TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Frantz Yvelin : « J’aurais pu sauver Aigle Azur...»

Entretien avec l’ancien P-DG d’Aigle Azur



Les images sont encore dans toutes les mémoires. Celles des centaines de salariés d’Aigle Azur, l’ex-deuxième compagnie aérienne française, attendant devant le tribunal de commerce d’Evry d’être fixés sur leur sort. En septembre 2019, le verdict était rendu et la compagnie spécialiste des vols vers l’Algérie depuis les années 1940 était officiellement déclarée morte. Six mois se sont écoulés depuis et son dernier dirigeant, Frantz Yvelin, fondateur auparavant de l’Avion et de La Compagnie, sort du silence pour raconter sa version des faits. S’y mêlent des regrets, forcément, et beaucoup de colère envers Gérard Houa, ancien actionnaire, qu’il attaque en justice. Mise au point musclée.


Rédigé par le Mercredi 11 Mars 2020

Frantz Yvelin © DR
Frantz Yvelin © DR
TourMaG.com - Vous avez gardé le silence depuis la crise qui a entraîné la fin d’Aigle Azur à la rentrée 2019. Qu’avez-vous fait depuis et pourquoi vouloir reprendre la parole ?

Frantz Yvelin : J’ai gardé le silence par respect pour les passagers restés bloqués, pour nos anciens fournisseurs, et aussi pour les salariés qui ont perdu leur emploi.

Il aurait été très déplacé de s’exprimer plus tôt. Honnêtement, je voulais prendre un peu de recul. J’en ai profité pour passer une qualif de commandant de bord sur A320 et j’en suis très fier. Apprendre est un très bon moyen d’oublier le reste.

TourMaG.com - Rentrons dans le vif du sujet. Fin août 2019, Gérard Houa, l’un des actionnaires d’Aigle Azur, est à l’origine du fameux « putsch » à la tête de la compagnie. Plus tard, il tentera de racheter la compagnie alors placée en liquidation judiciaire. Vous avez choisi récemment de l’attaquer en justice. Ou en est le procès ? Maintenant que la compagnie n’existe plus, pourquoi ce bras de fer ?

Frantz Yvelin : Ce qu’il a fait est absolument scandaleux et incroyablement illégal. Il faut souligner le caractère inédit en France de la chose. On parle d’un putsch sur une société aussi importante qu’Aigle Azur ! Il n’y a pas de précédent.

Vous imaginez un putsch à la tête de PSA ou de Thales ? C’est un peu comme si vous achetiez 3 actions ADP et que vous débarquiez pour virer Augustin de Romanet de la présidence !

Dans un premier temps, Aigle Azur a porté plainte au pénal le 27 août dernier contre M Houa, Bohn et la société Lu Azur. L’instruction se poursuit à Créteil.

La deuxième affaire est plus personnelle : j’ai engagé une procédure contre les trois pour préjudice moral et atteinte à mon image. C’est une question de principe pour laver mon honneur. Une première audience aura lieu dans quelques semaines.

Vueling pouvait résoudre toute l'équation

TourMaG.com - L’un des déclencheurs de la fin d’Aigle Azur : l’offre d’investissement de Vueling et du groupe IAG, qui devait permettre de sauver la compagnie à l’été 2019. Était-elle viable ? Pourquoi n’a-t-elle pas abouti ?

Frantz Yvelin :
Ma première volonté était de déposer le bilan en avril 2019. David Neeleman (actionnaire brésilien d’Aigle Azur, ndlr) m’a convaincu de continuer.

Nous avons placé la compagnie sous procédure pour geler les créances et trouver des solutions de manière confidentielle. J’allais toutes les semaines en réunion à Bercy, qui nous a aidés, soutenus, accompagnés.

Cela fonctionnait si bien que Vueling est intéressé et signe une lettre d’intention. Nous faisons tellement bien notre boulot qu’ils nous proposent de reprendre 50% de l’activité d'Aigle Azur pour 27 millions d’euros. Cela résoudrait toute l’équation.

Contrairement à certains de nos confrères, nous avons donc une solution. Nous la proposons à nos syndicats le 5 août 2019. Jamais je n’aurai imaginé ce coup là venir mais certains représentants du personnel, influencés par M Houa, votent la seule chose qu’il ne fallait pas voter : la suspension pendant 60 jours. Nous n’avions pas le cash pour cela. La mort était alors inévitable.

TourMaG.com - Vraiment ?

Frantz Yvelin : Oui, si le CE le 5 août avait dit oui ou non, sans bloquer le process, Aigle Azur aurait été sauvée, c’est clair et net. J’ai fait tout ce que j’ai pu et, le 5 août au soir, c’est au-dessus de mes forces, je m’en vais. Je ne me suis jamais battu contre mes salariés, quels qu’ils soient.

J’accepte finalement de rester un peu plus, jusqu’au fameux putsch. Gérard Houa n'est en rien responsable des difficultés antérieures à 2019 d'Aigle Azur. J'ai quand même le sentiment que le putsch a achevé l'entreprise, mais il appartiendra évidemment à la justice et à la postérité d'en juger !

L'un des fameux A330 de la compagnie © AA
L'un des fameux A330 de la compagnie © AA
TourMaG.com - Revenons en arrière. Le changement d’actionnariat de la compagnie, les choix du Brésil et de la Chine… Tout ça était-il vraiment nécessaire pour une compagnie stable et spécialiste depuis des décennies d’un seul marché ?

Frantz Yvelin : Cette question est arrivée très simplement car il fallait absolument absorber les coûts fixes, l’Algérie ne suffisait plus à faire survivre Aigle Azur.

Deux solutions dans ce cas : soit faire un plan social qui nous aurait tué, soit faire de la croissance. En Europe, ce n’était pas possible car nos coûts n’avaient rien à voir avec la compétition, à savoir les low cost. Il fallait donc trouver autre chose : des niches ! Aucun risque n’a été pris.

TourMaG.com - Justement, parlons de votre lancement sur le long-courrier. Beaucoup remettent en cause ce choix stratégique qui aurait précipité votre perte...

Frantz Yvelin : C’est faux. Sans le long-courrier, nous n’aurions pas eu de cash. Le long-courrier a sauvé la compagnie, sinon nous serions morts en 2018.

Pourquoi le Brésil, pourquoi la Chine donc ? Il s’agit de deux énormes marchés avec des partenaires en or. Sur le Brésil, Azul payait 80% de nos sièges en avance, nous avions accès en code-share à tout le pays.

Cela a été un succès commercial et un générateur de cash du premier au dernier jour. Heureusement que nous l’avons fait.

Sur la Chine, notre actionnaire chinois nous a poussé à ouvrir Pékin, alors que notre plan était de choisir Hong-Kong, un marché beaucoup plus équilibré qui faisait totalement sens. Six semaines après le lancement, ces gens-là ont changé d’avis.

TourMaG.com - « Ces gens-là », le groupe chinois HNA donc, peut-on savoir combien ils ont versé à Aigle Azur ?

Frantz Yvelin : Ils n’ont jamais rien investi dans l’entreprise. J’avais demandé 7 millions d’euros en urgence en novembre 2017. Je n’en ai eu que 3, qu’ils n’ont eu de cesse de me demander de rembourser après.

TourMaG.com - Quid des lancements de nouvelles lignes tous azimuts sur le moyen-courrier ?

Frantz Yvelin : Sur le moyen-courrier, quand je suis arrivé, tout partait à vau-l’eau. Il fallait tout réorganiser. Avec 3 avions de moins, nous avons fait beaucoup plus de vols.

Nous utilisions mieux nos avions, de nuit, sur la Russie, l’Ukraine, le Liban. Nous avons sauvé cette compagnie !

"Je n'ai plus rien à prouver"

TourMaG.com - Six mois ont passé depuis la mort de la compagnie. Quels regrets et quelles rancœurs gardez-vous encore ?

Frantz Yvelin : D’abord, en novembre 2018, quand les Chinois n’ont plus voulu de notre ligne sur Pékin. J’aurais dû démissionner à ce moment-là.

Je garde ensuite de la tristesse d’avoir fait confiance à certains élus du personnel, de les avoir soutenus, d’avoir été trop gentil avec eux. Nous étions dans la transparence la plus absolue et le vote du 5 août a été un coup de poignard.

Il me reste de la rancœur sur les derniers mois, quand nous continuions de vendre des billets avec une solution sur la table. Aurais-je pu mieux faire ? Une rancœur qui me fait toujours dire « m*rde, j’aurai pu sauver cette boite ! ».

Enfin, il reste de la colère, pleine et entière, à l’encontre de certains élus et de M. Houa.

TourMaG.com - On vous a connu avec l’Avion, la Compagnie, puis chez Aigle Azur … Les futurs projets de Frantz Yvelin seront-ils toujours aériens ?

Frantz Yvelin :Je pense être le seul en France à avoir créé deux compagnies aériennes en partant de zéro.

La fin d’Aigle Azur a été très difficile à titre personnel. Il ne faut jamais dire jamais mais je n’ai pas l’intention de reprendre la direction d’une compagnie aérienne ou d’en recréer une. Si jamais je le fais, ce ne sera pas en France. Il y a trop peu de boites avec de bons fondamentaux.

A court terme, je compte continuer à piloter et poursuivre mes activités de conseils. Je veux rester proche de l’aviation, mais plus en tant que dirigeant, car je n’ai plus rien à y prouver.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 6265 fois

Notez



1.Posté par seb34 le 12/03/2020 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Grande lucidité que la conclusion de ce monsieur " mais plus en tant que dirigeant, car je n’ai plus rien à y prouver."

On sent bien la souffrance et l'envie de nous refaire l'histoire, et je respecte cette souffrance...MAIS

NON il a seulement prouvé sa grande irresponsabilité , inexpérience, inutilité ... il oublie dans votre interview de citer un seul chiffre : celui du passif cumulé sous sa présidence.
La situation de départ était compliquée, mais la première responsabilité d'un dirigeant ( et d'un pilote qui plus est !!) et celle de ne pas y aller si on ne doit pas y aller ... et aucun voyant n'était au vert pour se lancer dans une telle politique consommatrice de cash et de pertes... alors Mr Yvelin vue votre attitude de Dirigeant j'espère ne jamais vous rencontrer aux commandes d'un vol en ma compagnie, les têtes brûlées qui font tourner les têtes dans les bars c'est une époque révolue depuis bien longtemps dans l'aviation .... il n'y a pas de bons pilotes , il n'y a que des vieux pilotes... votre sens de l'irresponsabilité vous fait oublier vos basiques qui s’appliquent aussi aux dirigeants d'entreprise.

2.Posté par Just le 12/03/2020 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Exactement Seb34 : inéxperience totale ... lancer des vols à tout va, les vendre et les annuler aussitôt ... tout est parti en vrille sous sa présidence ... et quel courage aussi pour sa démission hein on en parle ? Même pas adresser un mail à ses salariés mais préférer le faire en direct sur BFM...

3.Posté par B le 12/03/2020 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui oui Seb34...
On refait l'histoire.

Si les comptes étaient si mauvais, ce que n'a jamais nié Mr Yvelin !!!

Pourquoi alors ce fameux CE et ces incapables n'ont jamais alerté ?

Ils avaient pouvoir d'alerter !!!
Pouvoir de saisir le tribunal de commerce.

Comme les actionnaires eux mêmes avaient aussi pouvoir.

Ce ridicule push...
Les actionnaires avaient regard sur les comptes.

Idem ils auraient pu alerter et déclancher un redressement notamment

Alors... C'est si facile .... Après coup.

Quant à refaire l'histoire...
Regarder d'un peu plus près le CE !... Qui n'a jamais alerter qui que ce soit des instances.

Mr Yvelin a tout sur le dos.
A se demander si... Les salariés ne faisant pas blocus pour certains... A en voir des commentaires sur leur ancien dirigeant cela fait froid dans le dos...
Pourris de l'intérieur ?...

Quant aux précédents notamment les deux. Ils ont fait quoi ?
Le premier monter les salariés sol contre les salariés pn...

Se sont des crétins ils ont signé notre arrêt de mort ils n'ont pas voulu signer les accord pour le long courrier.

Vous vous souvenez de ce discours ... ?

Bien entendu qu'ils n'avaient pas signer nos pilotes
Ils savaient ce qu'il se tramait derrière ... Maintenance en Chine et pilotes chinois prévus a ce moment là.

Quant au second
Donc l'avant dernier
Ou était il ?...
Venant du nord... Pour être froid il était froid on l'entendait pas.....

Ce qui a été fait à été fait

Si c'est si facile de détenir une compagnie
Pourquoi ne pas l'avoir reprise ? Via les salariés ?

Vous savez très bien les enjeux derrière

Et qu'à terme il n'y aura casi plus de compagnie en France

Ni Europe

Cela va bien plus loin que ce que vous ne pensez

Cessez d'accabler un bouc émissaire sans en avoir tout les tenant et aboutissant

La justice tranchera !

4.Posté par seb34 le 12/03/2020 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour B
refaire l'histoire c'est la refaire depuis l'arrivée de ce monsieur aux commandes où je lis que sa stratégie était la bonne et que le secteur LC (non financé !!) était une cash machine ... de qui se moque t on ! cette interview est une insulte pour les salariés mais aussi pour tout le monde vu le montant de l'ardoise ...

les dernières semaines ou derniers mois ce n'est qu'une comédie à plusieurs épisodes, mais l'affaire était déjà pliée, Vueling n'a jamais eu l'intention ni écrit verser 40 ME de cash !! et le montant du passif ne permettait pas récupérer la boite... là aussi il nous refait l'histoire .. seule compter aux yeux de tous de voler jusqu'à fin aout pour éviter le chaos... coûte que coûte !

Il faut parfois mieux rester silencieux éternellement sur certains sujets...

5.Posté par Ben le 12/03/2020 23:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi ce que je peux dire à MrYvelyn c'est que j'ai été doublement arnaquée par cet Aigle Azur car tout simplement j'ai acheté deux billets à la fin Août et dire qu'à ce moment elle s'apprêtait à fermer ses portes mais par malhonnêteté ici en Algérie elle a bien encaissé l'argent des deux billets et hops 2jours après sa fermeture est déclarée.Pensez vous nous rembourser notre argent ou bien c bon pas la peine de garder espoir.

6.Posté par PNT330 le 13/03/2020 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ahhh une interview "Moi, je" de Frantz, il nous avait manqué.. ou pas.

J’ai gardé le silence par respect pour les passagers restés bloqués, pour nos anciens fournisseurs, et aussi pour les salariés qui ont perdu leur emploi.
-> Vous n'avez même pas envoyé un mail final à vos salariés, Monsieur le Président.

J’en ai profité pour passer une qualif de commandant de bord sur A320 et j’en suis très fier
-> Ca veut dire quoi ? 6 mois pour proroger une QT320 ? ;)

C’est une question de principe pour laver mon honneur. Une première audience aura lieu dans quelques semaines.
-> Vous devriez vous estimer heureux de ne pas avoir une procédure contre vous pour faute de gestion.

Ma première volonté était de déposer le bilan en avril 2019. David Neeleman (actionnaire brésilien d’Aigle Azur, ndlr) m’a convaincu de continuer.
-> C'était avant ou après avoir demandé une prime de 40k aux actionnaires en début d'année ? Refusé par ces derniers heureusement..

Nous faisons tellement bien notre boulot qu’ils nous proposent de reprendre 50% de l’activité d'Aigle Azur pour 27 millions d’euros. Cela résoudrait toute l’équation.
-> Pouvez vous dire au public, quel était le montant de votre commission lors de cette vente partielle, ce qui était en réalité votre seule motivation pour cloturer ce deal...

Il fallait donc trouver autre chose : des niches ! Aucun risque n’a été pris.
-> L'ouverture du Lyon Nantes à la va vite sans même réaliser une étude de marché c'était un marché de niches ? Parfois si personne n'est positionné sur le secteur, c'est probablement car le besoin n'existe pas. Dire que les passagers sont passés à coté de l'opportunité de faire un Paris - Pékin - Tokyo (Flixbus avec un 330)

Le dernier paragraphe en forme de "moi,je" nous rappelle votre démission que vous avez mis en scene sur BFM (refusée par l'administratrice). Un égo demesuré une fois de plus..

Dommage le monde de l'aerien francais se souviendra des salariés criant "Yvelin démission", quand en parallèle le DR d'XL était acclamé pour avoir tenter jusqu'au bout de préserver les emplois. Pourtant il me semble que vous ne le portez pas dans votre coeur, vu qu'il vous a sorti de La Compagnie. Quel pied de nez !

7.Posté par M le 13/03/2020 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il compare vraiment ZI à PSA et à Thales ? De mémoire, aucun de ces dirigeants n’a accumulé autant de mauvaises décisions en si peu de temps. FY était mal entouré, il s’est mal entouré, il a cru pouvoir acheter les IRP, raté. Le long courrier ? Raté. L’accord PN ? Raté. Les ouvertures de lignes court et moyen ? Ratées. Couler Aigle Azur ? AH, une réussite, enfin ! Félicitations !

On retiendra bien sûr son égo, indéfectible : « QT 320…je n’ai plus rien à prouver…Je pense être le seul en France à avoir créé deux compagnies aériennes en partant de zéro… »

L’article termine tout de même sur un note positive : « je n’ai pas l’intention de reprendre la direction d’une compagnie aérienne ou d’en recréer une » Good news pour tous les salariés de l’aérien !

8.Posté par Maverick38 le 09/04/2020 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Franchement quand je lis certains des commentaires ici, j'hallucine. On parle de commissions occultes, mais où sont les preuves? Comment vous voulez qu’il y ait une commission occulte alors que la boite était déjà en procédure et que la direction passait tout son temps à Bercy?
Quand aux comparaisons avec l'ancien patron d'XL, je rappelle qu'Yvelin a crée deux compagnies et les emplois qui vont avec. Ceux-ci existent toujours.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CruiseMaG DMCmag La Travel Tech
Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel