSE), ne laisse plus place au doute : Aigle Azur va mal.

Ce même jour, deux nouveaux dirigeants ont été nommés : Gérard Houa, l’un des actionnaires, à la présidence, et Philippe Bohn, homme d’affaires français bien connu en Afrique, ex-responsable d’Airbus sur le continent et récent co-fondateur d’Air Sénégal, à la direction générale.

Lire : Aigle Azur : Gérard Houa et Philippe Bohn prennent les commandes

Frantz Yvelin, à la tête depuis 2 ans de la deuxième compagnie française en termes de passagers transportés et responsable de son ouverture au long-courrier, a été remercié en des termes peu flatteurs.

« Les actionnaires ont longtemps été tenus dans l’ignorance de (la) situation, alors que dans le même temps, la direction annonçait l’objectif d’un résultat à l’équilibre, voire légèrement excédentaire », peut-on lire dans le communiqué de la nouvelle direction.

« Toutes les solutions explorées jusqu’à présent ont consisté - au grand détriment des salariés - à brader ces actifs dans une démarche de court terme, sans vision pour l’avenir et sans le réel souci de sauver l’entreprise », y est-il précisé.

50 millions d’euros de pertes et un réseau en pagaille

Il faut dire que, d’après les nouveaux dirigeants de l’historique compagnie française longtemps orientée vers les liaisons vers l’Algérie, Aigle Azur a perdu plus de 50 millions d’euros entre novembre 2017 et juin 2019.

« Près des trois quarts des pertes constatées sont imputables à l’exploitation de lignes moyen-courrier en Europe », précisent-ils.

En effet, après des lancements à raison de 3 vols par jour, les lignes reliant Paris-Orly à Milan et Berlin seraient récemment passées à 3 vols par semaine.

La liaison entre Marseille et Dakar est suspendue. Au début du mois de janvier 2019, la compagnie avait aussi arrêté l’exploitation de sa ligne domestique reliant Lyon Saint-Exupéry à Nantes-Atlantique.

8 mois après son lancement, la première ligne long-courrier reliant Orly et Pékin a aussi été stoppée.

L’autre ligne long-courrier, la transatlantique vers Saõ Paulo, malgré les démentis que nous avait envoyés la direction, devrait bien être abandonnée dès cette rentrée, alors qu’Aigle Azur était en renégociation de son accord de partage de codes avec le transporteur Azul.

En 2019, Aigle Azur a aussi procédé à des annonces tous azimuts : renforçant son réseau vers le Mali (4 vols par semaine), vers Saõ Paulo (5 vols par semaine), ouvrant une ligne entre Marseille et Moscou (Russie) puis entre Paris-Orly et Kiev (Ukraine), et signant un accord de partage de codes avec ASL Airlines vers l’Algérie.

Des fermetures de lignes et pas de Top Resa

Au-delà de la situation pour le moins chaotique et peu lisible du réseau, la compagnie a également dû rendre un de ses avions à son loueur, à la suite d’un obscur différend financier.

La direction nous avait expliqué que le loueur était dans cette affaire fautif, bien que ce dernier avait décidé de bloquer l’appareil au sol.

Depuis, le transporteur fondé en 1946 par l’industriel Sylvain Floirat, doit se résoudre à des actions d’urgence pour trouver du cash, comme vendre ses activités au Portugal à l’espagnol Vueling. Les vols vers le Portugal devraient s’arrêter d’ici la fin octobre.

Ultime preuve, enfin, de la situation d’Aigle Azur : le transporteur a renoncé à participer au salon IFTM Top Resa, grande messe annuelle du secteur du tourisme français, qui se tiendra en octobre à Paris.

Une situation de crise globale qui inquiète en plus haut lieu, plusieurs réunions s’étant tenues dernièrement sur le sujet au ministère des Transports et à Bercy.

L’orage n’a décidément pas fini de gronder au-dessus de la compagnie qui transporte 1,88 million de passagers par an et compte près de 1200 salariés.


Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 4424 fois

Notez



1.Posté par Lecalot le 28/08/2019 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Combien de faillites, de plans sociaux, de chomage, d'actionnaires volés par des chefs d'entreprises et gérants incompétents faudra t il à ce gouvernement pour comprendre qu'il ne peut pas exister de compagnies françaises moyennes low cost dans un univers de taxation, d'imposition, de charges sociales, de regles écologiques et de coûts aéroportuaires aussi élevées et contraignantes face à une concurrence européenne et internationale agressive sur les coûts d'exploitation et la productivité. Seul le Groupe AF/KL semble pouvoir tenir. mais la politique de taxation à outrance, d'imposition élevée, de charges sociales en hausse permanente, de réglementation écologique paralysante, et de coûts aeroportuaires trop hauts face aux autres plateformes majeures en Europe pèseront lourdement sur la compétitivité du Groupe AF/KL et hypothequeront lourdement son avenir quelquesoit la qualité de ses dirigeants. M L

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >



QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure














TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel