TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La case de l’Oncle Dom : XL Airways, en un combat douteux...

L'édito de Dominique Gobert



Ce n’est pas un adieu… Juste un au revoir, à très bientôt. XL Airways, après avoir bataillé durant toutes ces années, après avoir tenté de faire vivre ce pavillon aérien français, après avoir permis à des milliers de modestes voyageurs de découvrir le monde, prend un peu de repos !


Rédigé par le Vendredi 20 Septembre 2019

XL Airways a tenté, durant longtemps, de changer la donne, avec ses petits moyens, sa vitalité et surtout l’envie de démocratiser le transport aérien - DR : XL Airways
XL Airways a tenté, durant longtemps, de changer la donne, avec ses petits moyens, sa vitalité et surtout l’envie de démocratiser le transport aérien - DR : XL Airways
Autant la chute d’Aigle Azur, depuis la mainmise par un actionnaire chinois et une direction sans grande envergure n’a pas été une surprise, autant la défaillance de XL Airways est une véritable catastrophe pour l’ensemble de la profession en France.

A l’heure où j’écris ces lignes, il reste quelques minutes encore avant que les avions bleus et blancs au pavillon français ne s’endorment pour, ce que beaucoup espèrent, juste une petite sieste au bord de la piste.

Triste journée, après, très certainement, la liquidation définitive ou du moins le dépeçage d’Aigle Azur et la grave défaillance de cette petite compagnie française, l’échec de son président qui depuis des années se bat comme un beau diable pour tenter de redonner souffle et vie à sa compagnie et à ses quelque 600 collaborateurs.

Au temps de l’aviation, le monde du transport aérien était un vrai métier, un monde où l’on s’affrontait en personne de bonne compagnie.

C’est bien fini, tout ça et les flibustiers ont depuis longtemps pris le pouvoir, avec d’ailleurs, l’aval de nombreux politiques.

La case de l’Oncle Dom : XL Airways, en un combat douteux...
XL Airways a tenté, durant longtemps, de changer la donne, avec ses petits moyens, sa vitalité et surtout l’envie de démocratiser le transport aérien, favoriser l’accès de ses aéroplanes aux modestes, à ceux qui disposaient de peu de pouvoir d’achat mais qui avaient, eux aussi, le droit de voyager.

La faute à qui ? Va savoir, Charles…

Faute de gestion ? Dans le cas de XL, sincèrement, je ne crois pas.

Faute de stratégie ? Difficile à dire dans la mesure où la petite compagnie a essayé de ne pas se disperser, ni ouvrir des routes à tort et à travers sans véritables études de marché.

La faute à la concurrence, venue du Nord surtout et certains qui, même au plus mal, bénéficient de ces bizarreries européennes qui permettent à n’importe qui de s’installer n’importe où ? Sûrement, mais pour eux aussi, la chute sera sévère…

La faute à la canicule, aux gilets jaunes, et que sais-je encore ? Peu probable.

En revanche, et il serait bon de le souligner, les autorités de tutelle en France y ont incontestablement une grande part de responsabilité, c’est clair et totalement avenu.

Particulièrement dans le cas de XL Airways, dont Laurent Magnin, son président, n’a pas arrêté de fustiger l’incohérence et la désastreuse gestion du pavillon français par les pouvoirs publics.

Des autorités qui n’ont eu de cesse d’abrutir les compagnies aériennes françaises de taxes et de lourdes charges sociales au mépris total de la concurrence mondiale.

Au mépris même des clients et des collaborateurs de ces compagnies, lesquels n’auront, dans peu de temps, que la solution de pleurer…

Comme Laurent Magnin, à l’issue de cette journée hier, vidé, lessivé et… impuissant face à la chute.

J’avoue, jusqu’au bout, j’y ai cru. Avec la première tentative, chez Air France, on tenait quasi le bon bout. Sauf que, socialement, face à l’incohérence syndicale, l’affaire a brutalement capoté.

J’y ai encore cru la semaine dernière, avec les Portugais qui semblaient pratiquement d’accord. Ça aurait pu être bien… mais trop tard.

Je ne connais aucun philanthrope qui paierait quelque chose… qu’il pourrait avoir sans quasi débourser trois ronds !

Connaissant un peu Magnin, il va faire les choses proprement. Seulement, il y aura forcément des dégâts au sein du paysage touristique français.

Finalement, XL qui a toujours privilégié la distribution traditionnelle, fera aussi des victimes de ce côté.

Et c’est bien dommage. A moins que…

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 8083 fois

Notez



1.Posté par SERGE 13 le 20/09/2019 04:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sa plus grosse erreur a été de supprimer sa classe premium à l'avant de ses appareils. Et je pense très honnêtement qu'il en avait pris conscience mais trop tard. Dommage, ce n'est pas dit qu'il ne trouve pas une solution. Mais bon.

2.Posté par MANDON FABRICE le 20/09/2019 07:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Une grande tristesse de voir partir ainsi la compagnie Xl . Avons toujours suivi avec plaisir cette compagnie qui il y a quelques années produisait des vols charters et un très bon service . Le " printemps arabe" avec les avions de la compagnie resteront pour nous un excellent souvenir . Bon courage à tous les employés . Fab

3.Posté par lfpg le 20/09/2019 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous récoltons à cette époque les résultats stratégiques conservatrices de nos bons politiciens qui au début de ce siècle ont tout fait pour préserver le fleuron Français tricolore en limitant le développement des Cies Françaises privées, et aujourd'hui on en voit le résultat xl, zi … Sans parlé de gestion notamment pour ZI, si ces dernières avait pu se renforcer sur des lignes de niches, se structurer conformément au marché et donc atteindre une taille conséquente, elles seraient plus fortes aujourd'hui et pourraient affronter cette crise concurrentiel.
Si seulement cette casse sociale et ce conservatisme entre 2000 à aujourd'hui avait grandi la grande Cie nationale et faire d'elle un vrai fleuron ça ce saurait, il en est tout autre au vu de leur résultats. Alors bravo à nos politiques d'avoir fait n'importe quoi, dans un secteur ou la France aurait pu exceller.
Courage à L Magnin et à tous ses collaborateurs.

4.Posté par e.landry le 20/09/2019 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dingue d'être actionnaires d'Airbus fleuron de la construction d'avions et de voir et permettre que ses acteurs aériens disparaissent . Heureusement que nous ne sévissons qu'en France car à qui vendrions- nous nos Airbus.

5.Posté par Bertrand Billerey le 20/09/2019 08:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très triste nouvelle pour cette super compagnie ainsi que pour le monde du tourisme. Tous mes souhaits à Laurent et aux équipes (certains sont même devenus des copains) en espérant une issue positive.

6.Posté par redbar le 20/09/2019 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêtez de porter le blâme sur les pouvoirs public et chercher des excuses pour cette débâcle prévisible depuis longtemps. S’il y en a un qui a gagné de l’argent c’est peut-être bien Laurent MAGNIN qui a floué ses investisseurs à chaque étape. L’Islandais STRAUMUR et l’Américain BEACHSIDE CAPITAL. MAGNIN et YVELIN ne sont que des dirigeants aventuriers aux égos exacerbés dont nous voyons les résultats aujourd’hui et dont les passagers et les salariés payent le prix.

7.Posté par Pierre le 20/09/2019 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pouquoi penser que les polotiques vont intervenir favorablement pour l'aerien.
NON au contraire ils ont approuve un certain nombre de slots pour des compagnies étrangeres
directement en concurence avec les compagnies françaises.(airbus)
Donc la clientèle etant extensible jusqu'a un certain point,et la concurence faisant baisser les tarifs
resultat certains avions sont pleins mais non rentables.
Malheureusement d'autres cies vont avoir des problemes et peut être pas celles que l'on croit

8.Posté par Charles le 20/09/2019 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis interpellé dans ce message aussi je fais valoir mon droit de réponse :-)

les charges sociales françaises seront-t-elles un jour compatibles face à EASYJET RYANAIR NORWEGIAN etc... ? A réinventer, ou au moins aider les compagnies de Métropole comme sont aidées les aériens des DOM TOM AIR CALIN TN etc...
Belle journée à tous

9.Posté par Cedro le 20/09/2019 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est fou ce manque de partialité lorsqu’il s’agit des amis.... les mêmes problèmes de charges salariales, cette absence totale des pouvoirs publiques de sauver le pavillon français malgré les assises du transport français, enfin tout ce qui frappe aussi AF et ses 70000 collaborateurs de plein fouet mais qu’y ne vous apitoie jamais ce cas...étrange...non?...

10.Posté par ROHMER BOUFRIOUA le 20/09/2019 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment dommage .. le modèle économique n’était certes pas viable au regard de la forte concurrence sur les destinations types USA par exemple !!! Mais effectivement ce n’est qu’un au revoir et à très bientôt...

11.Posté par AIE le 20/09/2019 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaucoup d'agences vont y perdre des plumes voire carrément leu solvabilité.
Imaginez une agence qui a 40 pax à reprotéger sur un groupe antilles avec prestations pour un départ dans 15 jours ?

12.Posté par XLF le 20/09/2019 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est évidemment triste, dommage, pour les passagers, les salariés si engagés et ses dirigeants qui ont tout donné.
La responsabilité de l'Etat ? C'est assez commode même si pas totalement faux.
En vue macro , le calcul de l'Etat est global : que valent quelques petites compagnies qui font voler 4 appareils par ci, 6 appareils par là, et quelques centaines d'emploi comparé à 2 grands pôles.
Airbus et AFKL
En vue macro, il est plus rentable (en terme d'emplois et de balance commerciale) d'être arrangeant avec Emirates qui achète des 380 à la pelle que de batailler pour quelques micro compagnies, tout en veillant à préserver les positions d'AF...

13.Posté par Axelus le 21/09/2019 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malheureusement il ne s'agit même pas d'un problème Européen... Mais évidemment exclusivement Français. L'hydre tentaculaire continue son entreprise d'étranglement. AF versus KLM = environ 900 millions d'euros de différentiel de fiscalité.
CQFD !

14.Posté par jean louis buffandeau le 22/09/2019 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hello ... le debut de la fin du low cost aerien et to ????
a force d etre le moins cher on se plante .....+ erreurs de strategies + buissnes plan douteux et fonds de pension chinois et us voila les reslutats ...
aigle azur . xl ..bientot norvegain et thomas cook ....ca suffit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips