TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La trop lente remontée de la Turquie serait-elle exclusivement politique ?

Les lobbies et la politique en cause dans la désaffection des Français



Après une longue période de troubles, la Turquie est moins présente dans les médias et le Président Erdogan fait légèrement moins parler de lui. De quoi rebooster la destination ? Les premiers échos font état d'une belle reprise, toutefois bien loin des chiffres d'avant l'attentat d'Ankara. Mais comment expliquer le lent retour des touristes français dans une destination qu'ils affectionnaient tant par le passé ? Les tour-opérateurs répondent à la question.


Rédigé par le Mercredi 19 Juin 2019

De l'aveu de tous, le véritable enjeu n'est pas sur l'exercice en cours, mais sur le prochain.   2020 doit donner le coup d'envoi du retour massif des touristes sur les rives du Bosphore et en Cappadoce - DR : RP
De l'aveu de tous, le véritable enjeu n'est pas sur l'exercice en cours, mais sur le prochain. 2020 doit donner le coup d'envoi du retour massif des touristes sur les rives du Bosphore et en Cappadoce - DR : RP
Quatre ans après l'attentat ayant fait 102 morts à Ankara, et trois ans après le coup d'Etat raté, les Français peinent à retourner massivement en Turquie, un pays qu'ils ont pourtant porté aux nues dans le passé.

"La Cappadoce a été découverte par les touristes français. Le marché hexagonal est nettement plus lent à reprendre que celui des Italiens ou encore des Belges", souffle Güney Levi, vice-président de Deluks Turizm, un tour-opérateur turc.

Malgré tout, la reprise semble se dessiner, dans des proportions moindres que nos voisins européens. Selon les chiffres communiqués par Valérie Boned, les Français donnent l'impression de s'intéresser de nouveau à la destination.

La secrétaire générale des EdV a dévoilé, lors de la convention en Cappadoce, le baromètre arrêté en avril 2019 : "nous observons une belle reprise, avec une croissance du nombre de passagers de 64% et un accroissement du volume d'affaires de 70%."

De quoi faire pâlir de plaisir bon nombre de destinations, d'autant que les échos font état d'une année 2019 compliquée chez les tour-opérateurs français.

Un optimisme de mise du côté du spécialiste tricolore des rives du Bosphore. "La croissance est là, nous dépassons d'ores et déjà largement notre chiffre de l'année dernière", se félicite Selatt Erdogan, le directeur commercial de Mondial Tourisme.

"Attention, l'été n'est pas encore joué, car nous avons un gros stock avec 60 000 sièges, dont nous avons écoulé environ 60%."

L'embellie ne serait pas communicative à tous les acteurs. "Nous n'avons aucune demande de séjours de la part des agences de voyages pour les groupes" s'exclame Line Seuron, la directrice commerciale de Parfums du Monde.

Comment expliquer cette lente reprise ou ce détournement des acteurs du tourisme ?

La politique, toujours la politique, rien que la politique ?

Si le tourisme de loisirs affiche une certaine vitalité, même en partant de très loin, le MICE a connu un arrêt durable mais annoncé.

"Les entreprises m'ont averti dès 2015, suite à l'attentat d'Ankara, que la Turquie serait sur la liste rouge jusqu'en 2019," rapporte Nurten Keskin Rollier, de l'agence Wisdom & Blue Days Travel.

Cette signalisation plaçant d'office la destination comme infréquentable pendant quatre ans, les groupes à venir en Cappadoce ou dans les autres régions du pays ont été plus que rares.

Et la responsable des réceptifs de poursuivre : "il ne faut pas omettre le fait que des décisions politiques défavorisent certaines destinations comme la Turquie. Surtout que ces choix sont parfois pris sous l'influence de lobbies."

Le ressentiment est assez vivace, non pas contre les Français, comme pourrait le faire penser l'hymne national sifflé lors du match de football contre les bleus à Konya, mais à l'encontre de ses politiques.

Ces derniers privilégieraient des pays où l'attachement est plus fort et surtout où les investissements des entreprises tricolores ont été importants.

Les professionnels du tourisme interrogés s'inquiètent tous du puissant rôle joué par les lobbies.

Le tourisme et la politique sont toujours intimement liés, surtout dans un pays politisé comme le nôtre. Un avis partagé par la responsable du TO Deluks Turizm : "le Français est bien plus sensible à la politique au moment de choisir une destination que bien des peuples."

Toutefois, depuis quelques mois, les projecteurs se sont détournés d'Istanbul, pour se braquer sur Londres ou sur les USA qui sont devenus de nouvelles sources d'inquiétudes.

"Je reconnais un certain calme médiatique en France. N'oublions pas que les médias sont une des causes de la désaffection des touristes français," peste Selatt Erdogan.

Les agents de voyages montrés du doigt

Stigmatiser la politique et les médias serait trop réducteur, il y a aussi un rôle joué par un office de tourisme jusque-là absent et par les agents de voyages.

Après la période délicate suite aux attentats, l'OT de Turquie en France s'est montrée très discrète et sans une présence de tous les instants, la place a été prise par d'autres.

Pour le directeur commercial de Mondial Tourisme "l'OT de Tunisie a été plus performant sur le marché français, puis il ne faut pas perdre de vue que nous parlons là d'un pays francophone, ce qui rassure aussi les Français."

Cette reprise en main de l'organe marketing de la destination se veut salvatrice pour les professionnels qui espèrent tous que la Turquie sera de nouveau présente à la télévision, dans le métro et dans les agences.

D'ailleurs les agents n'ont pas été épargnés par les critiques. Une reprise est aussi une volonté et une connaissance de la destination, face à des objectifs de ventes, les employés des points de vente rechigneraient à la vendre, voire même la proposer.

"Les agents de voyages sont à l'image de leurs clients, ils ne connaissent pas la Turquie.

Nous devons reprendre notre bâton de pèlerin avec l'appui de l'OT pour éduquer et intéresser les AGV
", se veut pédagogue Line Seuron, la directrice commerciale de Parfums du Monde.

La confirmation de la reprise sera-t-elle pour 2020 ?

Si le calme semble s'installer dans les médias et en politique, il devra perdurer pour assurer la confirmation du retour de la Turquie comme l'une des destinations préférées des Français.

De l'aveu de tous, le véritable enjeu n'est pas sur l'exercice en cours, mais sur le prochain.

2020 doit donner le coup d'envoi du retour massif des touristes sur les rives du Bosphore et en Cappadoce, "nous espérons que ce sera l'année de la confirmation", souhaite Nurten Keskin Rollier.

Alors que les signaux positifs se multiplient, le tour-opérateur Deluks Turizm (réceptif pour Pacha Tours, Voyamar, Ailleurs...) a décidé d'affréter en 2020.

"Ce seront plus de 12 000 sièges qui seront bloqués depuis Paris, Lyon, Nantes et Mulhouse", s'enthousiasme Güney Levi. Le TO n'est pas le seul à regarder l'avenir avec avidité, car Mondial Tourisme table sur une même dynamique sur la Turquie.

Mais si les Français ne reviennent pas, la Turquie fera sans eux.

Et la conseillère de TURSAB de prophétiser : "nous pouvons faire sans la France, mais vous avez une place particulière pour nous. Les Français sont très désirés."

Reste à savoir s'ils désirent autant la Turquie ?

Articles sur la convention des EDV Rhône Alpes-Auvergne :


Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2563 fois

Notez



1.Posté par DESSOIGNIES Yvon le 20/06/2019 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Etonnant cet article... je suis agent de voyages en Belgique et la situation n'est décidemment pas la même qu'en France, chez nous la Turquie cartonne et Antalya est en passe de redevenir la toute première destination chartérisée des belges... j'en reviens d'un éductour la semaine dernière, et je peux vous dire que tout était plein partout...

2.Posté par jean pierre le 20/06/2019 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à mr DESSOIGNIES : les belges sont certainement moins sensible à la politique que les français!!!!dans les discussions il est beaucoup parlé de ERDOGAN qui est considéré comme un dictateur.......islamiste et en plus l'hymne national sifflé!!!!,les français pourraient être sensible à l'écroulement de la monnaie turque mais non,quant à moi c'est vrai j'étais à istanbul en avril 2016 et à bodrum en juin 2016 mais il est vrai que je préfère d'autres destinations que la Turquie depuis 2016 et pourtant c'est beau mais ERDOGAN très peu pour moi

3.Posté par ERDOGAN le 20/06/2019 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Yvon, vous avez tout compris ! Quant à Jean-Pierre, j’aimerai lui dire ceci : on n’aime pas forcément Trump mais on ne blâme pas les États-Unis et les America pour autant ..... je vous laisse méditer sur la question car la Turquie dispose d’atouts extraordinaires pour recevoir ses touristes de la plus belle des manières, et je vous assure que si vous pensez qu’à vos vacances en vous rendant en Turquie vous reviendrez enchanté !

4.Posté par jean pierre le 20/06/2019 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mais je suis revenu enchanté de mes vacances en 2016 à Istanbul et Bodrum d'autant plus qu'il y avait déjà à l'époque peu de touristes,j'ai connu une époque où beaucoup de touristes passaient leurs vacances en Espagne sous Franco,tout en insultant franco qui,pendant que les touristes étaient sur ses plages passaient au garrot des condamnés à mort ,mais le portefeuille des touristes étaient plus fort que les condamnations à mort!!!

5.Posté par Soni le 20/06/2019 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est exactement ça, se fermer à un pays pour les idées de son gouverneur est d’une bêtise sans nom honnêtement !!
Vous condamnez par la même occasion un peuple qui n’y est pour rien !
La Turquie est un sublime pays et ne mérite absolument pas qu’on s’y détache...
J’ai d’aileurs hâte d’y retourner...

6.Posté par romain W le 20/06/2019 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des côtes sur bétonnées, des récifs morts sans aucunes vies marines, des resorts tous plus monstrueux les uns que les autres (à part quelques boutiques hotels magnifiques), bref, pas de quoi en faire une montagne de la Turquie. Et oui la Vie est Politique ! donc je propose à mes clients d'autres destinations beaucoup plus proches de mes convictions (car en tant qu'être humain, nous avons notre libre arbitre, n'en déplaise à la diaspora Turque qui s'est largement enrichie pendant des années sur le dos du staff local travaillant dans les hotels, les excursions, pour bien connaitre l'envers du décors de cette destination).

Et oui nous aspirons à changer les mentalités de ces destinations consommatrices de touristes à l'heure où l'environnement, le social sont cruciaux. Laissons le XXème siècle derrière nous, il n'en vaut pas la peine.

7.Posté par ❁yop le 20/06/2019 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Français en ont assez des intégristes de tous poils et en boycottant la Turquie ont choisi de s'esxprimer en votant avec leur porte monnaie. Personne ne peut les blâmer,

8.Posté par Abdelhamid le 21/06/2019 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bon article,moi mêle j y retourne (Antalya,belek),super vacances et super population calme et respectueuse,tout est moins cher et très propre, jugeons un peuple pas une politique et celui que cela répugne bah tant pis pour lui ou elle,cela ne les empêchait pas d aller en Tunisie du temps de Ben Ali ou Maroc car ils fermaient les yeux...mais ça c est la versatilité. D aileurs les Anglais ,Belges ,Allemands,ne sont pas aussi lobotomisés par leur média.

9.Posté par Castor le 29/06/2019 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

Ahhhh le peuple français dont je fais partie qui adore aller en all inclusive pour 600 e dans un hôtel 15 jours dont la seconde semaine a 1 e, danser la macarena et boire ses bières gratuites avant minuit , qui ne fera qu’une seule sortie pour la visite de la ville pour dépenser 3 e pour acheter des bracelets et qui essaiera de négocier le T-shirt de 2e à 1e et qui au retour viendra manger pour 3 au restaurant et qui à son retour en France dira à ses amis : la Turquie super mais bon la population n’est pas cultivée.et le pays pas développé ... cher amis, la Turquie n’a vraiment plus besoin de nous vu le taux de remplissage de ses hôtels et croissance du Tourisme, en réalité les commerçants locaux se foutent royalement de notre retour : il préfèrent un client arabe qui achète en double ou triple avec un pouvoir d’achat supérieur plutôt qu’un français qui cherche à négocier un faux Lacoste et qui a prévu 200e de dépense Max. Quand à la politique, pour ceux qui connaissent réellement la Turquie et non via les médias ou le « on dit », la majorité du peuple adore Erdogan et les 48% restant le déteste... mais en France nous le detestons à 99% et les médias 100%.... alors pour les TO qui ne veulent pas aller dans une dictature qui a multiplié par 3 son niveau de vie, où il y a plus de monuments qu’en Grèce , continuez à emmener vos clients dans les belles démocraties en Égypte, au Maroc en Thaïlande où ils pourront assouvir leur sentiment de supériorité pour revenir en France et dire waow c’etait Magnifique heureusement que nous touristes Français nous sommes là car ils sont pauvres...sur ce j’ai réservé mon vol pour Istanbul via Pegasus car Turkish les vols sont pleins et 600e aller retour, et je vais aller découvrir l’Est de cette belle dictature où il doit y avoir des goulags, des coupeurs de mains, des moustachus avec un couteau près à égorger les passants, et la police d’erdogan dans chaque village. Et à mon retour, je viendrai me plaindre la bouche pleine de ma situation en France, de mon pouvoir d’achat du prix de l’essence et je blâmerais tous les politiques qui décident à notre place notre entrée dans l’euro, qui chaque semaine ont un procès pour les millions volés ,mais qui ne vont jamais en prison, les compagnies du cac qui font de l’evasion Fiscale mais rien de grave au final car je vie en démocratie et que mon pays à un taux d’endettement de 99% et j’ai surtout ma Tv et mes journaux qui répètent toutes les semaines des mensonges mais à force j’y crois.....
Mes amitiés à tous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips