TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo La Travel Tech  



Sea Life Paris propose la reconnaissance en temps réel des espèces marines

L’aquarium Sea Life Paris lance sa première application pédagogique


Sea Life Paris propose désormais à ses visiteurs la reconnaissance en temps réel des espèces marines, grâce à une application pédagogique. Ce projet initié par l'aquarium situé au Val d’Europe est le fruit d’une collaboration entre ses équipes et celles de la start-up Tiko. Tout a commencé par l’analyse des commentaires des visiteurs, qui demandaient à améliorer l’information des fiches espèces.


Rédigé par le Lundi 28 Novembre 2022

Une application de reconnaissance des poissons au Sea Life (©Sealife)
Une application de reconnaissance des poissons au Sea Life (©Sealife)
Il y a un an, le chemin de Sea Life Paris a croisé celui de la start-up Tiko et l’idée d’un travail commun a germé, mixant pédagogie et gaming.

L’aquarium avait un cahier des charges précis sur le fond et la forme de l’application SeaScan, et y a réfléchi avec les trois jeunes ingénieurs de Tiko en insistant sur une application accessible sur les plateformes Android et IOS ainsi qu’un accès aux informations en sept langues : français, anglais, allemand, espagnol, italien, néerlandais et portugais.

Après plusieurs phases de test, l’application SeaScan est dans sa version opérationnelle, utilisable pour l’instant uniquement au Sea Life Paris compte tenu de l’environnement, de la lumière et du décor.

Fraîchement diplômés de l’ECE Paris (école d’ingénieur spécialisée dans le numérique et le digital), Sarah Le, Axel Vinant et Antoine Ghiassi ont monté leur entreprise et ont trouvé dans ce projet à traduire leur fascination pour le monde marin.

Les jeunes entrepreneurs se sont donnés pour mission d’utiliser la technologie pour améliorer l’expérience des visiteurs de l’aquarium, apprendre à mieux connaître les animaux peuplant les bassins de l’aquarium et surtout éveiller la conscience du grand public à protéger les océans, tout en s’amusant.


2 250 animaux marins et d’eau douce

Lieu unique en région parisienne, l’aquarium du Val d’Europe est le terrain de jeu idéal pour lancer l’application SeaScan : 9 zones thématiques de l’Amazonie à l’Antarctique en passant par les littoraux français ou les eaux profondes de l’Atlantique.

Et ce sont plus de 2 250 animaux marins et d’eau douce, près de 350 espèces sont accueillies dans 50 bassins.

« Nous sommes fiers de nous démarquer en étant le premier aquarium au monde à offrir à nos visiteurs cette application qui inclut un système de gaming. Ils vont vivre grâce à Sea Scan une expérience enrichissante, pédagogique et interactive en famille, » explique Laurent Tareau, directeur de Sea Life Paris, une filiale du groupe britannique Merlin.

Reconnaissance des espèces en temps réel et en mouvement

La zone tropicale riche d'espèces très différentes (©Sealife)
La zone tropicale riche d'espèces très différentes (©Sealife)
Techniquement, le point central de l’application est la reconnaissance des espèces en temps réel et en mouvement grâce à l’intelligence artificielle. Cette partie a été un vrai défi pour l’équipe Tiko.

Ils ont utilisé un modèle de reconnaissance d’images, et plus précisément le YOLOv5n, qui permet une reconnaissance extrêmement rapide et exportable en un format compatible sur un téléphone portable.

Mais pour qu’il fonctionne il faut au préalable fournir plusieurs centaines d’images de chaque espèce (du grand requin à la petite demoiselle azur, par exemple), et lui indiquer la position de l’espèce, c’est le labelling.

Pour reconnaître les espèces en temps réel, Tiko utilise des modèles de reconnaissance d’objets qui se basent sur la technologie « Deep Learning » et de « Machine Learning ».

Pour cela, il faut montrer au modèle de reconnaissance puiseurs centaines d’images pour chacune des espèces, dans plusieurs positions, angles et luminosité, pour qu’il apprenne à les reconnaître.

A l’échelle de Sea Life, le modèle de reconnaissance est capable de reconnaître 127 espèces, ce qui représente 73 000 images au total ! Et les équipes travaillent pour élargir le spectre.

L’application fonctionne de façon intuitive et simple

Exemple de fiches sur les poissons reconnus (©Tiko)
Exemple de fiches sur les poissons reconnus (©Tiko)
Pour reconnaître une espèce, il suffit de pointer son smartphone en mode caméra dessus. L'espèce va alors être encadrée avec son nom et un taux de certitude de reconnaissance.

En cliquant sur l’espèce encadrée, le visiteur la débloque et elle s’ajoute dans son Aquadex.

Il accède ainsi à une fiche : nom, nom scientifique, taille, poids, espérance de vie, profondeur, description, situation géographique, statuts de conservation selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UCN) pour connaître si l’espèce est menacée, et des "fun facts".

Une application qui devient un jeu pour les visiteurs

L’application gamifiée incite un plus grand nombre de visiteurs à découvrir le monde marin.

Il s’agit de :

  • trouver le plus d’espèces possibles pour compléter sa collection d’espèces nommée « l’Aquadex »

  • accomplir des quêtes

  • répondre à des Quizz qui informent sur les grands défis auxquels font face les océans (surpêche, déclin des espèces, pollution plastique, blanchiment des coraux…).

Plongé au cœur du monde aquatique, le visiteur s’amuse tout en découvrant la fragilité de ce monde fascinant.

L’application SeaScan est disponible sur l’AppStore et le PlayStore Store / Smartphone Android et iPhone.

Lire aussi : Moxy Paris Val d'Europe a ouvert ses portes près de Disneyland Paris

Lu 1239 fois

Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus




































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias