TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone



Christian Orofino : Sans l'implication des tour-opérateurs, le tourisme français ne décollera pas

La chronique de Christian Orofino



On aurait pu penser que la fermeture des frontières en cette période de pandémie aurait favorisé le développement d’une offre sur la seule destination encore exploitable : la France. Mais depuis 20 ans, le constat reste le même : les acteurs de l’intermédiation ne sont toujours pas intéressés par la production sur l'Hexagone, même si leur activité « outgoing » est à l’arrêt total. Alors pourquoi toujours ce même désintérêt pour une destination réputée être la plus riche du monde pour ses différents patrimoines ? Eléments de réponse avec Christian Orofino.


Rédigé par Christian OROFINO le Lundi 15 Février 2021

La France reste une destination de deux régions essentiellement, l’Ile-de-France et la région Sud (PACA) qui possèdent des patrimoines culturels et naturels qui n’ont aucun besoin de promotion et qui attirent sur leur seul nom des millions de visiteurs directs - DR : DepositPhotos, AlexGukBO
La France reste une destination de deux régions essentiellement, l’Ile-de-France et la région Sud (PACA) qui possèdent des patrimoines culturels et naturels qui n’ont aucun besoin de promotion et qui attirent sur leur seul nom des millions de visiteurs directs - DR : DepositPhotos, AlexGukBO
Dans les années 1990-2000, tous les congrès professionnels du tourisme, que ce soit ceux des réseaux ou des syndicats, affichaient immanquablement au programme de leurs journées de travail : « La vente de la France en agences de voyages ».

Malgré la présence de participants, à quelques rares exceptions, tous opérant dans les pays étrangers, cet atelier affichait toujours complet, les opérateurs de l’époque voulant démontrer ainsi qu’ils s’intéressaient à la destination nationale mais ne s’y engageaient pas pour des raisons de non-rentabilité.

On aurait pu penser que la fermeture des frontières en cette période de pandémie aurait favorisé le développement d’une offre sur la seule destination encore exploitable : la France.

20 années ont passé. Le constat reste le même : les acteurs de l’intermédiation ne sont toujours pas intéressés par la production France, même si leur activité « outgoing » est à l’arrêt total.

Pourquoi ce désintérêt pour la France ?

A l’instar de plusieurs entreprises qui se sont reconverties pour pallier le manque de commandes de leur production habituelle, les TO et les agences de voyages préfèrent se mettre en sommeil et attendre la réouverture des frontières pour exercer à nouveau leur savoir-faire du voyage.

Alors pourquoi toujours ce même désintérêt des professions de l’intermédiation pour une destination réputée être la plus riche du monde pour ses différents patrimoines ?

La responsabilité en incombe en grande partie au type de gouvernance du tourisme en France.

Compte tenu du retrait des grands professionnels du voyage, les organismes institutionnels (Offices du tourisme, Comités départementaux du tourisme, Comités régionaux, etc.) se sont substitués aux entreprises privées, organisant tout à la fois la production et la distribution de programmes touristiques.

Les entreprise privées, TO ou agences, ont besoin de rentabilité pour rester performants. Or le marché français étant très proche du réseau hôtelier et de loisirs, ceux-ci privilégient la clientèle directe sans passer par des intermédiaires producteurs ou distributeurs.

En revanche, les institutionnels n’ayant pas l’obligation de résultats financiers peuvent se permettre de proposer des programmes touristiques locaux en y consacrant même des budgets importants de communication pour promouvoir les acteurs de leurs régions et leurs produits.

Une plus juste répartition des retombées économiques pour chaque région

Mais toutes ces initiatives locales n’inversent pas la tendance, la France reste une destination de deux régions essentiellement, l’Ile-de-France et la région Sud (PACA) qui possèdent des patrimoines culturels et naturels qui n’ont aucun besoin de promotion et qui attirent sur leur seul nom des millions de visiteurs directs.

Aucune valeur ajoutée pour un opérateur de promouvoir la Tour Eiffel ou le village de Saint-Tropez qui bénéficient d’une médiatisation permanente.

En revanche, la France, c’est 35 000 communes qui possèdent toutes un intérêt touristique et qui pourraient faire toutes l’objet de productions professionnelles assemblant dans un même produit touristique les patrimoines écologiques, culturels, gastronomiques… avec les prestations hôtelières et de transport.

La mise en place de ces milliers d’offres potentielles de produits touristiques français des territoires ne peut être réalisée que par des professionnels confirmés de la production car elle nécessite autant d’expertise que pour la réalisation de programmes touristiques dans des pays étrangers.

La commercialisation professionnelle de ces produits locaux français permettrait une plus juste répartition du retour économique pour chaque région.

Sans l’implication et les compétences de grands tour-opérateurs, le tourisme français restera l'un objet d’études et de statistiques permanent sans réelle vision industrielle.

Une production solide multi-territoriale, promue par des outils technologiques innovants, intéresserait aussi bien le marché français en quête de sens - on l’a observé avec cette pandémie - pour ses séjours que les marchés étrangers qui découvriraient une autre offre plus authentique et moins médiatisée.

"II faut une gouvernance offensive"

Cette nouvelle approche, plus professionnelle, du tourisme permettrait aussi la création d’emplois locaux durables et une revalorisation des territoires.

Mais pour cela, il faut une gouvernance pour le tourisme qui soit à la hauteur des enjeux, à savoir une vision du tourisme non plus « passive », qui se contente de compter le nombre de visiteurs annuels et promet à chaque changement de ministre ou de secrétaire d’Etat le million de touristes comme seul objectif.

II faut une gouvernance offensive associant, dans une même stratégie, les organismes institutionnels et les professionnels dans des partenariats public/privé dans chaque territoire.

Cette gouvernance doit prévoir aussi des budgets permettant des aides financières aux opérateurs privés, s’engageant sur des appels d’offres des régions afin qu’ils puissent, parallèlement à leur activité « out going », développer des politiques touristiques rentables de production et de distribution de la totalité des territoires français.

Christian OROFINO
Président de TOURCONSEIL
Co-président d'OBGET
Ex PDG et DG du TO VISIT FRANCE
Ex-Président de la commission Tourisme responsable du SNAV

Lu 3190 fois

Tags : orofino
Notez

Commentaires

1.Posté par DELPHINE CAMARA le 16/02/2021 09:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ARTS ET VIE, spécialiste du tourisme culturel, a bien compris depuis des années tout le potentiel qu'offre notre pays en matière d'offres touristiques culturelles. Nous proposons chaque année des dizaines de programmes sur toute la France, sous la forme d'escapades pour la plupart, et ces derniers se vendent très bien. Il y a un public pour ces offres, sans aucun doute ! https://www.artsetvie.com/destination/europe/france.html

2.Posté par PAT44 le 16/02/2021 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Etonnant le décalage entre le titre "sans l'aide des T, la destination France ne décollera pas" et la conclusion : il faut qu'état aide les TO à investir sur cette thématique.
C'est surtout la volonté des TO qui pêche.
Bonne journée

3.Posté par Gaudin le 16/02/2021 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faudrait que les TO se lancent sur des productions très spécifiques, investissent...

Si un TO veut se lancer sur une production France avec un réseau national des meilleurs chauffeurs-guides, avec une flotte de véhicules électriques exclusivement, je suis partant pour y participer.

J'ai même déjà une url disponible www.voyages-france.com ...

Bonne journée.

4.Posté par CADUDAL le 18/02/2021 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'offre française existe et elle est multirégionale. Les agences réceptives locales ou inter-régionales travaillent depuis des dizaines d'année avec les TO étrangers. Nous avons une production, riche, culturelle, gastronomique, œnologique, historique, sportive...en groupe ou en individuel. Monter de telles productions prennent des mois, parfois des années , car elles sont en constante mutation. LES RECEPTIFS existent, ils font partie de l'écosystème du tourisme. Cette programmation peut s'ouvrir aux français. Encore faut il motiver et former les agents et les TO sur ces offres existantes ou à construire. C'est là l'enjeu, il n' y en pas d'autres. Vendre la France ne s'improvise pas surtout aux français. La formation aux produits, aux coûts, et la mise en relation avec d'authentiques agences réceptives locales doivent se mettre en place avec la volonté de ceux qui le souhaitent vraiment.

5.Posté par Valérie Buisson le 19/02/2021 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La formation aux produits, aux coûts, et la mise en relation avec d'authentiques agences réceptives locales doivent se mettre en place avec la volonté de ceux qui le souhaitent vraiment : merci à Cadudal de cette belle introduction. L'EFHT école supérieure du Tourisme présente depuis plus de 45 ans, propose une offre de formation 100 % dédiée aux professionnels du tourisme parrainée par l'association RESPIRE.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Octobre 2021 - 11:51 Nordiska fait paraitre sa brochure Hiver 2021-2022









































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias