TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


PSE : le CSE ne souhaite plus négocier avec la seule direction de TUI France

lettre ouverte envoyée à Elie Bruyninckx, CEO Western Région TUI



Dans une lettre ouverte, le CSE de TUI France demande la présence d'Elie Bruyninckx, CEO Western Région TUI à toutes les réunions du CSE et ne souhaite plus discuter avec la seule direction de TUI France.


Rédigé par La Rédaction le Lundi 29 Juin 2020

Le CSE de TUI France souhaite la participation systématique d'Elie Bruyninckx, CEO  Western Région TUI à toutes les réunions du CSE - DR TUI Group
Le CSE de TUI France souhaite la participation systématique d'Elie Bruyninckx, CEO Western Région TUI à toutes les réunions du CSE - DR TUI Group
Le CSE (Comité Social et économique) de TUI France et les représentants du personnel ne souhaitent plus discuter avec la seule direction française, dans le cadre du plan de restructuration qui prévoit la suppression de 583 postes.

Deux CSE ont déjà eu lieu les 17 et 24 juin derniers. Et déjà à l'issue de la première réunion, Lazare Razkallah, secrétaire du CSE avait évoqué le souhait de discuter directement avec Elie Bruyninckx, CEO Western Région TUI.

Dans une lettre ouverte adressée à ce dernier, le CSE demande qu'il puisse participer "systématiquement à toutes les réunions".

Le CSE se dit prêt à le rencontrer à Zaventem "dès que possible, en vue d’échanger sur le sujet".

Dans ce courrier, les représentants du personnel dénonce une "direction de TUI France n’assume pas ses obligations légales auprès du CSE" et le comportement du PDG de TUI France Hans Van de Velde "installé confortablement au Maroc".

"Nous ne comprenons pas le rôle de Monsieur Van DE VELDE dans l’instance du CSE ; quelle valeur ajoutée peut-il apporter dans le dialogue social ? A part faire preuve d’arrogance, comment peut-t-il gérer à plusieurs milliers de kilomètres de Levallois l’avenir de TUI France et des salariés avec cette attitude ? Monsieur Van de Velde a fait le choix irresponsable de rester confiné au Maroc loin du siège, alors même qu’il savait qu’un plan social allait être annoncé aux salariés de TUI France dans un avenir très proche".

Les représentants du personnel remettent également en cause le rôle d'Isabelle Michalak, DRH et membre du Comex et qui a aussi le titre de présidente déléguée du CSE.

Selon le CSE, elle aurait fait "preuve d'une légèreté surprenante" et porté "atteinte à un dialogue serein", en ayant notamment "autorisé l’envoi à tous les salariés des documents du plan social" et la "tenue de réunions entre les différents directeurs et leurs équipes afin de leur dévoiler les organisations cibles" alors même que le CSE aurait dû être informé en premier.

Contacté par nos soins la direction, souligne de son côté à propos du processus de consultation du livre 1 et 2, qu'ils ont été remis dès la réunion zéro au CSE le 17 juin et seulement à l'issue de la réunion aux salariés.

Dans ces circonstances, le CSE de TUI France "ne souhaitent plus traiter avec la direction de TUI France". Il ajoute "Nos interlocuteurs n’ont pas de marges de manoeuvres, leur objectif est de mener à marche forcée cette réorganisation, ce qui les pousse à adopter un comportement violent et inadapté."

Consulter la lettre ouverte en cliquant sur le lien ci-dessous.


Lu 3555 fois

Tags : TUI France
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance