TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Agences : IATA veut border le possible "crash" d'Alitalia...

la compagnie sous administration extraordinaire



Les Entreprises du Voyage suivent de près l'évolution d'Alitalia placée sous administration extraordinaire. IATA aurait demandé un déposit à la compagnie qui devrait être versé dans les jours qui viennent.


Rédigé par C.E. le Jeudi 4 Mai 2017

"IATA a demandé à la compagnie un deposit qui doit être versé sous quelques jours" a indiqué Jean-Marc Rozé qui a reçu ce jeudi matin, une communication de Madrid - DR Facebook Alitalia
"IATA a demandé à la compagnie un deposit qui doit être versé sous quelques jours" a indiqué Jean-Marc Rozé qui a reçu ce jeudi matin, une communication de Madrid - DR Facebook Alitalia
Les Entreprises du Voyage suivent de près le dossier Alitalia.

La compagnie en difficulté a demandé à être placée sous administration extraordinaire, une procédure similaire au chapter 11 aux Etats-Unis qui permet notamment de geler les dettes et de restructurer l'entreprise.

Comme l'a rappellé la compagnie "son programme de vols continuera de s'opérer comme prévu".

Jean-Marc Rozé, secrétaire général des Entreprises du voyage précise "pour l'instant Alitalia est en activité, et il est impossible de bloquer les fonds".

En revanche, le syndicat patronal assure être en contact quasi-quotidien avec IATA pour suivre l'évolution de la situation.

"IATA a demandé à la compagnie un deposit qui doit être versé sous quelques jours" a indiqué Jean-Marc Rozé qui a reçu ce jeudi matin, une communication de Madrid.

Quid du blocage des fonds ?

Pour rappel, Les Entreprises du voyage (à l'époque SNAV) avaient lancé une procédure en référé lors des faillites de Malev, Air Madrid ou encore Syphax pour bloquer les fonds dus au BSP.

Jean-Marc Rozé précise : "cette procédure ne peut être lancée qu'en cas de faillite, ce n'est pas à l'ordre du jour.

Et si cela devait l'être, nous ne pourrions bloquer les paiements que sur une semaine et demi, en raison du passage du paiement du BSP tous les 15 jours, contre un mois auparavant. Les agences seraient alors moins bien protégées".


Pour éviter trop de casse et toujours en cas de défaillance de la compagnie, IATA peut également demander de déduire de leur règlement les billets émis et non volés sur la période concernée (pas ceux payés sur des périodes précédente).

Reste à connaître quel sera le sort de la compagnie. Si aucune offre de reprise, totale ou partielle, n'est proposée, Alitalia devra être liquidée.

Lu 3503 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par mille sabords le 05/05/2017 12:50
IATA demande à la cie Alitalia un déposit pour garantir qui ??? les accords inter compagnies , les agences ?
Pas les agences semble t il car en cas de faillite de cie aérienne comme on a pu le voir avec Malev et Syphax les remboursements ont été fait seulement pour partie et sur du long à coup de semonces de la profession, le perdant reste toujours l'agent de voyages .
Le sujet étant d'actualité, notre cher Président devrait demander des garanties immédiates et fortes à IATA.
IATA "pompe la trésorerie des agences avec le paiement bi mensuel sans "contrepartie .Le passage au paiement bi mensuel permet à IATA de gagner plus de 10 jours d'avance de trésorerie sur le dos des agences mondiales , faites le calcul ... 2017 sera une année record en bénéfice pour IATA après 36 milliards en 2016!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance