TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : des contrôleurs de plus en plus au "radar" !

L’édito de Dominique Gobert



La saison d’été, dans le transport aérien français, « monte en puissance » comme se plaisait à le répéter un célèbre entraîneur de l’équipe de France de football, qui n’aura d’ailleurs pas réussi lui-même. Mais, grâce à nos contrôleurs toujours plus gréveux et un matériel déficient, sommes-nous vraiment en sécurité ?


Rédigé par le Jeudi 12 Juillet 2018

"L’obsolescence des systèmes de la navigation aérienne de la DSNA explique les difficultés à offrir des capacités suffisantes aux compagnies aériennes. Conséquence : le coût du maintien en conditions opérationnelles de ses équipements vieillissants augmente dangereusement" - Photo stock.tookapic.com pexels.com
"L’obsolescence des systèmes de la navigation aérienne de la DSNA explique les difficultés à offrir des capacités suffisantes aux compagnies aériennes. Conséquence : le coût du maintien en conditions opérationnelles de ses équipements vieillissants augmente dangereusement" - Photo stock.tookapic.com pexels.com
Très étrange, ce qui s’est produit dans le ciel français très récemment.

Brusquement, ainsi que le rapport notre confrère Europe 1, un avion de ligne qui circulait normalement a disparu des radars alors qu’il survolait la ville de Brest !.

Panique immédiate chez nos contrôleurs aériens, lesquels ne grevaient pas ce jour-là. Ils ont cependant réagi rapidement, « saisissant à la main les informations et les données des avions disparues ».

Tout ça parce que le logiciel opéré par la DGAC avait subitement décidé une « mise à jour » impromptue !

Ce n’est pas la première fois qu’une telle situation se produit. Et pourtant, ce n’est pas faute, alors que le trafic aérien est en augmentation constante, que plus de 11000 vols sont contrôlés quotidiennement, de la part des autorités compétentes de tirer la sonnette d’alarme.

Ainsi, je l’avais déjà mentionné, Vincent Capo-Canellas, honorable sénateur, s’est ému de la situation quasi inquiétante des services de la navigation aérienne française.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Sans hélas grand succès jusqu’à présent. Sans doute faudra-t-il attendre un accident aérien avant de prendre, enfin, des mesures qui auraient de l’être depuis des lustres.

Bien évidemment, parmi les mesures indispensables prônées par l’honorable sénateur, figurent la « modernisation des systèmes de la navigation aérienne ». Une priorité absolue, s’insurge Capo-Canellas, lequel n’y va pas de main morte et je cite un extrait du rapport :

« L’obsolescence des systèmes de la navigation aérienne de la DSNA explique les difficultés à offrir des capacités suffisantes aux compagnies aériennes. Conséquence : le coût du maintien en conditions opérationnelles de ses équipements vieillissants augmente dangereusement.

Il a explosé de 340 % en 15 ans et représente désormais 136 millions d’euros par an. La DSNA a conscience du problème et s’est lancée dans d’ambitieux programmes de modernisation de ses systèmes, en faveur desquels elle investit environ 135 millions d’euros annuels.

Alors que le coût total de ses six principaux projets dépasse désormais les 2 milliards d’euros, un seul d’entre eux a abouti à ce stade, les autres multipliant les retards et les surcoûts.

Le programme 4-Flight, cœur de la modernisation des systèmes de la DSNA dont le coût est passé en quelques années de 500 millions d’euros à 850 millions d’euros, fait l’objet de négociations très difficiles avec Thalès et a vu sa mise en service repoussée à plusieurs reprises. Alors qu’il était annoncé au départ pour 2015, il est maintenant attendu en 2023.

Les grèves des contrôleurs aériens constituent le troisième gros problème auquel la DSNA est confrontée, dans la mesure où les aiguilleurs du ciel français sont à eux seuls responsables pour la période 2004-2016 de 67% des jours de grève du contrôle aérien en Europe et de 96% des retards provoqués par ces grèves.

Par ailleurs, la productivité des contrôleurs aériens français est trop faible en raison d’une organisation du travail qui n’est plus adaptée aux caractéristiques du trafic
».


Lu 1520 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips