TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


TUI France : "le business groupes est l'or inexploité des tour-opérateurs" selon Ange Derment

Le marché des groupes est un secteur protégé de l’avancée des Gafa



Alors que TUI France se refait la cerise sur le marché individuel, avec des croissances à deux chiffres sur certaines destinations, le service groupe n'est pas en reste. La dernière fois que nous étions allés aux nouvelles, les équipes d'Ange Derment venaient d'accueillir le staff de Transat France. Avec la fin d'un mastodonte du secteur que devient l'activité groupes de TUI France ? Entrevue avec Ange Derment, le directeur de la division groupes et collectivités, mais aussi membre du comité exécutif.


Rédigé par le Dimanche 2 Février 2020

Pour Ange Derment, s'il est bien un secteur du tourisme protégé de l’avancée des Gafa, c'est le marché des groupes - Crédit photo : TUI France
Pour Ange Derment, s'il est bien un secteur du tourisme protégé de l’avancée des Gafa, c'est le marché des groupes - Crédit photo : TUI France
Il y a deux ans, pour qualifier le service groupes de TUI France, son ancien président n'hésitait pas à le qualifier de "machine de guerre."

L'intégration de Transat France digérée, les équipes d'Ange Derment n'ont pas baissé les bras, bien au contraire. A tel point que le responsable, de la division au sein de la filiale française du voyagiste allemand, a été nommé membre du comité exécutif lors du rachat de Transat France.

"Je vous mets au défi de trouver un autre TO ayant intégré un directeur des groupes dans son Comex. Cela n'existe pas. Il y a un manque de prise au sérieux," se félicite Ange Derment.

Si peu de chiffres ont pu nous être communiqués, depuis 2018, l'activité n'a cessé de croître : "une croissance de 2 ou 3% représente chez nous plusieurs milliers de sièges."

En 2019, un peu plus de 147 000 passagers sont passés entre les mains des 90 employés du service dédié. Dans le Top 3 des destinations plébiscitées par les clients : la Grèce (40 000 passagers) l'Espagne et l'Italie.

Un tiercé que l'on retrouve en individuel, mais inversé.


Quant à savoir si la faillite de Thomas Cook aurait profiter à TUI ; "Nous ne pouvons pas dire qu'il y a eu un report des ventes suite à la chute de Thomas Cook. A la fin du mois de septembre 2019, nos réservations étaient déjà bouclées depuis un moment.

Puis la disparation d'un concurrent et confrère n'est pas une bonne nouvelle pour le business,
" se désole, le responsable.

Une baisse des capacités aériennes de 25 à 30 %, mais pas une chute du volume

Pour faire grossir un marché, il est indispensable qu'une locomotive creuse le sillon pour permettre aux suiveurs de pouvoir s'engouffrer et tirer de la croissance.

Dorénavant ce tâche est dévolue à TUI France, mais cela ne changera en rien à la façon de travailler de l'équipe.

"Depuis, notre dernière discussion, nous avons réduit nos sièges disponibles de 25 à 30% ce qui ne nous a pas empêché d'être en croissance en volume," explique Ange Derment.

Suivant la mode actuelle, TUI France s'est dirigée vers les compagnies low cost et le flexible qui monte en puissance, depuis maintenant 2016. Pour autant les charters sont-ils voués à disparaître ?

"Non, je ne pense pas il y aura toujours des lignes, mais la tendance est vraiment à la baisse de l'engagement. Notamment pour alimenter les clubs en clientèle et puis cela permet de garantir une certaine qualité."

Si les villages vacances ont le vent en poupe, avec des rangs grossis par les renforts chipés à Thomas Cook à savoir Lookéa Ostria et le Marmara Marina Beach, il est un autre segment sur lequel doit se battre TUI.

"Au niveau des circuits nous nous maintenons à 42 000 clients. C'est une bataille de tous les instants et notre plus beau challenge serait de progresser," confie, Ange Derment.

En attendant de remporter ce round, pour 2020 la filiale du groupe allemand mise beaucoup sur les Antilles, la Guadeloupe, l'Île Maurice, mais aussi sur New York, des destinations desservies par son partenaire Corsair et qui lui permet d'afficher des petits prix.

"Nous ne sommes pas l'office de tourisme de Turquie..."

Et s'il ne pourra pas compter sur la chute de Thomas Cook pour remplir ses réservations en 2020, le responsable s'attend à enregistrer des nouveaux inscrits dès 2021.

Alors que les dernières années ont été plutôt linéaires en croissance, le prochain exercice pourrait observer une augmentation supérieure à 5% en volume clients estime t-il.

Si l'objectif n'est pas nécessairement de décupler le contingent des clients, il serait surtout de dégager de la marge.

"Nous avons un fonctionnement et une gestion entrepreneuriale du service. Je m'explique, depuis deux ans en tant qu'entrepreneur notre premier enjeu est d'augmenter notre marge pour dégager de l'argent," rappelle le responsable.

Une volonté souhaitée par la direction, afin de rendre la mariée plus belle en vue du mariage avec Marietton ? Pour Ange Derment, la réponse est négative, car c'est "un objectif que nous avons toujours eu."

Autre problématique : l'épidémie de coronavirus. La Chine représente 3 000 clients par an pour le voyagiste.

"Le problème c'est que la période est propice aux commandes pour l'année prochaine. Nous attendons de voir ce qu'il va se passer dans les prochaines semaines avant de prendre des décisions."

Le souvenir de l'épidémie du SRAS en 2003 reste dans toutes les têtes des acteurs du tourisme en France.

Dans le même temps plusieurs destinations prennent de belles couleurs : Dubaï comme la région du Moyen-Orient ou encore l'Europe du Nord. Ce qui est clair en revanche c'est que TUI France ne se positionnera pas sur les destinations comme la Turquie, l'Egypte ou la Tunisie.

"Il y a des acteurs en France qui ont une tarification où nous ne pouvons pas aller. Vendre de la Turquie à 300 euros n'est pas dans notre ADN, je ne travaille pas pour l'Office de tourisme," scande le responsable.

"Nous avons de l'avenir, le gâteau est de plusieurs milliards d'euros à exploiter..."

Et pour accentuer le business du service groupes, un nouveau produit est actuellement testé auprès des comités d'entreprises : "Facilty by TUI".

Si le secret est conservé pour le moment, l'outil serait un nouveau canal de vente.

"Nous sommes une véritable start-up au sein de TUI. Mon équipe est très flexible et agile." Cette élasticité permet de répondre aux demandes avec un temps de latence plus faible.

Si Google avance ses pions dans le tourisme, il est un secteur où les GAFA mettront plus de temps à disrupter : celui des groupes

Selon Ange Derment " à l'heure où les géants du web s'attaquent aux voyages individuels, le business des groupes est encore à l'abris des GAFA."

Pour lui, il est encore impossible pour un groupe de 40 ou 50 personnes de réserver seul sans passer par une centrale.

"Nous sommes de l'or inexploité des tour-opérateurs." Même si un Breton célèbre s'est auto-adjugé la deuxième place du marché, il est possible de faire mieux.

"Je le félicite pour cette belle place, mais en général il y a un manque de sérieux ou de savoir faire dans le domaine.

Nous avons de l'avenir, le gâteau est de plusieurs milliards d'euros à exploiter, mais il est encore possible de le faire grossir,
" conclut Ange Derment. Et c'est dans ce gâteau que TUI France souhaite croquer pour être sans doute un peu plus beau aux yeux d'un certain lyonnais...

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Retrouvez tous les catalogues TUI sur Brochuresenligne.com

Lu 7311 fois

Notez



1.Posté par idress le 03/02/2020 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour


ce que ce monsieur ne dit pas : Les Gafa ont une influence sur les groupes, pour ce qui concerne la tarification. Tout simplement parce que l'hotel communique sur ses prix et que , toute info qui peut etre utilisée pour descendre le prix sera utilisée

alors non, dire que les groupes sont protégés des Gafa est une grave erreur.


Bonne journée

2.Posté par benslimane le 03/02/2020 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BONJOUR A TOUS JE CONFIRME QUE NOTRE PATRON DES GROUPES FAIT PARTIE DU CODIR AU SEIN D ÔVOYAGES ET QUE NOUS SOMMES POSITIONNES EXCLUSIVEMENT EN B2B ...ET QUE NOUS RECRUTONS MASSIVEMENT AU SEIN DE CE SERVICE_ TOUTES LES CANDIDATURES SONT DONC LES BIENVENUES _ bonne journée.

3.Posté par UNE CANDIDATE GROUPES B2B le 03/02/2020 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Monsieur pour cette information, je vais donc retenter ma chance au sein de votre société car peut être que mon CV n'a pas été dirigé vers la bonne personne lors de mon premier envoi en décembre dernier.

Bien cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips