TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo Voyages Responsables  



La Journée mondiale du tourisme responsable, késaco ?

La Journée mondiale du tourisme responsable se tient le 2 juin


Chaque 2 juin, les voyageurs et les professionnels sont invités à réfléchir au tourisme de demain. Depuis 2007, à cette date se tient en France et dans le globe, Journée mondiale du tourisme responsable, mais qu'est-ce que cette énième journée ? Nous avons demandé des explications à Julien Buot, le directeur d'Agir pour un Tourisme Responsable (ATR).


Rédigé par le Vendredi 31 Mai 2024

La Journée mondiale du tourisme responsable se tient le 2 juin 2024 - Depositphotos @cienpies
La Journée mondiale du tourisme responsable se tient le 2 juin 2024 - Depositphotos @cienpies
Il n'y a pas de petites ou de grandes causes, mais des rendez-vous.

A côté des journées mondiales sérieuses, comme celles de la paix ou du travail, il en existe de très farfelues et d'autres moins officielles, mais importantes à l'image du tourisme durable.

Cet évènement inscrit à l'agenda médiatique depuis 2007 a gagné ses galons de marronnier, à coups de colloques et communiqués de presse.

Quelque peu disparue des radars, la Journée mondiale du tourisme responsable essaie de se (re)faire une place, dans le planning des professionnels du secteur et des journalistes.

C'est sous l'impulsion de la nouvelle génération au sein d'ATR, que l'association entend lui redonner un coup de fouet, pour en faire une caisse de résonance et de lobbying.

Et comme c'est le cas depuis maintenant 17 ans, pour une industrie régulièrement pointée du doigt, ce 2 juin 2024, l'évènement sera avant tout une opération de communication auprès du grand public pour démontrer qu'un meilleur tourisme se dessine et existe déjà.

Rencontre avec Julien Buot, le directeur d'Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), aussi en charge de relancer la Journée mondiale du tourisme responsable.

L'histoire de la Journée mondiale du tourisme responsable

TourMaG.com - D'ailleurs dans quelques jours va se tenir la journée mondiale du tourisme responsable, qu'est-ce ?

Julien Buot :
En 2007, Frédéric Leroy, alors directeur général de l'ONG APSEC (Accueil prévention et soutien aux enfants cambodgiens et chinois) rencontre Annette Masson.

Après un moment d'échange, ils se disent qu'il est nécessaire de créer une journée mondiale du tourisme responsable. Le 2 juin de la même année, il sorganisent un colloque et mettent le paquet avec Air France à Roissy.

Ils voulaient faire un gros bruit médiatique sur la lutte contre le tourisme sexuel des enfants. A l'époque, la cause n'avançait pas assez vite.

A lire : Le tourisme durable, un critère pour 93% des voyageurs

Ils inventent alors le concept d'une journée mondiale, en voulant mettre en lumière ce jour-là ce qu'il est possible de faire de bien au quotidien pour un tourisme responsable en partant de la thématique du tourisme sexuel. Avec Guillaume Cromer, nous rencontrons Frédéric Leroy, pour lui rappeler qu'il existe plein d'autres thématiques à soulever.

Les universités du tourisme durable n'existaient pas encore. On se dit que chaque année, nous allons réitérer l'expérience, en choisissant un parrain, qu'il soit un scientifique si possible, puis une institution à mettre en avant, un thème, un pays à l'honneur.

Tous les ans, le 2 juin, nous instituons la journée mondiale du tourisme responsable, grâce à ce colloque. Cela prend en ampleur, la dernière année en 2015, nous comptons plus de 200 participants.

Vous avez eu des évènements en Espagne, Italie, Corée du Sud ou encore au Pakistan, donc le monde entier.

La Journée mondiale du tourisme responsable est "devenue un marronnier"

TourMaG.com - Depuis 2015, qu'est devenue la Journée mondiale du tourisme responsable ?

Julien Buot :
Cette même année, nous avons repris avec Guillaume Cromer et Caroline Mignon l'association ATD et inventé les universités du tourisme durable. Les deux évènements se chevauchaient.

Par contre, les Journées mondiales du tourisme responsable ont quand même réussi quelque chose d'intéressant : des médias grand public en avaient fait un marronnier.

La JMTR ne s'est pas arrêtée, mais nous avons abandonné le colloque, mais plutôt un appel à communication en mettant en avant les bonnes pratique de nos adhérents, pour profiter du rendez-vous médiatique.

A lire : Vers des formations obligatoires au tourisme responsable ?

Il y a deux ans, Léa Bonnand, responsable des partenariats institutionnels chez ATR a décidé de relancer l'évènement. La journée a été rethématisée, donc en 2022 c'était sur le carbone, en 2023 sur le collaboratif, puis cette ce sera sur la vertu pédagogique des vacances.

Un site dédié a même été créé en proposant à tous les acteurs du tourisme dans le monde de partager leurs bonnes pratiques autour de ce thème.

J-30, avant le début des vacances d'été, on trouve que le timing est parfait pour communiquer et positivement.

Une centaine de bonnes pratiques seront remontées, puis la destination France sera à l'honneur.

Nous voudrions que les jeunes choisissent le thème de la prochaine Journée mondiale du tourisme responsable, nous voulons que les jeunes générations prennent leur place dans le tourisme durable.

Journée mondiale du tourisme responsable : une action de "lobbying." pour positiver le tourisme

TourMaG.com - La journée mondiale est un moment de lobbying pour l'industrie, loin du traitement médiatique actuel sur le tourisme bashing ?

Julien Buot :
Il y a cinq ans, la très grande majorité des sujets sur le tourisme dans les médias étaient plutôt positifs.

Depuis la table a été renversée et maintenant 8 articles sur 10 bâchent le tourisme. Nous voulons réagir à cette campagne à travers cette journée mondiale du tourisme responsable.

A lire : "Nous devons faire très attention au tourisme bashing"

Les acteurs doivent assumer les effets négatifs du tourisme, il faut les évaluer et les réduire, mais nous ne devons pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Il faut positiver le tourisme, avec notamment l'appui des jeunes.

Certains tombent dans le panneau de "moi, je ne veux plus voyager parce que c'est sale et carboné," en oubliant qu'il est aussi possible de voyager de manière décarbonée.

En effet, il y a un travail de lobbying. Nous venons de lancer un groupe pour les jeunes génétions au sein d'ATR.

Aux acteurs de la profession de s'emparer de la Journée mondiale du tourisme responsable !



Lu 2115 fois

Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Juin 2024 - 10:58 Europe : le Greenwashing n'est plus permis !





































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias