TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Futuroscopie - Le tourisme en Grèce prépare sa saison et son avenir 🔑

Décryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



Nul ne l’ignore. La rumeur qui enfle depuis plusieurs mois dans le landerneau touristique veut que la Grèce soit la grande gagnante de l’été 2022. Une excellente nouvelle pour cette destination très affectée par la pandémie et par des années de crise économique, où aujourd’hui, tout le monde s’affaire et reprend ses projets pour accueillir un nombre record de visiteurs ! En direct d’une île égéenne, voici quelques nouvelles…


Rédigé par le Mardi 21 Juin 2022

En Grèce, la saison débute, et les professionnels du tourisme savent qu’elle sera bonne. Ils savourent donc leurs dernières heures de tranquillité avant le rush estival et, en attendant de se rattraper, offrent leur meilleur visage - DR : J.S.
En Grèce, la saison débute, et les professionnels du tourisme savent qu’elle sera bonne. Ils savourent donc leurs dernières heures de tranquillité avant le rush estival et, en attendant de se rattraper, offrent leur meilleur visage - DR : J.S.
Tout va bien ! L’aéroport d’Athènes a retrouvé un rythme quasi normal. Les avions en provenance ou partance des USA et de toute l’Europe décollent et atterrissent à un rythme soutenu.

Les rues de la capitale résonnent du tintement des valises à roulettes dont la taille à elle seule indique la durée du séjour de leurs propriétaires.

Toutes les boutiques, fermées en grande partie durant les deux années de pandémie, ont rouvert, et les hôtels proches de l’aéroport et du centre sont satisfaits.

Lire aussi : Quelles conditions d'accès pour un voyage en Grèce ?

Pendant ce temps, dans les îles les plus touristiques, les premiers visiteurs prennent leurs marques.

Santorini, Mykonos, Patmos, Paros, Rhodes… fin prêtes, offrent des tarifs de moyenne saison aux privilégiés qui peuvent choisir le printemps pour y séjourner.

En revanche, dans les îles excentrées ayant choisi de ne pas se laisser déborder par les flux touristiques, on prend son temps.


La saison débute, ils savent qu’elle sera bonne

Les tavernes sont encore encombrées de planches, de bâches, de câbles électriques, de perceuses, de scies… actionnés fébrilement par des ouvriers, plutôt rares cette année, qui font de leur mieux pour remettre en état des établissements fermés durant deux trimestres, parfois plus.

Sur ces terres sourdes aux diktats de la performance, quelques hôtels et restaurants ouverts n’affichent toujours pas complet mais ne s’en plaignent pas.

La saison débute, ils savent qu’elle sera bonne, ils savourent donc leurs dernières heures de tranquillité avant le rush estival et, en attendant de se rattraper, offrent leur meilleur visage.

Celui d’une offre touristique exceptionnelle dans une destination exceptionnelle qui, au fil de deux siècles d’histoire touristique a toujours su faire rêver… en dehors des mois de plein été où comme tant d’autres, elle affronte les vagues désormais incontournables de « sur touristes » !

Une croissance à la hausse, tirée par le tourisme

La Grèce retrouve donc le sourire. Plus précisément, selon les estimations des analystes, son économie devrait progresser de 5,5% en 2022 et son PIB touristique se rehausser à une normale de 25%.

Essentiellement tirée par le tourisme, cette croissance qui arrive à point nommé après deux années de pandémie ayant laissé le tourisme grec exsangue, se matérialise par des taux de réservation très encourageants pour les deux, voire trois mois à venir qui font de la destination l’une des plus prisées d’Europe du sud aux côtés du Monténégro et de la Croatie.

Alors que, selon les statistiques de l’Institut Mabrian concernant les vols internationaux (de janvier à août), Chypre et la Bulgarie sont en perte de vitesse.

D’ores et déjà, les analystes estiment à 11% la progression des arrivées en Grèce par rapport à 2019, année de référence au cours de laquelle le pays avait accueilli quelque 30 millions de touristes internationaux. Et cela malgré une hausse des prix dans l’hôtellerie de l’ordre de 5% en moyenne et de 20% dans les hôtels de luxe !

Sur le plan de la croisière, les prévisions sont également optimistes d’autant que la Grèce a décidé d’étaler sur les douze mois de l’année l’accueil de paquebots. D’ores et déjà, on prévoit qu’un tiers des bateaux de croisières membres de CLIA passeront par les ports grecs en 2022 !

Les Européens au rendez-vous

Rassurés par cette destination européenne encore suffisamment éloignée du conflit Ukrainien et par une politique anti-Covid plutôt sérieuse, les touristes attendus ne viennent pourtant pas de ces nouveaux marchés comme la Chine, le Japon, la Russie sur lesquels le pays misait il y a peu.

Ils viennent essentiellement d’Europe où, malgré une baisse attendue des Britanniques et des Allemands, les Français, on le sait, répondent à l’appel de la destination et se pressent dans les avions.

Pour la seule compagnie nationale Aegean, on compte 95 vols hebdomadaires au départ de dix villes françaises dont de nouvelles dessertes entre Rhodes et Paris par exemple. De quoi faire voler un million de Français vers le pays des Dieux. Peut-être plus !

Lire aussi : Aegean Airlines : "Nous mettons les moyens sur le marché français"

Quant aux Américains, ils sont d’ores et déjà présents, mais moins nombreux que prévu. Le retour de l’inflation dans leur pays, a donné un coup de frein aux arrivées.

Les Greco Américains de la diaspora pourraient cependant ne pas être touchés et venir en flux réguliers dès la fin du mois.

Un tourisme multicartes : Athènes, agritourisme, wellness...

Mais, de tels résultats ne s’atteignent pas sans efforts. Le gouvernement grec a mis les bouchées doubles et repris ses projets afin de faire jouer à la destination toutes les cartes en sa possession et développer de nouveaux produits.

Déjà très dynamique, la montée en gamme de l’hôtellerie se poursuivra, grâce à des investisseurs nationaux et étrangers.

Mais, c’est la carte de l’agritourisme que le gouvernement entend jouer. Récemment, le ministre de l’agriculture a annoncé le déblocage d’une enveloppe de subventions d’un montant de 50 millions d’euros pour aider les agriculteurs désireux de développer cette activité.

Par la même occasion, les candidats à l’agritourisme apprendront à protéger leur production locale et à la développer afin de garantir à leurs visiteurs une nourriture saine et écoresponsable.

D’autres activités pourront aussi être proposées (stages de cuisine, sports, bien-être) par les entreprises agricoles de toutes tailles qui devront bien évidemment respecter les grilles de critères du développement durable, devenues incontournables.

La Grèce ne prend pas que de simples mesurettes pour relancer son tourisme

Par ailleurs, grâce à des campagnes médiatiques bien orchestrées, d’ores et déjà, la capitale grecque a réussi à s’imposer comme une destination de court séjour, hors saison, notamment en hiver et au printemps.

Alors qu’elle a longtemps été une porte d’entrée dans le pays où l’on passait une ou deux nuits, le temps de visiter ses musées d’archéologie, Athènes acquiert peu à peu le statut de capitale « branchée », ponctuée de galeries, nouveaux restaurants, tavernes, wine bars, tiers lieux…

Son nouveau centre culturel, la Fondation Stavros Niarchos signée par l’architecte Renzo Piano, est même devenu un « must » sur la carte touristique de la ville qui, de plus, se revendique comme une capitale bon marché où la population locale s’implique dans l’accueil des touristes !

Autre carte : le bien-être. En dehors des spas de luxe, de nombreux établissements jouent cette carte à l’année.

Il n’y a qu’à parcourir le site www.premiumwellness.gr/our-retreats/ ou prolonger ses séjours sur les plages au soleil couchant pour s’en convaincre : méditation, yoga, détox… les Grecs ont pris plusieurs longueurs d’avance sur ces pratiques qui font les délices d’une clientèle nationale ou internationale grécophile, fidèle qui, hors saison surtout, se retrouve dans des spots connus d’elle seule.

Et puis, notons que la Grèce envisage même de développer les sports d’hiver histoire de vendre des combinés relativement attractifs : culture et ski.

Enfin, l’état grec a aussi annoncé le déblocage de 500 millions d’euros pour permettre à 42 petites îles de s’équiper et moderniser leur accueil.

Constructions de ports et d’aéroports sont au programme ainsi que des centres de désalinisation des eaux et systèmes d’énergie renouvelable… Ce qui, ajoutés à une obsession de la performance, démontre que la Grèce, ne prend pas que de simples mesurettes pour relancer son tourisme.

Elle l’oriente vers le futur grâce à des choix de développement particulièrement adaptés aux nouveaux enjeux.

Mais, saura-t-elle contenir ses ambitions ? On l’espère. Surtout quand on goûte aux charmes inimitables de ces territoires hors du temps que sont ses îles au printemps !

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Journaliste, consultante, conférencière, Josette Sicsic observe depuis plus de 25 ans, les mutations du monde afin d’en analyser les conséquences sur le secteur du tourisme.

Après avoir développé pendant plus de 20 ans le journal Touriscopie, elle est toujours sur le pont de l’actualité où elle décode le présent pour prévoir le futur. Sur le site www.tourmag.com, rubrique Futuroscopie, elle publie plusieurs fois par semaine les articles prospectifs et analytiques.

Contact : 06 14 47 99 04
Mail : touriscopie@gmail.com

Lu 1549 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus









































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias