TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Le Ministère des transports rogne les ailes à Star Airlines et Corsair



Selon des arrêtés récents ( J.O n° 253 du 31 octobre 2006 page 16128 et J.O n° 253 du 31 octobre 2006 page 16124), le Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer a revu à la baisse les destinations pouvant être desservies par les 2 compagnies. Revue de détails.


Rédigé par Jean DA LUZ le Jeudi 2 Novembre 2006

Celui du 12 octobre 2006 modifie celui du 25 octobre 2005 modifié relatif à l'exploitation de services de transport aérien par la société Corsair, se réfère à différents textes européens sur l'accès des transporteurs aériens communautaires aux liaisons aériennes intracommunautaires et au Conseil supérieur de l'aviation marchande et supprime les liaisons suivantes :

Jusqu'au 30 avril 2007
Paris-Los Angeles (Etats-Unis d'Amérique).
Paris-Oakland (Etats-Unis d'Amérique).
Paris-Papeete (Polynésie française).
Paris-San Francisco (Etats-Unis d'Amérique).
Jusqu'au 31 juillet 2007
Paris-Abidjan (Côte d'Ivoire).
Paris-Lomé (Togo).
Jusqu'au 15 mai 2008
Paris-Colombo (Sri Lanka).
Jusqu'au 31 octobre 2008
Paris-Holguin (Cuba).
Paris-Santiago de Cuba (Cuba).
Jusqu'au 30 novembre 2009
Paris-Djerba (Tunisie). »

En ce qui concerne Star Airlines et compte tenu de son nouvel actionnariat, (arrêté du 20 septembre 2005 relatif à l'autorisation d'exploitation des services aériens réguliers entre la France et les pays situés hors de l'Union européenne par des transporteurs communautaires établis en France), sont supprimées :

Jusqu'au 31 mars 2008
Paris-Maurice
Jusqu'au 31 mars 2008
Nice-Maurice
Jusqu'au 30 avril 2008
Paris-Montréal
Jusqu'au 28 février 2010
Paris-Djerba
Jusqu'au 28 février 2010
Paris-Monastir

Lu 2360 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par JEAN PIERRE BEAUD - AEROSUN le 03/11/2006 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on lit ça, on croit réver ! Mais de quel droit et selon quels critères politico-économiques l'administration se permet-elle de restreindre les volontés de développement ? Pour protéger qui ? En bridant, on court le risque d'étouffer... Notre seule liberté en France serait-elle de payer inlassablement les charges sans contre-partie? Il est où le mur ???

2.Posté par Trehin Gilles le 03/11/2006 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

C'est un scandal comment ce gouvernement n'a pas cessé de favoriser les intérêts d'Air France et de sa plateforme démesurée de CDG au détriment des autres compagnies aériennes françaises et des autres villes françaises.
Pour l'aéroport de Nice c'est une nouvelle fois un coup très dur après la faillite d'Air Littoral en Février 2004. C'est d'autant plus dur qu'enfin une nouvelle ligne aérienne intercontinentale allait y voir le jour et ce vol sur l'Ile Maurice allait diversifier son offre. Il est loin le temps ou Jeddah, Djibouti, Johannesbourg, Kinshasa, Brazaville, Koweit était desservi depuis Nice dans les années 80-90, aujourd'hui seul subsiste New York et Dubai et ça c'est important qu'il soient maintenus.
Je suis aussi choqué de voir comment rien n'a été fait pour sauver Air Turquoise de la faillite comme pour Air Littoral, alors qu'elle méritait d'être soutenu pour le développement de la région Champagne-Ardennes.
Quand est-ce que l'on va arrêter de toujours privilégier les intérêts de l'Ile de France, l'ADP (en particulier CDG) et d'Air France dans ce pays.

Amicalement

3.Posté par FRIART le 03/11/2006 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
regardes ce scandale en faveur d'air france !

4.Posté par Marc ALARDEAU le 17/11/2006 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On aura tout vu !!!
... et on s'étonnera que des compagnies éprouvent des difficultés financières: si on leur coupe les ailes évidement !
Qui payera pour les investissements qui ne pourront plus être utilisés comme prévu initialement ?
Qui oserait encore investir avec des grouvernements qui prennent de telles mesures qui effondrent les plans de développement des entrepreneurs ?
A méditer ...







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias