TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Alexandre Delvallez (Réunir) : "Nous voulons être totalement connectés à l’industrie touristique"🔑

Entretien avec Alexandre Delvallez, directeur général du réseau Réunir



Entré en PME, dans le secteur du transport de voyageurs en autocar, chez Berthelet, Alexandre Delvallez rejoint ensuite le réseau Réunir en 2019, pour y développer la filiale commerciale Saybus. Depuis quelques mois, il a été choisi comme directeur général du réseau par son nouveau président, Michel Seyt, et nous dévoile la feuille de route.


Rédigé par le Mardi 15 Février 2022

Alexandre Delvallez, nouveau directeur général du réseau Réunir (©Réunir)
Alexandre Delvallez, nouveau directeur général du réseau Réunir (©Réunir)
TourMaG - Comment présenter Réunir en quelques mots ?

Alexandre Delvallez : Réunir est une association qui regroupe des PME du transport routier de voyageurs autour de sujets qui touchent à la mobilité. Sa vocation est de mutualiser des services pour renforcer l’attractivité et l’efficacité de ces PME qui n’ont pas les moyens de les avoir en interne. Cela se traduit notamment par trois filiales dédiées.

La première, Réunir Services, est là pour accompagner les adhérents du réseau dans leurs appels d’offre, référencer des partenaires de confiance pour nos membres, conseiller les PME du réseau sur les sujets GRH et de formations, accompagner les entreprises à la labellisation en R.S.E « Mon entreprise s’engage » et à la certification qualité Afnor Réunir LeRéso, ainsi qu’à l’introduction aux nouvelles technologies.

La seconde, Réunir Assurances, agit comme un courtier pour trouver la meilleure couverture pour les activités de nos membres et leurs 7 500 véhicules. La troisième, Saybus by Réunir, aussi connue sous l’appellation Réunir FIT, est davantage tournée vers la prospection commerciale et la gestion de projet de grande envergure.

Saybus est l'interlocuteur unique pour les besoins en transport qui dépassent une seule région

Un outil de réservation qui apporte de la visibilité nationale aux PME du transport de voyageurs
Un outil de réservation qui apporte de la visibilité nationale aux PME du transport de voyageurs
TourMaG - Est-ce qu’on peut s’attarder davantage sur cette filiale, dont vous avez été l’animateur ?

Alexandre Delvallez : C’est une centrale de projets qui intervient au bénéfice des entreprises sur le marché national et international. C’est une façon d’ouvrir nos PME sur des marchés qui ne sont pas normalement à leur portée.

Saybus devient l’interlocuteur unique pour des clients qui ont des besoins qui couvrent au moins plusieurs régions, voir le territoire national dans son ensemble.

TourMaG - Quels types de marché sont concernés ?

Alexandre Delvallez : Ce sont essentiellement des opérations de transfert ou du transport touristique occasionnel comme des acheminements.

L’intérêt de Saybus est de pouvoir mettre nos PME en réseau et donc au même niveau que les acteurs majeurs du secteur.

Pour aller encore plus loin, nous avons créé un outil de réservation en ligne, SayBooking, qui est à la fois une plateforme accessible à tous les partenaires potentiels, agences de voyages, agences événementielles ou entreprises et associations, mais aussi l’outil individuel de réservation que chaque adhérent peut associer à son site.

Nous attachons beaucoujp d'importance à la relation humaine entre un client et un membre du réseau

TourMaG - Comment fonctionne cette centrale ?

Alexandre Delvallez : C’est d’abord un point de passage. Quand le client a trouvé le partenaire local qui peut répondre à son besoin, le lien direct est établi entre les deux. Saybus n’intervient pas sur un périmètre local qui correspond au territoire d’activité d’un adhérent. Nous pouvons suivre le dossier que s’il y a un besoin de coordination.

Nous ne voulons surtout pas intervenir comme un broker car nous attachons beaucoup d’importance à la relation humaine qui va s’établir, voire se pérenniser, entre un client et son prestataire, membre du réseau.

TourMaG - Et pour les marchés qui dépassent le local ?

Alexandre Delvallez : C’est la centrale qui assure l’interface en collectant les devis des adhérents qui répondent à la partie qu’ils peuvent traiter. Nous sollicitons aussi des non-membres quand le marché concerne des « zones blanches » où nous n’avons pas d’adhérents, et nous bâtissons la proposition finale au plus juste prix.

TourMaG - N’y a-t-il aucune tension commerciale entre deux adhérents implantés sur la même zone ?

Alexandre Delvallez : Non pas vraiment et pour plusieurs raisons. La première est que tous les membres se connaissent et que le message de la complémentarité avant la rivalité est bien passé.

La seconde, plus efficace, est que depuis quelques années – et même en ce moment pour des raisons plus conjoncturelles – il y a plutôt un déficit de disponibilité des véhicules et du personnel. Le volume de la centrale Saybus était en constante augmentation depuis 2018, avec un coup d’arrêt provoqué par la crise sanitaire.

A chaque libéralisation des contraintes, on constate un effet immédiat sur les sollicitations à la centrale, auxquelles nous avons beaucoup plus de mal à répondre.

Nous pensons effectivement pouvoir élargir nos propositions

Un nouveau conseil d'administration s'est mis en place autour de Michel Seyt (© Réunir)
Un nouveau conseil d'administration s'est mis en place autour de Michel Seyt (© Réunir)
TourMaG - L’activité de la plateforme se limite actuellement à l’occasionnel touristique, pourriez-vous allez plus loin dans les prestations touristiques, jusqu’à des circuits organisés ?

Alexandre Delvallez : C’est une piste de réflexion mais qui n’est pas encore aboutie. Nous pensons effectivement pouvoir élargir les propositions. Une commission est dédiée à l’amélioration des fonctionnalités et de l’ergonomie du site.

TourMaG - Cette réflexion est menée par la nouvelle équipe organisée autour du nouveau président Michel Seyt, quelles sont les autres pistes que vous souhaitez explorer ?

Alexandre Delvallez : Notre action dans les prochains mois est tournée vers deux directions essentielles, l’amélioration de l’attractivité des PME par rapport aux acteurs majeurs de la mobilité et la promotion de leurs activités au niveau local.

La feuille de route passe par une meilleure communication sur la pertinence et l’efficacité de nos outils, et sur une plus grande proximité avec nos adhérents pour résoudre notamment les problèmes de recrutements de chauffeurs.

Le conseil d’administration est composé de telle façon que la représentation territoriale est plus complète, avec certains administrateurs qui vont se spécialiser sur un segment. Je prends l’exemple de Thierry Schidler à Metz et Frédéric Pinet à Gap qui vont s’intéresser au développement du transport occasionnel.

La FNTV défend les intérêts de notre secteur. Chacun agit à son niveau

TourMaG - La pénurie de chauffeurs, vécue dans la plupart des entreprises, est-elle de nature à freiner la reprise de vos activités ?

Alexandre Delvallez : C’est un sujet majeur pour nos adhérents et je constate, au passage, que nous ne sommes pas le seul secteur du tourisme à être confronté à cette situation. Nous bénéficions d’un outil très performant, Cassiopée, embarqué à bord d’un autocar et que nous faisons circuler entre les adhérents. C’est un simulateur qui sert aussi bien à affiner les formations qu’à attirer de nouveaux talents en valorisant le métier de conducteur. Nous en aurons besoin pour pouvoir assurer les prestations qui reviennent dans les carnets de commande.

TourMaG - Comment s’inscrit cette action en parallèle avec l’engagement de la FNTV ?

Alexandre Delvallez : C’est totalement complémentaire, la FNTV défend les intérêts de notre secteur d’activités, participe à la négociation salariale en cours, valorise aussi nos métiers. Chacun agit à son niveau.


Lors de l'IFTM Top Resa, nous avons eu des conversations intéressantes avec les agences réceptives et les T-O

La présence de Saybus by Réunir à l'IFTM Top Resa a été l'occasion de renouer des liens (© BC)
La présence de Saybus by Réunir à l'IFTM Top Resa a été l'occasion de renouer des liens (© BC)
TourMaG - Quel a été le bilan de votre présence lors de la dernière édition de l’IFTM Top Resa ?

Alexandre Delvallez : Ce n’était pas une première puisque nous étions déjà venus en 2019 mais de manière plus modeste. De fait, notre présence en octobre dernier, avec des partenaires adhérents, était beaucoup plus visible avec des répercussions intéressantes.

Cela participe de notre volonté d’être un partenaire actif de la chaîne touristique, pas seulement un prestataire qui assure une commande. Nous avons eu des discussions intéressantes avec les agences réceptives, avec des tour-opérateurs qui ne connaissent pas suffisamment le périmètre de nos activités.

Notre message est aussi de ne pas nous considérer uniquement comme le dernier maillon et que l’on puisse davantage valoriser nos prestations, au juste prix. Nous voulons être totalement connectés à l’industrie touristique.

TourMaG - Allez-vous appliquer des hausses de prix conséquentes ?

Alexandre Delvallez : Le marché doit se réguler en fonction de la réalité avec un prix du carburant qui ne cesse d’augmenter, des hausses de salaires à digérer, des coûts de péage à absorber. Ce que nous demandons surtout à nos partenaires de l’industrie touristique c’est davantage de visibilité sur les programmations. C’est le meilleur moyen de réguler les plannings, de ne pas réagir en urgence pour limiter les implications tarifaires. C’est un message essentiel qui va nous occuper.

En ce moment, tout le monde parle d’avenir, de transformation de nos métiers. Je trouve essentiel de le faire ensemble, entre acteurs opérationnels et c’est sans doute ce qui a manqué dans le passé.

Le réseau Réunir, c'est

• 130 entreprises,
• 240 sites d’exploitation en France,
• 7 500 véhicules
• plus de 9 000 salariés.

Les adhérents sont globalement mobilisés à 70% sur le transport régulier et 30% sur le transport occasionnel touristique et les circuits. Ils sont très implantés en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Hauts de France, et Ile-de-France, avec quelques zones encore trop blanches en Bourgogne-Franche-Comté, PACA, la partie sud de l’Occitanie et une partie du Grand Est.]i

Lu 1853 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias