TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Dunas Hotels : ''Switch nous doit plus de 500 000 euros ! ''



Un hôtelier espagnol vient s'ajouter à la déjà longue liste des créanciers de Switch et pas le moindre. En effet, Ángel Luis Tadeo Felipe, directeur général de Dunas Hotels, réclame au Groupe français plus de 500 000 euros. Voici son courrier.


Rédigé par La Rédaction le Mercredi 8 Octobre 2008

"Après avoir contribué au développement de Switch en accueillant ses clients à Gran Canaria, Tenerife et Fuerteventura au cours des deux dernières années, nous sommes bien mal payés de retour.

En effet, Switch nous est redevable d'une dette qui dépasse les 500 000 euros. Nous avons essayé de toutes les manières possibles et imaginables de mettre en place un échéancier sans résultat.

Nous comprenons les difficultés actuelles des entreprises mais nous avons aussi les nôtres et nos salariés à payer à la fin du mois.

Je suis même allé jusqu'à demander un entretien à Paris avec M. Pascal Siméon, patron de Switch afin de trouver un arrangement à l'amiable. Je l'ai attendu toute la journée du mardi 24 Septembre dernier avant de revenir bredouille.

''Nous allons saisir nos représentants légaux en France''

La seule proposition reçue de Switch a été de pré-payer les futurs clients comme ils le font avec les autres hôteliers qui ne leur font plus confiance. Fort de cette expérience malheureuse, nous allons déposer cette affaire entre les mains de nos représentants légaux en France.

Nous nous sentons trompés par ce TO parce que malgré sa dette cela ne l'a pas empêché de continuer à vendre nos établissements sur partirpascher.fr alors qu'ils n'ont plus avec nous ni tarifs ni allotement pour la saison d'hiver.

Nous travaillons avec d'autres TO français et nous continuerons à coopérer en mettant tous nos efforts dans le service rendu à leurs clients.

Ángel Luis Tadeo Felipe,
directeur général
Dunas Hotels

gerencia@hotelesdunas.com

Lu 3848 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par BAD le 09/10/2008 09:43
Et il est ou Simeon??Il nous fait plus de petits commentaires !!

2.Posté par ponset le 10/10/2008 11:21
Ce qui serait interressant se serait de connaitre ce que représentent ces 500 000 Euros par rapport au volume annuel généré par Switch chez Dunas Hotel (1%, 10 %, 50 %, 100% ???) parce que, ok switch a sans doute laissé filer mais que dire de la gestion de ces hoteliers qui attendent d'avoir une créance de 500 000 euros chez un petit TO en cessation de paiement pour fermer le robinet.
C'est pas sérieux Mr le Directeur Général.

3.Posté par pierre ponce le 10/10/2008 17:41
bientôt ça va être la faute des hôteliers et des réceptifs qui ont trop fait confiance à Siméon, le pauvre on va le plaindre parce qu'il a trop bien réussi à rouler son monde et que les autres étaient trop bêtes ou trop honnêtes pour s'être fait avoir?
remettons les choses dans l'ordre svp.


4.Posté par ponset le 13/10/2008 09:10
Une précision mon cher Pierre Ponce ( lol ) il ne s'agit pas d'absoudre Siméon qui n'est pas un ange loin de là, mais on peut quand même s'interroger sur la rigueur de gestion de certains groupes hoteliers qui confondent le taux de remplissage de leurs hôtels et celui de leur compte en banque.
J'ai géré des comptes clients pendant des années et ma première préoccupation était de veiller à ce que les encours restent cohérents par rapport au volume moyen du client....mais je viens peut-être d'une autre planète?

5.Posté par A vot'bon coeur le 05/11/2008 17:59
Le pb, c'est que ces affaires mettent la pression sur les TO internet sérieux. Car il y en a...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.





























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex