TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : Affaire Schneider... la DGE, responsable mais pas coupable ?

L'édito de Dominique Gobert



Pour l’instant, du côté de Schneider et de sa garantie « bidon », il ne se passe rien. C’est dommage, car un certain nombre d’opérateurs de voyages qui avaient crû en ce « garant » n’arrive toujours pas à récupérer ses fonds… Cherchez l'erreur !


Rédigé par le Lundi 8 Janvier 2018

Car, et c’est une question essentielle, qui sera responsable en cas d’accident ? Surement pas la DGE, qui se retranchera derrière le litige « commercial » ! Surement pas Atout France, nullement responsable de cette situation délirante. - DR
Car, et c’est une question essentielle, qui sera responsable en cas d’accident ? Surement pas la DGE, qui se retranchera derrière le litige « commercial » ! Surement pas Atout France, nullement responsable de cette situation délirante. - DR
Mais, pour le moment et jusqu’à présent, tout va bien, si l’on peut dire.

Enfin, tout va bien, c’est-à-dire qu’aucun sinistre (du moins à notre connaissance) n’est à déplorer.

En revanche, on peut quand même s’étonner de cette situation, particulièrement dans notre pays où la réglementation sur les voyages à forfait est particulièrement stricte et terriblement encadrée.

D’ailleurs, les pouvoirs publics viennent encore d’en donner la preuve en « transposant » la nouvelle directive européenne, négligeant d’un geste fluide les légitimes revendications des professionnels et privilégiant à outrance le client…

Ce qui, quelque part, pourrait malgré tout conduire certains opérateurs à des difficultés sérieuses.
Pourtant, les pouvoirs publics ne semblent pas s’en soucier plus que de raison.

En attendant, et depuis maintenant deux ans, ces mêmes pouvoirs publics ont laissé, en toute impunité, une société pour le moins étrange (Schneider Securities) « garantir » les fonds déposés par les clients auprès de près de 150 opérateurs de voyages.

Lesquels, bénéficiant de cette théorique garantie, ont été dûment immatriculés par Atout France.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Logique après tout, pour Atout France.

Dans le fatras législatif qui régit les professionnels du tourisme, Atout France n’est que l’organe récepteur et émetteur de ces agréments.

Et, du moment que le professionnel fournit la preuve qu’il est garanti, ce n’est pas à cet organisme de « vérifier » la bonne santé et les agréments dont doit disposer, toujours en théorie, le garant.

Mais c’est comme partout : il y a des professionnels de la garantie, sérieux, solides et dont c’est le métier. Et puis, il y a les autres…

Alors, me direz-vous, existe-t-il un organisme « officiel » chargé de vérifier et de garantir (ben oui) la probité de ces officines… souvent basées à l’étranger ?

Poser la question c'est y répondre. Je vous avoue que nous avons longtemps erré dans les méandres de l’administration, d’autant qu’entre Bercy et le Quai d’Orsay, c’est pas simple non plus...

Néanmoins, il semble bien qu’en dernier ressort, ce soit la DGE (Direction Générale des Entreprises) qui soit en charge, si l’on peux dire, de ce dossier.

D’ailleurs, alors que les carottes sentaient déjà sacrément le roussi pour Schneider, en Juillet 2016, la DGE les avait prévenus de la défaillance de tous ses agréments en France… Sans apparemment plus d’obstination.

Et depuis, c’est aussi le grand silence du côté de cette DGE, laquelle visiblement, doit croiser les doigts et serrer les fesses pour que les opérateurs qui avaient fait confiance à Schneider, ne se cassent pas la figure…

Car, et c’est une question essentielle : qui sera responsable en cas d’accident ? Sûrement pas la DGE, qui se retranchera derrière le litige « commercial » ! Sûrement pas Atout France, nullement responsable de cette situation délirante.

Alors qui ? Et quid des voyagistes qui, soyons très clairs, ne récupéreront jamais leur contre-garantie ?

Et parmi ceux-ci, il en reste encore quelques-uns qui ne pourront plus bénéficier de leur immatriculation sans être garantis. Là encore, çà pourrait devenir une grosse cata…

Prions, mes frères…

Lu 1634 fois

Notez



1.Posté par msabords le 09/01/2018 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Atout France et la DGE sont responsables de ne pas avoir vérifié les accréditations en 2015 et 2016 alors qu'ils ont tous deux été informés de la perte des autorisations par SCHNEIDER SECURITIES; il y a une règlementation qui impose dans le cadre d'une mission d'ordre public une vérification. Ni Atout France ni la DGE n'ont effectué les vérifications en 2015 à la suite de cette information pour suspendre en 2016 Schneider Finances ou Sécurities de la liste proposée aux agences de voyages et TO pour les garanties financières illimitées qui relèvent de la Directive Européennes 2015 puisque la profession d'agent de voyages est réglementée par cette même Directive Européenne .

Curieusement depuis le 2 août suite à l'annonce imposée par le Ministère des Finances à Atout France , silence radio de l'EDV ? Cependant des agences et des To sont en grande détresse..? Pourquoi l'ancien SNAV n'aide il pas les agences et To concernés une action collective en justice ?

Ce dossier n'est qu'à son début .... et pourtant il date !!
On se demande aussi comment la maison mère ,la banque SCHNEIDER FINANCES pour couper court à un scandale qui va l'éclabousser si les sommes ne sont pas remboursées, ne trouve pas une solution pour rembourser les 147 agences et TO concernés pour ne pas laisser éclater un autre scandale au sein de la banque en faisant fuir ses meilleurs clients .
Il semblerait que de ce côté là , cela commence à bouger via la presse internationale car si les meilleurs clients quittent la banque SCHNEIDER FINANCES pour crise de confiance les enjeux sont immenses pour la banque.
Un TAG à la maison mère SCHNEIDER FINANCES aurait été le bienvenu pour l' obliger à réagir vu que par le truchement de ces 2 à 3% d' activité de garantie financière , elle peut faire fuir ses meilleurs clients internationaux dans le domaine de la finance pure et des patrimoines confiés... et ce avant que l on n' arrive à une simple liquidation de la branche Securities. qui pourrait aboutir à des liquidations de TO et agences pour retrait de la licence par Atout France..
Les enjeux de ce dossier sont colossaux...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips