TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo La Travel Tech  




Ulysse veut faire des influenceurs des... agents de voyages !

Ulysse lance "Trips by Ulysse" et un filtre "Exclure Boeing"


Vous avez connu Ulysse, comme l'OTA voulant disrupter la vente de billets d'avion, voici venue la nouvelle version de celle-ci. A partir de maintenant, appelez la Trips by Ulysse. La start-up propose dorénavant aux influenceurs, travel planners ou passionnés de voyages de vendre leurs propres séjours ! Le secteur veut faire des coachs, des apporteurs d'affaires, Ulysse l'a fait et nous vous expliquons tout.


Rédigé par le Lundi 8 Juillet 2024

Ulysse lance "Trips by Ulysse" et un filtre "Exclure Boeing" - Capture écran Trips by Ulysse
Ulysse lance "Trips by Ulysse" et un filtre "Exclure Boeing" - Capture écran Trips by Ulysse
En début d'année, Axel Guidicelli avait le sourire.

"Nous sommes repartis sur une logique de croissance de clients, en actionnant de nouveaux leviers d'acquisition.

Nous préparons le lancement d'une nouvelle marque, plus alignée sur ce que nous voulons être,
" teasait-il en février dernier.

Après quelques semaines de développement, Trips by Ulysse a vu le jour.

Du moins sa version bêta, avant de la déployer totalement dans les prochaines semaines. Le concept et la promesse sont simples : "transformer les influenceurs et passionnés en agents de voyages," résume le jeune homme.

Un nouveau produit qui doit faire basculer la start-up dans une autre dimension. Elle passera alors d'une entreprise qui améliore un usage, à celle qui en crée un nouveau à l'image d'iPhone ou Airbnb.

C'est du moins ce qu'espère l'entrepreneur.

Les ambitions sont hautes, pour une entreprise qui a explosé tous les compteurs, lors de sa campagne de financement sur Crowdcube.

Ulysse espère récolter près de 750 000 euros en crowdequity

Ouverte depuis une dizaine de jours, l'ouverture du capital d'Ulysse a permis de récolter plus de 648 000 euros.

"Nous avons récolté pas moins de 500 000 euros en l'espace de seulement 25 minutes.

Contrairement au crowdfunding, les personnes ne donnent pas de l'argent, mais elles investissent à la façon du crowdequity, donc elles prennent des parts dans l'entreprise

Nous voulions embarquer les voyageurs dans notre aventure,
" explique Axel Guidicelli.

A lire : Ulysse : comment la start-up apprend à vivre sans levée de fonds ?

L'opération se termine le 17 juillet 2024, Ulysse espère pouvoir atteindre le cap des 750 000 euros, loin des 500 000 euros initialement attendus.

Un nouvel objectif qui devrait être facilement atteint.

"L'avantage de ce genre de levée de fonds est que nous n'avons pas de gros investisseurs. Nous embarquons en fait la communauté, les clients et les gens qui croient au projet.

Nous allons organiser des évènements avec les investisseurs, nous avons créé un groupe de discussion pour qu'ils nous aident à créer le nouveau produit et nous fassent des retours.

C'est aussi un fort levier marketing,
" s'enthousiasme l'entrepreneur.

Pour l'heure 260 personnes ont investi dans la campagne, un beau chèque qui doit permettre de financer ce nouveau produit.

Trips by Ulysse : "les voyageurs suivent les recommandations et idées des créateurs de contenu"

Un beau pied de nez, après l'échec cuisant de la précédente levée de fonds.

En 2022, la start-up postulait pour lever entre 15 et 20 millions d'euros. Finalement la crise sanitaire a calmé les velléités des business angels et fonds d'investissement.

Cet échec a entrainé une importante restructuration de la jeune pousse, qui n'a pas eu d'autre choix que de chasser les coûts et viser la rentabilité. Un dimensionnement revu à la baisse qui n'a pas tempéré la fougue d'Axel Guidicelli bien au contraire.

"Cette manne va nous servir à mettre sur orbite Trips by Ulysse.

Le lancement de ce nouveau produit est excitant et tout va bien pour nous," s'enflamme le cofondateur de la start-up.

L'idée de départ est plutôt simple.

Les jeunes générations, qu'elles soient Y ou Z, se sont affranchies du guide papier et de la télévision pour trouver leurs inspirations sur les réseaux sociaux, les blogs et certains contenus postés par les influenceurs.

"Nous devions aller chercher de nouvelles sources de croissance pour Ulysse.

Aujourd'hui, les voyageurs suivent les recommandations et idées des créateurs de contenu. Nous nous sommes dit que nous devions alors les mettre dans notre poche.
"

Et pour attirer les influenceurs, passionnés de voyages et autres travel planners, les équipes de la jeune pousse vont créer des pages internet pour chaque voyage réalisé.

Un carnet de voyages qui fera office de vitrine pour attirer la communauté et vendre des séjours.

Trips by Ulysse : quels business modèle, produits et services ?

Au début, les équipes imaginent que les créateurs de contenu vont insérer un simple lien d'affiliation, Ulysse servira alors d'intermédiaire.

Mais cette stratégie est jugée trop restrictive. Ce que souhaitent faire les équipes de la start-up c'est gérer le séjour de A à Z, de la vente de billet d'avion à celle des activités, services de visas, à la location de voiture et les chambres d'hôtel.

Pour l'heure, l'offre n'est pas encore totalement finalisée, mais à terme Ulysse voudrait contracter en direct avec les hôtels.

"La communauté, qui peut soit booker le voyage en entier, soit booker uniquement certaines prestations de voyage.

Trips by Ulysse se présente vraiment comme un outil technologique au service des créateurs.

Pour en bénéficier, nous avons mis en place un système d'abonnement,
avec différents niveaux plus ou moins avantageux économiquement pour eux,
" dévoile le cofondateur de la jeune pousse.

L'abonnement offre au secteur du voyage une chose rare : des revenus récurrents.

Ce n'est pas tout, car à l'image des travel planners qui pourront rentrer dans les clous au niveau réglementaire avec cette offre, les voyageurs pourront acheter un itinéraire ultra-détaillé ou réalisé sur-mesure, mais aussi s'offrir une visio avec le créateur de contenu de son choix.

A lire : Ulysse : la start-up qui se passe des GDS et se rêve en Trainline de l'aérien

En plus d'être le tiers de confiance et légal entre le client et l'influenceur, Ulysse se charge du service client.

"Nous mettons aussi à disposition des passionnés de voyages dashboard pour piloter leurs ventes, leur permettant de voir ce qu'ils gagnent.

S'ils s'occupent de la vente, nous gérons tout ce qu'il se passe après et ça tombe bien, car vraiment le service client est notre point fort,
" affirme le dirigeant.

Ulysse a créé un filtre "Exclure Boeing"

Et pour conquérir des acteurs très sollicités rien de plus simple : la promesse de revenus conséquents.

"Notre principal objectif est de bien communiquer sur cet aspect.

Nous avons déjà quelques dizaines de créateurs dans les tuyaux, nous n'en voulions pas plus, car cela représente pas mal de travail.

Une fois que nous aurons fait gagner pas mal d'argent à ces personnes, alors il sera facile d'en convaincre d'autres, le potentiel est énorme,
" imagine Axel Guidicelli.

Avec ce petit groupe d'influenceurs, Ulysse peut déjà toucher des millions de personnes. Des chiffres qui donnent le tournis, donc imaginez avec 1000 ou 10 000 personnalités du web....

Cependant, l'entrepreneur veut garder les pieds sur terre, rien ne dit que les revenus afflueront dans de telles proportions.

"Nous restons prudents.

Nous n'avons pas recruté pour ce lancement, mais plutôt fait switcher une bonne partie des équipes. Ulysse est quasiment rentable, nous laissons tourner le site tel qu'il est.

Nous sommes tous concentrés sur le nouveau produit,
" indique le cofondateur de la start-up.

Bien que Trips by Ulysse monopolise toutes les forces vives de l'entreprise, l'OTA a déployé un filtre "Exclure Boeing", suite aux demandes des clients.

Les mésaventures du constructeur américain inquiètent les passagers, à tel point que certains veulent savoir s'ils réservent sur un Airbus ou un Boeing.

A lire : EXCLUSIF - Comment Boeing a compromis la sécurité de ses avions ?

A voir si Ulysse fera mieux que Vialala ou encore Goamigo.


Lu 1832 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Frédéric HERAULT le 08/07/2024 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le rêve de beaucoup de patrons du tourisme, ne plus avoir de salariés mais que des indépendants payés à la commission, et sans protection sociale bien sûr...

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Juillet 2024 - 18:10 Kampaoh annonce la création de son Chatbot Paola





































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias