TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : la garantie des passagers aériens ? Bruxelles s’en cogne !

L’édito de Dominique Gobert



Il est des moments où il faut quand même être un peu raisonnable et surtout ne pas raconter, ni faire, n’importe quoi. Le transport aérien mondial croit à une vitesse quasi supersonique, tandis que les Etats se contentent de « suivre », sans vraiment bouger. Faut agir maintenant…


Rédigé par le Mercredi 3 Octobre 2018

Bruxelles n’a rien fait. Bruxelles s’est contentée de regarder passer les aéroplanes de ces compagnies improbables venues chasser les passagers avides payer de moins en moins un siège d’avion. - Photo Commission européenne
Bruxelles n’a rien fait. Bruxelles s’est contentée de regarder passer les aéroplanes de ces compagnies improbables venues chasser les passagers avides payer de moins en moins un siège d’avion. - Photo Commission européenne
Exceptionnellement, je reviens sur l’édito d’hier mercredi 3 octobre 2018, consacré à la faillite de Primera Air. parce qu’il est intolérable de lire certaines remarques de commentateurs ignares.

Ryanair, pour prendre cet exemple, a honteusement profité de ce que j’appelle le « manque d’harmonisation par Bruxelles de règles simples ».

Norwegian, laquelle est de plus en plus en mauvaise position, a également profité de cette gabegie de Bruxelles pour s’installer où bon lui semble, sans même faire partie de l'Union. Et, ainsi que je l’écrivais hier, « il suffit » !

IATA, cette « belle » association des transporteurs aériens mondiaux, s’est bien gardé de faire le moindre commentaire sur ces compagnies improbables, qui se sont engouffrées sur le juteux secteur du « low cost », en tentant (puisque les places en moyen et court courrier étaient déjà prises), de galvauder le transport aérien en long courrier.

Sans vision claire, sans perspective et surtout, sans argent. Une trésorerie aussi maigre que les ressources de nos pauvres retraités français, mais avec l’aval et la bénédiction des autorités européennes…

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Et surtout, sans aucune caisse de garantie que même, le gentil petit épicier du fin fond de la Corrèze est tenu de posséder. Bravo !

Bruxelles n’a rien fait. Bruxelles s’est contentée de regarder passer les aéroplanes de ces compagnies improbables venues chasser les passagers avides payer de moins en moins cher un siège d’avion. Lequel a un certain prix totalement incompressible, même à coups de promos ou de marketing débile.

Un autre commentateur cite la prochaine disparition « éventuelle » de Corsair ou XL Airways (ou peut-être les deux). On va pas se voiler la face, c’est tout à fait possible.

D’autant que l’une comme l’autre commencent à souffrir d’une défaillance de trésorerie, sans oublier la "grimpitude" du pétrole qui va finir par dépasser le trou de la sécurité sociale… si je puis me permettre, ce que je fais sans aucune gêne.

L’une et l’autre ne sont cependant pas de « nouvelles venues ». Seulement, pour une compagnie aérienne, respectueuse des contraintes sociales, fiscales et autres billevesées, c’est pas de la tarte. Bruxelles s’en cogne !

L’harmonisation sociale, dont je parlais dans cet édito, pour le moment en Europe, ça nous fait une concurrence totalement distordue.

Comment se battre contre un Ryanair qui se fout de son personnel et de ses droits élémentaires ou d’un Norwegian qui recrute bon nombre de ses collaborateurs en Asie ? Contrée où, comme chacun le sait, la considération sociale n’est pas la première vertu…

Quant aux cartels des grandes compagnies, comme le souligne un commentateur « responsable », si elles arrivent à « se gaver sur le dos des consommateurs qui pourront payer leurs tarifs abusifs », je leur souhaite bonne chance !

Curieusement d’ailleurs, il semble qu’enfin, après une profonde apathie, les ministres des transports de quelques pays européens sortent enfin de leur léthargie.

Lors du dernier sommet de l’aviation, organisé par le Conseil de l’Union Européenne ces derniers veulent (enfin ?) mettre en place un « agenda social dans l’aviation » !

Lire : Aérien : des ministres des transports européens réclament "un agenda social ambitieux"

Je cite : « Les ministres signataires de cette déclaration partagent l’objectif commun de favoriser une connectivité responsable socialement dans le marché intérieur de l’aviation de l’Union européenne, où les droits sociaux sont préservés, la sécurité encore améliorée, et la concurrence fondée sur des conditions équitables ».

Roooh. Le réveil du dragon... ou encore un tigre de papier ?

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1031 fois

Notez



1.Posté par redbar le 04/10/2018 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Monsieur Gobert. Le commentateur « responsable » que vous citez, se permet de compléter votre édito. Les gouvernements ne feront strictement rien! Et encore moins le nôtre. Rappelez vous notre marine marchande. Où est-elle aujourd’hui? Le même sort attend les compagnies aériennes Françaises, (sauf certaines très spécialisées géographiquement). A part aussi Air France pour qui ses partenaires Skyteam, (dont Delta), ne peuvent s’offrir le luxe de perdre un réseau mondial. Il est déjà trop tard pour les autres. Le marché court courrier est perdu, ni Transavia ou Joon ne sauront le récupérer sous les contraintes sociales d’AF. Quant au long courrier, certes, certains comme Primera ont fait des erreurs. Norwegian sera probablement rachetée par une compagnie traditionnelle car elle a déjà construit un réseau robuste et dispose d’avions de dernière génération. Corsair verra ses créneaux à Orly valorisés et pourrait attirer quelques investisseurs étrangers grâce à ses destinations Africaines. XL n’a strictement rien. Mais en même temps les tarifs augmentent sur plusieurs marchés et attisent les convoitises des investisseurs prêts à se lancer dans de nouveaux projets Low Cost de toutes envergures et parfois créatifs. Le cycle recommence, et c’est tant mieux pour le consommateur…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips