TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Taïwan, une île à paradoxes

Un condensé de réussite à la mode asiatique



Au large de la Chine, le pays est à double face. D’une part, un phénoménal entrain économique, illustré par une urbanisation galopante. De l’autre, une île protégée de la modernité, avec ses hauts sommets parsemés de champs de thé. Le yin et le yang… comme un condensé de réussite à la mode asiatique.


Rédigé par Jean-François RUST le Mardi 7 Août 2018

Agglomération de 3,5 millions d’habitants, Taipei est la capitale du pays.   C’est une pieuvre, aux tentacules constituées d’autoroutes et de quartiers interminables - DR : J.-F.R.
Agglomération de 3,5 millions d’habitants, Taipei est la capitale du pays. C’est une pieuvre, aux tentacules constituées d’autoroutes et de quartiers interminables - DR : J.-F.R.
Vue d’Occident, l’île évoque inévitablement le « made in Taïwan ».

Ce label de savoir-faire technologique rappelle le décollage économique fracassant, impulsé après la seconde guerre mondiale avec le soutien des Etats-Unis.

Il explique aussi le décor de la moitié ouest du pays, plaine urbaine et industrielle ininterrompue sur plus de 300 km, entre Taipei au nord et Kaohsiung au sud.

Là ne sont évidemment pas les beaux paysages mais la vie quotidienne, les marchés de rue, les temples (10 000 à Taïwan !), les musées, les traditions… Et quelques rizières noyées dans l’eau et le magma citadin.

Ximen, le « petit Tokyo »

Agglomération de 3,5 millions d’habitants, Taipei est la capitale du pays.

C’est une pieuvre, aux tentacules constituées d’autoroutes et de quartiers interminables.

L’intérêt se niche dans les détails et, par exemple, au marché de nuit de Shilin. Chaque jour, une armée s’anime devant les étals de cuisine, les stands de mahjong et les innombrables boutiques de gadgets.

Sous les odeurs de poulpe et de tofu grillé, la foule consomme, joue, rit au théâtre de rue, prie dans des temples aux senteurs d’encens. Mille lumières crues irradient dans la pénombre.

Au hasard de balades, d’autres marchés s’ébrouent au pied d’immeubles sans âme, à balcons grillagés. Quand à Ximen, quartier surnommé le « petit Tokyo » local, il exhibe sous des néons tonitruants ses boutiques ultra marchandes. Achats impulsifs probables !

Le jour, il faut tourner le dos au flot automobile régulé des grands axes et s’enfoncer dans les ruelles adjacentes. Des caniches habillés dans les bras, de jeunes femmes se pressent d’un pas léger le long de squares arborés, miraculeusement rescapés du béton.

Après la visite du mémorial Tchang Kaï-chek et de l’immense musée national du Palais - près de 700 000 œuvres ! -, monter en haut de la tour-bambou Taipei 101 le confirme : cette métropole ne s’endort jamais.

Lukang, Xiluo, Chiayi…

Loin de Taipei, d’autres villes cultivent leur singularité.

Lukang, ex-cité maritime endormie sur le détroit de Chine, au centre-ouest de l’île, a conservé quelques maisons chinoises de style qing, aux portes de bois colorées. Son temple, Longshan, sculptures et peintures sur bois conquérantes, est l’un des plus beaux de Taïwan.

Xiluo, capitale du soja, protège une enfilade de demeures en béton ouvragé des années 1930, construites par des marchands sous l’occupation japonaise.

Quant à Chiayi, elle est entrée dans le giron des villes touristiques en 2015, avec l’ouverture d’une extension du musée national du Palais. Dans un bâtiment ultra design, la muséographie contemporaine décrypte l’histoire du bouddhisme, du textile, du thé, de la céramique… Et partout, l’ineffable gentillesse des Taïwanais fait plaisir à voir.

Pingxi, envols de lanternes

Les fans de grands décors devront aller en montagne.

Au nord, le massif de Yangmingshan, parc national aux émanations sulfureuses et sources chaudes, est le royaume des promeneurs.

A côté, impossible de louper le village de Chiufen aux ruelles boutiquières et celui de Pingxi, pour ses envols de lanternes.

Chaque année, quinze jours précisément après le Nouvel An chinois, la foule se presse dans ce bourg curieusement traversé par une ligne de train - les commerçants sifflent pour faire partir les badauds de la voie à l’annonce de la rame ! Le rituel ? Invoquer bonheur et prospérité en lançant dans le ciel des centaines de lanternes enflammées. Un spectacle haut en couleurs.

Sun Moon Lake

Au centre de l’île, le site de Sun Moon Lake est incontournable.

Les couples viennent s’y marier, les écoliers et les touristes se pressent sur ses rives, construites de nombreux hôtels pas toujours esthétiques.

Ce grand lac entouré de montagnes, d’un monastère et de temples est le spot naturel le plus fréquenté de l’île.

La magie opère… à condition que le soleil soit de la partie. Mais il faut monter plus haut encore, dans le parc national d’Alishan, à travers les forêts-soldats d’aréquiers (l’arbre à bétel, mâchouillé par tous les chauffeurs taïwanais) pour enfin se croire en pleine nature.

Là est le cœur de Taïwan, sous les ondulations esthétiques de rangs de thé oolong surgies subitement de la brume.

Lu 2937 fois

Tags : rust, Taïwan
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Août 2018 - 07:00 Israël, une si belle nature morte...



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle