TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Desserte Los Angeles : le nouveau défi américain de French Bee🔑

Interview avec Sophie Hocquez la directrice commerciale de French Bee



French Bee, la low cost long courrier française du groupe Dubreuil, lance le 30 avril 2022 un nouveau vol entre Paris-Orly et Los Angeles. Jusqu’à 6 rotation par semaine sont prévues, en partage de code avec sa compagnie sœur Air Caraïbes. Après New York et San Francisco, il s’agit d’un nouveau défi américain pour la compagnie aux Airbus A350. Sophie Hocquez, directrice marketing et commerciale, fait le point.


Rédigé par le Jeudi 10 Mars 2022

Pour Sophie Hocquez, l'ouverture par French Bee d'un vol entre ORY et LAX est "la suite logique" du développement de French Bee © DR
Pour Sophie Hocquez, l'ouverture par French Bee d'un vol entre ORY et LAX est "la suite logique" du développement de French Bee © DR
TourMaG.com : Los Angeles… Pourquoi se lancer sur une destination aussi concurrentielle ?

Sophie Hoquez :
Si vous vous souvenez du développement de French Bee, on nous a toujours posé cette question, à La Réunion, à Tahiti, à San Francisco…
Avant d’être une destination concurrentielle, Los Angeles est une grosse destination, la 2e aux USA après New York, et nous avons vocation à aller sur des lignes à forts trafics.
La ligne était en croissance avant le Covid, et on compte sur une reprise forte.

TourMaG.com : Avec quels objectifs ?

L’objectif est double : prendre une part de marché et le faire grossir. L’axe Paris-LA était en hausse de 19% avant la pandémie. La part d’offre que l’on propose est d’à peu près 14%. Nous comptons sur le dynamisme que connaissaient les liaisons entre la Californie du Sud et Paris, dans les deux sens.

TourMaG.com : Après San Francisco et New York, était-ce la suite logique ?

C’est ce qui nous a paru le plus logique pour poursuivre notre développement. Nous allons nous appuyer sur les assets déjà développés sur place avec nos deux première route.

Cela fait du sens de continuer à capitaliser sur ce qu’on a commencé à construire, avec une nouvelle route affinitaire et touristique qui répond à l’ADN de la compagnie. u[

Sur la Réunion, des réservations supérieures à 2019

TourMaG.com : D’ailleurs, comment se portent les deux autres lignes américaines du réseau ? Ont-elles trouvé leur public malgré tout ?

Nous avons ouvert New-York le 14 juillet 2021, en comptant sur la levée du travel ban pour l’été, cela n’a pas été le cas. Malgré tout le marché a répondu présent, nous sommes très contents du démarrage sur l’été 21. Sur l’hiver (depuis la levée du travel ban américain, ndlr) la ligne a performé. Sur le printemps et l’été à venir, elle répond à nos objectifs.

San Francisco est une ligne plus particulière. Nous y revolons uniquement depuis novembre 2021. Il faut s’y réinstaller. Ne pas être présent pendant 18 mois demande du travail. Avec LAX, les deux lignes seront complémentaires, avec des possibilités pour les voyageurs à la recherche d’un parcours d’entrer par une ville et de sortir par l’autre. Je pense qu’à l’été on va fonctionner à plein sur ces deux destinations.

TourMaG.com : La bataille commerciale sur le transatlantique reprend, en particulier sur le segment low cost. Norse veut prendre la place laissée par Norwegian, par exemple. Même question qu’avant la crise : y’a t’il de la place pour tout le monde ?

En septembre 2019, à l’annonce de notre vol vers New-York, il y avait Norwegian, Corsair… La concurrence veut dire que la route est en bonne santé, dynamique, et qu'il y a de la place pour créer du trafic. On se battra avec nos armes, qui sont de très bonnes armes.

TourMaG.com : Au delà des enjeux financiers et de trafics, French Bee est-elle complètement sortie du Covid 19 ?

Nous allons être prudent, nous avons bien vu que la conjoncture peut se retourner extrêmement rapidement. Mais nous sommes optimistes sur une reprise constante sur l’année 2022 et sur la fin des stop and go à répétition…

Sur les Dom Tom, après une saison d’hiver plutôt bonne, on franchit des étapes en termes de prises de réservations. Sur La Réunion, nous sommes même revenus à des niveaux de réservations au dessus de 2019 sur la saison d’été à venir ! C’est une très bonne nouvelle.

bTourMaG.com : L’arrivée [d’un second A350-1000 dans l’année sera-t-elle l’occasion d’ouvrir une nouvelle destination ?]b

Comme le premier A350-1000, l’appareil sera déployé sur la ligne Réunion. Pour la nouvelle destination aucun projet n’est fermé chez French Bee. Je n’en dirai pas plus sur les études qui sont en train de se faire à ce stade.

French Bee à Los Angeles, les détails
Quand ? : quatre vols hebdomadaires les lundi, jeudi, vendredi et samedi à partir du 30 avril, puis six vols hebdomadaires à partir de juillet 2022.
Sur quel appareil ? Un A350-900 de 411 places (35 eco-premium, 376 en eco). French Bee dispose actuellement de 4 A350-900 et d’1 A350-1000 (uniquement disposé sur La Réunion). Un nouvel A350-1000 arrivera dans l’année 2022.
Vol aller : Départ de ORY à 14H50 pour une arrivée à LAX à 17h15
Retour : Départ de LAX à 19h45 et arrivée à ORY le lendemain à 15h35.
Durée du vol : 11h45 de Paris-Orly 4 à Los Angeles
Prix d’appel : 286 euros l’aller simple en basse saison sans bagage en soute. (306 euros sur haute saison).

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 1596 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias