TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Réseaux sociaux : les influenceurs sont morts, vivent les influenceurs...virtuels !

Les influenceurs virtuels ont la cote notamment aux USA



Tout va très vite dans le monde réel, mais aussi et encore plus dans celui parallèle du virtuel. Il y a quelques années, les influenceurs ont déboulé en force sur la toile mais aussi dans les voyages, les visites, les apéros ou les conférences de presse. Mais cet état de grâce toucherait à sa fin, serait-ce si étonnant ?


Rédigé par le Mercredi 11 Décembre 2019

Réseaux sociaux : les influenceurs sont morts, vivent les influenceurs...virtuels !
Dans ce monde, les modes se sont et se défont, en l'espace de quelques tweets, partages ou autres publications.

Depuis quelques années, la France a succombé à la mode des influenceurs.

Il n'est plus possible de faire un voyage ou d'assister à une conférence sans voir débarquer des jeunes femmes ou jeunes hommes avec des chapeaux à large bord, grandes lunettes rondes, la montre Casio couleur or et un tee-shirt avec une phrase plus ou moins spirituelle.

A la base, ces personnalités ont réussi à se constituer une communauté en montrant une autre image, plus authentique, parfois symbolisée par une personne de la société civile.

Nettement plus proche de leur public, ces leaders d'opinion ou plutôt ces vecteurs de tendances se sont imposés dans les campagnes marketing et publicitaires de tout ce qui peut se vendre sur Internet, allant même jusqu'au voyage.

Avant les influenceurs étaient des actrices ou joueurs de foot, maintenant ils sont comptables, boulangers et esthéticiennes.

Mais il se pourrait bien que cette heure bénie voit poindre les rayons d'un soleil couchant.

Vers la fin des influenceurs ?

L'engagement des publications des influenceurs virtuels - Crédit photo : HypeAuditor
L'engagement des publications des influenceurs virtuels - Crédit photo : HypeAuditor
Ces derniers seraient en passe d'être évincés par des doubles... virtuels.

Ainsi, ceux qui montraient les coulisses et la réalité des choses seraient remplacés par un personnage généré par des lignes de code.

Une récente étude par Hype Auditor, un outil pour connaître la pertinence des influenceurs, révèle que "les influenceurs virtuels ont presque trois fois plus d’engagement que les véritables influenceurs. Cela signifie que les abonnés sont plus impliqués dans le contenu des influenceurs virtuels."

De plus, ces personnages générés par ordinateur possèdent même leur propre star à savoir lilmiquela, cumulant plus de 1,8 million d'abonnés.

Si l'audience de ces influenceurs à la peau codée se trouve majoritairement chez les 18-24 ans et notamment pour la version féminine, les 25-34 ans arrivent en deuxième position.

Les signaux démontrant une perte de vitesse des personnalités facilitant l'acte d'achat sur les réseaux sociaux se font aussi de plus en plus nombreux. A force de voir les profils fleurir, les internautes se seraient-ils lassés ? Il se pourrait bien.

Fin des likes et fin du game ?

Un article du Wall Street Journal parle même de l'éclatement de la bulle, donnant des exemples de marques qui rétropédalent, comme Adidas.

Il faut dire que l'engagement des publications notamment sur le réseau roi de l'influence à savoir Instagram, commence à sérieusement montrer des signes d'essoufflement. Le taux est passé de 4,5% en 2016 à 1,9% en 2019.

Cela signifie-t-il la fin des influenceurs ? Sans doute pas. L'activité se rationalise, un peu à l'image d'Internet. Les premiers sites généraient des trafics immenses, puis à mesure de la multiplication des plateformes en ligne, celui-ci s'est raréfié.

L'activité des influenceurs se professionnalise et à la fin il ne restera que les meilleurs.

Pour preuve de leur capacité à faire vendre, le prix moyen d'une photo sponsorisée sur Instagram est passé de 122 dollars en 2014, à 1 491 euros dollars en 2019 (+43,61% par rapport à 2018), selon le site Business Insider.

Dans le même temps, pour éviter l'indigestion de posts et conserver sa poule aux œufs d'or dans le poulailler, Instagram a supprimé la comptabilisation des likes sous les images.

"Nous voulons que vos amis se concentrent sur les photos et les vidéos que vous partagez, pas sur le nombre de likes qu’elles récoltent," justifiait l'entreprise américaine.

Moins de likes et donc moins d'influence ? Nous y reviendrons bientôt.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3668 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par loracle le 12/12/2019 10:23
Je me suis toujours interroger sur le véritable retour sur investissement des influenceurs sur instagram.

Ce ne sont rien de plus que des publicitaires, qui monnayent leur image.

Hors, le lundi, ils font la publicité "amazing" d'un hotel ou d'un restaurant, le mardi, celle "amazing" d'une paire de lunette, le mercredi, celle toujours "amazing" d'un autre restaurant etc...

Donc, tous les liens qu'ils nous présentent dans leur photo sont les plus beaux qu'il aient vu, mieux que celui de la veille ou de l'avant veille.
Les hôteliers, restaurateurs etc, leur offre, leur plus belle chambre, leur plus beau menu, mais toujours avec des petites options en plus. Hors, quand on est un client, et que l'on paye, nous n'avons pas le droit à ses petites attention, d'ou tromperie sur la marchandise.

Personnellement, je boycotte dorénavant, tous ses lieux qui payent pour de la pub, car ensuite nous (le client) nous sommes déçu, et n’avons pas les mêmes services.

Les influenceurs seront remplacés par un autre système, qui au bout de 5/10 ans, sera remplacé par un autre...

Les agences de pub trouveront toujours des moyens pour nous faire consommer et nous vendre du rêve...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >





Dernière heure
























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex