TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Les Influenceurs... et si ce n'était que du pipeau ?

Etonnant, non ?



Il n’est pas d’industrie qui se gargarise d’utiliser les influenceurs pour promouvoir sa marque ses produits et sa démarche marketing. Mais en dehors de l’effet de mode et du buzz, les influenceurs qui ont succédé aux blogueurs, sont-ils réellement des vecteurs de vente pouvant faire pencher la balance du consommateur ? Voire…


Rédigé par le Jeudi 23 Août 2018

Les influenceurs sont en perte de vitesse et que le contenu généré par les consommateurs est perçu comme plus authentique... :crédit photo dr
Les influenceurs sont en perte de vitesse et que le contenu généré par les consommateurs est perçu comme plus authentique... :crédit photo dr
Guadeloupe Inside
A la déferlante des blogueurs, aujourd’hui écrémée et ramenée à son point d’étiage, a succédé celle, encore plus forte des influenceurs.

Tout le monde et les destinations en particulier, s’en font les gorges chaudes.

Mais quand vous posez la question de savoir quel est le ROI (*) concret d’une action de ce type, on vous regarde comme si vous aviez posé une question incongrue : Ah, bon il en faut un ? Il ne suffit pas d’avoir recruté le plus glamour des influenceurs pour parler de mon produit ?

Ben non, ça ne suffit pas. Et une étude internationale de Bazaarvoice en Grande Bretagne, réalisée auprès de 4 000 consommateurs en Europe, dont 1 000 Français,le confirme.

On exagère beaucoup voire on se méfie de la sincérité des informations véhiculées par les influenceurs. Surtout dans un contexte où la confiance et la crédibilité des informations (Fake News, rumeurs et autres bobards) visant à abuser la confiance des internautes, deviennent un problème majeur.

“Parmi les enseignements clefs, de cette enquête retenons que les influenceurs sont en perte de vitesse et que le contenu généré par les consommateurs est perçu comme plus authentique, rappelle CoMarketing dans son article.

Autre élément important : “69% des consommateurs français font davantage confiance à leurs pairs qu’à des influenceurs pour prendre des décisions d’achat…”

Alors, au moment des arbitrages budgétaires,souvenez-vous que la jolie frimousse du dernier influenceur à la mode et de ses magnifiques photos et vidéos ne suffiront peut-être pas à convaincre le consommateur.

En tout cas elles risquent d’avoir moins de poids que l’avis de Mme Michou de retour des îles qui en a parlé à son boucher qui en a touché un mot à Mme Dupont…

Moins glamour peut-être mais... certainement plus fiable et efficace !

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto Instagram
  • picto email

VISAS


Lu 4715 fois

Tags : influenceurs
Notez



1.Posté par Yves Barraud le 24/08/2018 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Analyse pertinente. Toujours été surpris de voir de jeunes "influenceurs" - "blogueurs" couvrir des destinations (voyages, city breaks) d'un ton branchouille et roots quand tout professionnel qui se respecte sait pertinemment que ces spots sont fréquentés (très) majoritairement par une clientèle plutôt traditionnelle, pour ne pas dire sénior. Les "influenceurs" et autres "blogueurs" s'adressant le plus souvent à une clientèle qui se passe des pros dans l'organisation de leurs séjours. Une clientèle démerde qui cherche les meilleurs plans au meilleur prix. OT, voyagistes, opérateurs feraient mieux d'accorder leur confiance aux "expérimentés" plus en adéquation avec les attentes d'une "vraie clientèle", celle qui loue des voitures, réserve des hôtels et des billets d'avion. Les autres, plus jeunes, jouant à fond la carte des comparateurs, des VDM, des Airbnb et autre Blablacar, autant dire des prospects "basse contribution", à marge restreinte tant pour les voyagistes que pour les réceptifs. Une clientèle très difficile à fidéliser qui plus est.

2.Posté par Jean-Pierre le 24/08/2018 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sinon, on peut également citer les études suivantes :
https://www.reech.com/fr/blog/merveilleuses-etudes-et-statistiques/etude-les-influenceurs-et-les-marques-en-2018/
http://www.argus-presse.fr/actualites/communique-de-presse/etude-exclusive-role-des-influenceurs-sur-les-reseaux-sociaux-aupres
http://www.ladn.eu/nouveaux-usages/etude-marketing/etude-que-pensent-les-francais-des-influenceurs/
https://socialwall.me/fr/influenceur-etude-2018-marketing-influence/

3.Posté par COMPAGNON le 24/08/2018 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entièrement d'accord avec toi Yves, en tant qu'agence de RP, nous sommes nous mêmes confrontés de plus en plus à cette réalité. Si les clients sont plutôt d'accord pour faire découvrir leurs produits aux blogueurs et influenceurs depuis 3/4 ans à présent, ils exigent - avec juste raison - des données chiffrées quant à leurs abonnés, followers etc.

Mais cela ne leur suffit plus ; on nous demande maintenant de valoriser financièrement le coût d'une video ou d'un post publié (e) par ces nouveaux prescripteurs. Ca devient touchy, sans compter qu'il n'est pas facile d'avoir ce genre d'infos non plus. Merci jean pour cet article qui décrit bien un volet de la situation présente.

Nathalie

4.Posté par Jean Faurt le 24/08/2018 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quid de l’investissement d’une destination ou d’une marque pour un voyage de presse je vous prie ?

5.Posté par Jean-Pierre le 24/08/2018 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je reviens de nouveau. Désolé mais aucune pertinence dans cette analyse tel que mentionne par @Yves Barraud. 1) cet article mélange ROI pour de l'institutionnel (Destinations) et des besoins en "consommateurs" qu'ont des entreprises (TO et AGV) et 2) ne cite qu'un seul passage d'une seule étude alors que dans ma réponse précédente vous aurez également quatre autre études qui disent le contraire.

De plus il est tout à fait possible (et évidemment conseillé quand vous mettez de l'argent sur la table) de contrôler votre fameux ROI. Il existe de nombreuses façons de mesurer l’efficacité d'un programme influenceur : mesurer l’engagement des posts de chaque influenceur qui mentionnent votre marque, suivre l’évolution de cet engagement au fil du temps, jouer avec des codes promos, suivre et tracker l'utilisation des hashtags, contrôler les visites/conversions sur un site, suivre les mesures d'engagement sur son site, mettre en place des URLs personnalisées... etc. etc.

On sait bosser... ou pas.
Indiquer que les Influenceurs c'est du pipeau ? Tourmag a peut-être raison, c'est comme Internet, ça marchera pas ces trucs là !

Bonne chance

6.Posté par Jean DA LUZ le 24/08/2018 16:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Jean-Pierre
Toutes les études citées par vos soins vont dans le même sens : méfiance et inefficacité envers les influenceurs.
Quant à la mesure de l'efficacité du ROI vous avez beau citer des méthodes de tracking, le secteur du tourisme ne pavoise pas sinon ça se saurait.
Quand à Internet, je ne sais pas quel âge vous avez mais en 1998 (20 ans) nous y croyions déjà. La preuve ;O))
Bien cordialement

7.Posté par Florian Colas le 25/08/2018 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De bons influenceurs vont produire du contenu de qualité (vidéo notamment), et potentiellement toucher une population de voyageurs qui vont se rendre dans la destination mise en avant, ou le site web mis en avant... On ne peut pas dire qu'une vidéo vue 200 000 fois par exemple sur une destination soit du pipeau. Par contre, "l'effet du soufflé" ça j'y crois. Les opérations d'influenceurs sont souvent temporaires, et on n'en entend plus parler la semaine suivante. Dur de calculer un ROI là dessus effectivement. Personnellement je miserai plus sur des blogueurs avec des opérations de content marketing. C'est souvent dans les mêmes ordres de prix, voire moins cher, et l'impact est meilleur et sur le long terme. C'est notamment ce qu'on fait chez https://generationvoyage.fr ;-)

8.Posté par LE CHEVALIER BLANC le 28/08/2018 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pose ça là aussi... tiré de la même étude semble t il !
https://www.blogdumoderateur.com/agacement-internautes-devant-publications-influenceurs/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure














TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel