TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

XL Airways : l'offre inattendue de Gérard Houa qui laisse les salariés sceptiques (vidéo)

Un dernier espoir ?


Rédigé par Pierre Georges, à Bobigny le Mercredi 2 Octobre 2019


Coup de théâtre au tribunal de commerce de Bobigny, devant lequel s’étaient massés des centaines de salariés d’XL Airways. Ce qui devait être la dernière audience et la fin de la compagnie à bas-coûts française a vu Gérard Houa déposer une offre de dernière minute. L’ex-Aigle Azur propose de reprendre une partie des activités de la compagnie de Laurent Magnin. Aux termes de longues heures d’audience, le tribunal a remis sa décision en délibéré à la fin de semaine. Récit.


Ils étaient des centaines de salariés, pilotes, stewards, hôtesses et personnels au sol unis devant le tribunal de commerce de Bobigny, mercredi 2 octobre 2019, lors d’une ultime audience dans le cadre du redressement judiciaire d’XL Airways.

« Ça doit être la dernière faillite pour le transport aérien français », avait en introduction lancé l’inénarrable P-DG d’XL, Laurent Magnin, sous les applaudissements de ses salariés, quasiment tous unanimes et soudés derrière lui (voir vidéo).

Dans les rangs des navigants, l’émotion était vive. Accolades générales, « X » dessinés dans les airs par des centaines de doigts, sanglots. « On ne peut pas nous priver de nos ailes », lance une hôtesse en pleurs à ses collègues. « Personne ne nous soutient, on crève et la France s’en fout », grogne de son côté un co-pilote.

Gérard Houa, l'invité surprise

Jusque dans les dernières minutes, certains espéraient une offre tombée du ciel, un sauveur providentiel, quelque chose de l’ordre du miracle. Depuis le début de l’après-midi, le nom de Gérard Houa, ex-actionnaire minoritaire et candidat malheureux à la reprise d’Aigle Azur, circulait parmi les rangs.

La rumeur s’est avérée vraie. Après plus de 2h d’une audience qui aurait dû être courte, les 600 salariés ont en effet eu la surprise de voir arriver l’homme d’affaires français, accompagné de Philippe Bohn (Airbus, Air Sénégal).

Ce dernier, à quelques heures de l’audience, a déposé une offre de dernière minute. D’après plusieurs avocats, interrogés lors d’une suspension de séance, le propriétaire de Lu Azur proposerait la reprise des leasings de 2 des 4 appareils de la flotte du transporteur ainsi que de 48% du personnel. Comme dans le cadre de la reprise d'Aigle Azur, il promet d'apporter 30 millions d'euros, 15 en fonds propres, 15 sous forme de prêt actionnaires.

Le principal intéressé ne nie pas, ne confirme pas non plus. Mais l’offre de reprise officielle que nous nous sommes vite procurés, le confirme : toujours via sa société luxembourgeoise Lu Azur, Gérard Houa souhaite ne garder que 2 avions et 276 salariés. Le tout avec lui-même comme P-DG et Philippe Bohn comme directeur général.

"Ce combat est pour vous tous"

« Les routes à destination de la République Dominicaine, des Antilles et de la Réunion qui sont très déficitaires doivent être arrêtées. Les routes à destinations de la Chine, des Etats-Unis et du Mexique seront maintenues », peut-on lire dans le détail de l’offre.

Le document, qui liste tout le potentiel d’XL Airways, pointe aussi des « coûts salariaux non optimisés, une flotte veillante et coûteuse avec notamment des cabines aux standards de confort dépassés » et des « loyers avions non compétitifs ».

L’audience se termine. L’homme d’affaires d’origine chinoise quitte les lieux précipitamment et esquive les questions. « Réponse vendredi à 14h », lâche-t-il simplement. Une nouvelle vite confirmée : le tribunal de Bobigny rendra sa décision dans deux petits jours.

Devant la salle d'audience, cette offre inattendue laisse pour le moins sceptique. Quelques dents grincent. « L’offre ne nous semble pas apporter toutes les garanties nécessaires », lance Laurent Magnin à ses troupes. Avant de relancer en boucle les sempiternelles débats devant télé et radios nationales : taxation, inaction de l’Etat, massacre des compagnies aériennes françaises…

Puis il retourne auprès des siens, la grande famille d’XL. Embrassades, photos collectives, pleurs, toujours. « Je ne lâcherai jamais, ce combat est pour vous tous », conclut-il une énième fois devant 600 salariés en liesse.

Nul doute que tous se retrouveront au même endroit, ensemble et en uniformes, vendredi 4 octobre à 14h.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 9939 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par eurofans le 03/10/2019 09:59
Je croyais qu 'il n 'avait pas le droit de faire une telle offre selon la loi?quoiqu il arrive quel gachis!!!!!

2.Posté par redbar le 03/10/2019 10:06
Quand on n’a plus rien, moins que rien, c’est déjà beaucoup! Alors il serait dommage de commencer à émettre des doutes sur ce repreneur providentiel… Laissons le tribunal faire ses diligences et si l’offre de Lu Azur est acceptée, il faudra faire preuve de modestie et de coopération avec quelqu’un qui met 15M d’euros. Très émouvant les scènes de soutient entre Laurent MAGNIN et ses salariés au tribunal, mais ces derniers oublient qu’il est la cause de la situation lamentable de sa compagnie. Houa a d’ailleurs annoncé qu’il n’en voudrait pas si l’offre est acceptée. C’est déjà un signe de bon sens.

3.Posté par Diji le 03/10/2019 23:36
Votre commentaire me semble très clair, mais a côté de nous et de notre peine est venu se sur ajouté un passager lésé qui a exprimé son incompréhension. Mr Magnin a pourtant bien insisté sur son souci des passagers lésés. Vous auriez simplement en un petit mot led faire exister . Vous avez par ailleurs bien compris l'indécision légitime du personnel

4.Posté par Lecalot le 04/10/2019 11:37
Aucune chance de reussite pour Mr le repreneur surprise qui avait déjà failli avec Aigle Azur.
2 avions mais c'est une utopie ou pire une tromperie scandaleuse. Illusoire et proposition nulle. Michel

5.Posté par NN le 04/10/2019 14:37
Voilà, ça vient de tomber, l'entreprise est liquidée. Aucune chance n'a été laissée à cette compagnie, pas même celle qui a à un moment proposé de sauver une partie de l'activité et des salariés. Il aurait été opportun de faire un essai. La petite boîte serait devenue grande. Je ne comprends pourquoi l'État (à travers ses institutions) qui est censé aider contribue au largage de 1500 salariés en une semaine. C'est injuste.

6.Posté par pierre payet le 04/10/2019 18:47
bonjour je voudrais savoir comment je vais faire pour les deux billet pour le moi de décembre 2019 et retour le mois de janvier 2020 cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >





























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex