TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Privatisation d’aéroports : « l’échec » de Toulouse servira-t-il de leçon à ADP ?

L'aéroport Toulouse Blagnac épinglé par la Cour des Comptes



Un rapport, que dévoile la Cour des Comptes, épingle la privatisation controversée de Toulouse Blagnac et salue celles des aéroports de Lyon et de Nice. Une publication qui, en plein processus de privatisation du groupe Aéroports de Paris, ne manquera pas de retenir l’attention de ses futurs acquéreurs.


Rédigé par le Mardi 13 Novembre 2018

Une moitié des parts de l'aéroport de Toulouse a été cédée, en 2015, à un consortium chinois © Aéroport Toulouse-Blagnac
Une moitié des parts de l'aéroport de Toulouse a été cédée, en 2015, à un consortium chinois © Aéroport Toulouse-Blagnac
La privatisation, controversée, de l’aéroport de Toulouse Blagnac, n’en finit pas de faire des vagues.

Un rapport, publié par la Cour des Comptes mardi 13 novembre 2018, l'épingle vivement.

Principalement à cause d’un manque de transparence financière, et d’un manque de contrôle dans la gouvernance, il y est fait mention d’un « échec de la privatisation ».

Pour rappel, en avril 2015, la moitié des parts de l’aéroport toulousain avaient été cédées « au consortium Symbiose de 49,99% des parts de la SAR, pour un prix de 308 millions d’euros (…) consortium constitué à 51% d’une entreprise publique chinoise, Shandong Hi-Speed Group, et à 49% de Friedmann Pacific Asset Management, un fonds d’investissement implanté à Hong-Kong et domicilié dans les îles Vierges britanniques », comme le relate le rapport.

De « graves insuffisances »

La Cour des Comptes juge ainsi « inaboutie » la privatisation du 5e aéroport français en termes de passagers et pointe de « graves insuffisances : les critères de recevabilité des candidats étaient peu exigeants et limités à leur capacité financière, l’APE ayant choisi de ne pas exiger d’expérience en matière de gestion aéroportuaire ; elle a, par ailleurs, insuffisamment associé, et de manière trop tardive, les autres administrations de l’Etat, notamment la DGAC.

De fait, l’acquéreur retenu a suscité des inquiétudes, en raison de son manque de transparence financière et de ses liens avec la puissance publique chinoise ».


« Les difficultés dans la gouvernance de la société sont d’autant plus paradoxales que les résultats d’exploitation de l’aéroport sont satisfaisants et qu’il n’y a pas de vraie divergence sur la stratégie de l’aéroport, l’actionnaire privé et les actionnaires locaux en désaccord que sur la politique de dividende », peut-on aussi y lire.

Nice et Lyon, les bons élèves

Dans le même rapport sont également passées au crible les privatisations de Lyon Saint Exupéry et de Nice Côte d’Azur, qui se sont soldées par un « processus amélioré ».

Dans les deux cas, la Cour des Comptes parle « d’un cadre juridique plus exigeant » et de mises en œuvre « mieux maîtrisées ».

Grace aux erreurs commises à Toulouse, « les cahiers des charges de Lyon et Nice ont fortement évolué avec des critères de recevabilité des candidats plus exigeants, des exigences de transparence financière renforcées, un enrichissement du contenu des offres, une procédure ajustée et impliquant davantage les actionnaires locaux », saluent les sages de la Cambon.

Dans tous les cas, « les cessions aéroportuaires doivent être précédées d’une réflexion de l’Etat de mieux maîtriser les investissements étrangers dans les aéroports français », conclut le rapport.

ADP : une privatisation pour le printemps 2019 ?

Ces observations, ainsi que les recommandations données en fin de rapport par la Cour des Comptes ne devraient pas manquer d’intéresser l’APE (Agence des participations de l’Etat) dans sa recherche d’un acheteur pour la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP, toujours détenu à 50,6% par l’Etat).

Si le processus vient de débuter, il devrait aboutir « au printemps prochain », d’après Martin Vial, président de l’APE invité mardi 13 novembre 2018 sur Radio Classique.

Pour beaucoup, cette privatisation des aéroports parisiens est largement décriée. « On ne marchande pas l’avenir d’un pays et d’un aéroport. On est en train d’avoir une vision court-termiste dans laquelle la garantie de la rente l’emporte sur l’intérêt général », confie Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam).

S’exprimant jeudi 8 novembre en marge du congrès de l’Union des aéroports français (UAF), le patron d’ADP, Augustin de Romanet indiquait de son côté : « il y a trois cas de figure : soit ADP est vendu d’un bloc à un gros acheteur, soit en plusieurs petits blocs, soit la privatisation sera partielle et l’Etat en conserve une partie. C’est à ce dernier de décider, je n’ai aucune préférence ».

Alors que les aéroports de Paris connaissent un grand nombre de chantiers importants pour leur avenir (terminal 4 à Roissy, jonction d’Orly, CDG Express…) Augustin de Romanet demande surtout à ce que « le processus de privatisation ne perturbe pas tous ces projets ».

Avant de se dire « très serein et impatient de partager avec un nouveau partenaire la construction d’un leader aéroportuaire mondial ».

Le rapport de la Cour des Comptes peut être retrouvé en intégralité à cette adresse.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 2328 fois

Notez



1.Posté par Martino le 14/11/2018 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la France est championne pour privatiser ses monopoles (autoroutes, aéroports, parkings ...) et garder ses participations dans les sociétés des secteurs avec de la compétition.

2.Posté par Martino le 14/11/2018 16:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
rectification : la France est championne pour privatiser ses monopoles qui gagnent du pognon (autoroutes, aéroports, parkings ...) et garder ses participations dans les sociétés des secteurs avec de la compétition qui en perdent.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2019 - 17:30 B787-Dreamliner : Air Tahiti Nui poursuit sa mue



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips