TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



VII - L’élan pour le développement durable doit être clarifié

Dossier « Ethique, durable, solidaire ou responsable... comment s'y retrouver ? »



Les nombreuses et pertinentes réactions à la série d’articles sur le tourisme « solidaire » confirment que de plus en plus d’acteurs se sentent concernés par le développement durable de notre planète et donc de notre métier. Et au-delà des clivages et démangeaisons épidermiques, c’est bien le débat que TourMaG.com entendait mettre en avant, au risque de schématiser un peu les engagements sincères de certains. Le « schmilblick » avance et c’est bien, mais le consommateur gagnera cependant à la clarification des labels.


Rédigé par Aline PONTAILLER le Lundi 29 Janvier 2007

Vendeuse sur un marché au Sénégal
Vendeuse sur un marché au Sénégal
Pour répondre à J.F. Rial, (LIRE), il n’est pas question de parler de guerre entre petits et gros. La forme de feuilleton adoptée par le journal pour présenter cette enquête a pu générer des lectures tronquées de l’ensemble.

Nous nous sommes efforcés de faire parler des acteurs convaincus, réunis sur le fond si parfois divergents sur les moyens. Et dans l’ensemble des déclarations et analyses, se retrouvent aussi les justes réflexions du patron de VDM, fin connaisseur de la démarche. Non, personne ne refuse le changement, bien au contraire.

La notion de « durable » prend de l’ampleur, également dans le tourisme. La seule difficulté que nous voulions souligner, est celle pour le client à faire le tri dans la communication, les « gros », pardon, ayant une force de frappe médiatique bien supérieure aux moyens des « petits ».

Le tourisme solidaire répond à une demande forte du consommateur

Les convictions écologiques se manifestent peu à peu dans de nombreux pans de notre vie. Le tourisme est un peu à la traîne du mouvement et dans ses efforts pour le rattraper, néglige la vraie demande de clarté des acheteurs.

Naguère, le « Toujours plus » qui fut la devise de la seconde moitié du 20e siècle, faisait peur à certains initiés, mais chacun individuellement trouvait cela bien agréable au sortir des guerres et de l’économie de subsistance.

La pollution due à cette croissance légitime est aujourd’hui montrée du doigt. Dégâts infligés à la planète par nos déplacements et notre consommation énergétique, injustices et constant décalage entre les « profiteurs » du Nord et les « exploités » du Sud, même si rien n’est aussi simple, l’idée de base fait son chemin dans les consciences individuelles. Les initiatives citoyennes se multiplient, les Forums sociaux ont déjà 6 ans.

Une lame de fond identifiée par des enquêtes sociologiques

Loin des catégories socioprofessionnelles classiques utilisées par le marketing, des études montrent depuis une vingtaine d’années l’émergence d’une nouvelle catégorie de consommateurs.

Prenant leur distance avec la société de consommation et la loi du marché érigée en mythe, ces personnes, de toutes origines confondues, conjuguent à divers pourcentages l’écologie au quotidien - alimentation bio, développement personnel, médecines douces - avec l’implication sociale, souvent locale, les valeurs féminines et une dimension spirituelle.

En 2001, un quart de la population des États-Unis répondait à cette définition. Une étude du CNRS en 2006 met la barre à 17% en France, et détecte une forte et rapide croissance. Pour une grande partie de la société civile, l’heure n’est plus à la réflexion ou à la compassion, mais bien à l’action.

Être « citoyen », même en vacances...

En terme de voyage, cela signifie que, pour cette clientèle en expansion, rentrent désormais en ligne de compte des éléments de choix parfois très pointus. Elle veut savoir quelles seront les retombées, positives et négatives, de son acte d’achat. Et elle n’est plus prête à avaler n’importe quelle promesse.

Côté protection de l’environnement, cela va des modes de transport et des énergies renouvelables au recyclage des déchets hôteliers, ou de la sauvegarde animalière au respect des espèces végétales locales.

Côté culture, ces voyageurs veulent rencontrer la population locale loin des routes fréquentées, comprendre ses modes de vie et identifier ses besoins, avant de participer, physiquement ou financièrement, à son développement.

Et bien sûr, le tout doit se différencier des loisirs de masse tout en conservant la notion de plaisir et la dimension ludique du voyage. Pas toujours facile...

Le monde du tourisme réagit un peu dans le désordre

Alors que de nombreux secteurs du marché ont réagi depuis longtemps à la tendance, la Plate-forme française du Commerce équitable** n’a intégré le tourisme qu’en 2003, et seules, des associations membres de l’UNAT se réclament d’elle. À ce jour, ils peinent encore un peu à officialiser les critères acceptables par tous pour lancer un label reconnaissable par le public.

Séparément, les entreprises de tourisme regroupées dans l’ATR ont fait la même démarche de création d’un label « responsable », mais sont eux aussi encore en cours de certification.
Les deux démarches sont jumelles mais vont aboutir à deux labels séparés. Car comme le dit en soupirant Philippe Marais (Saïga) : « Ma grande famille du tourisme est encore victime de clivages culturels forts. »
Disposant d’une grosse force médiatique, les plus puissants dispensent parallèlement, en chacun pour soi, des annonces en relation avec la tendance « citoyenne ».

L’argument de vente « solidaire » détrônera-t-il l’omnipotence du coût ?

N’y a-t-il pas danger pour l’avenir du secteur - et peut-être pour l’avenir du tourisme lui-même face aux grands défis de la sauvegarde de la planète - de brouiller ainsi le message des acteurs de bonne volonté ?

Le voyageur citoyen saura-t-il faire son tri dans la forêt des annonces ? Les futures certifications « solidaire/responsable » seront-elles suffisamment fiables pour garantir l’adéquation entre la promesse et l’achat d’un voyage ?

Face à l’actuel critère numéro 1 qu’est le coût, s’affirme une vraie demande de clarté quant au contenu. Contenu des engagements, des prestations, des labels, et de la communication. Une équation à résoudre maintenant, par tous.

FIN DU DOSSIER - « Ethique, durable, solidaire ou responsable... comment s'y retrouver ? » Vous pouvez en retrouver tous les articles en cliquant ci-dessous

* « L’émergence des Créatifs Culturels », P. Ray et S.R. Anderson, éd. Yves Michel
** www.commercequitable.org

Lu 6056 fois

Tags : amadeus
Notez



1.Posté par zapatek le 30/01/2007 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bon article ! Pour en savoir plus sur les créatifs culturels, voir le site colaboratif : http://www.creatifsculturels.fr

2.Posté par Yves MICHEL le 01/02/2007 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hum, excusez-moi, je suis l'éditeur...
Le blog n'est pas le bon, c'est www.yvesmichel.org
Merci de rectifier !

3.Posté par Théophane le 26/06/2009 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Petite correction sur les définitions:

Quand vous insistez sur la prise en compte de l'environnement dans l'élaboration de projets touristiques ou des nouvelles tendances des consommateurs pour le retour à une nature saine, il ne faut pas parler de tourisme solidaire, mais d'écotourisme.

Le tourisme solidaire regroupe les formes de tourisme « alternatif » qui mettent au centre du voyage L’HOMME ET LA RENCONTRE et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires. - définition de l'Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire

Cela n'est pas très grave en soi, mais c'est dommage d'ajouter à la confusion ambiante avec des articles qui souhaitent justement présenter ces concepts...



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips