TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Le Liban veut (re) redevenir la Suisse du Moyen-Orient

Objectif de 200000 Français dans 2 ans



Alors que ses pays voisins font la révolution , le Liban affiche une stabilité et tient à le faire savoir. Un workshop réunissant jeudi dernier 13 professionnels nationaux fut l'occasion de faire le point sur l'ascension touristique du Pays du Cèdre.


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Dimanche 6 Mars 2011

«  Pour beaucoup de voyageurs Beyrouth est une ville dangereuse. Mais c'est totalement faux » s'exclame Pascal Brousset, le directeur commercial du réceptif TLB Destinations.

Les touristes, comme certains professionnels, ont tendance à faire l'amalgame avec ce qui se passe dans les pays voisin.

Pourtant, Serge Akl, le directeur de l'office du tourisme est formel. Le Liban ne sera pas contaminé par les révoltes qui embrasent la région. « Notre révolution, nous l'avons déjà faite en 2005 ! »

En effet, six ans après la fin du conflit, le pays du Cèdre est désormais pacifié.

Sa capitale a pansé ses plaies pour devenir une métropole moderne, dotée de toutes les infrastructures nécessaires au tourisme. D'ailleurs, certains n'hésitent plus à la comparer à New-York.

Une destination sûre, au patrimoine culturel préservé ; voilà l'image que souhaite promouvoir l'office de tourisme.

Pour se faire, elle a lancé un nouveau site web en septembre dernier et s'apprête à inaugurer son portail MICE.

Elle étudie également l'opportunité d'une communication publicitaire auprès des professionnels, notamment par le développement d'un e-learning. Elle réfléchit aussi à une campagne de promotion auprès du grand public, dans le métro, les magazines et le web.

Engouement des Français

Près de 300 agences ont confirmé leur présence à ce workshop, 150 sont venues. « Les trois quart d'entre elles n'avaient jamais programmé le Liban » se félicite Serge Akl.

Signe d'un engouement sincère, d'un effet de mode, ou encore d'un palliatif en attendant l'apaisement d'autres destinations du Moyen-orient ?

Dans tous les cas, le pays est la mode. Alors qu'en 2007, plus personne ne le programmait, il est aujourd'hui inscrit au catalogue de 35 TO.

Engouement également du coté des voyageurs, notamment des Français qui furent 139 534 à s'y rendre l'année dernière. Un chiffre en augmentation de 15.9%.

De l'hôtel de luxe au camping bédouin

Si la destination reste haut de gamme, avec de nombreux établissements 4 et 5 étoiles, certaines agences incentives proposent des alternatives moins coûteuses.

Ainsi le réceptif TLB a initié les premiers parcours aventures dans le pays. Il propose de « découvrir le Liban à pieds pour favoriser les rencontres avec la population locale ».

Son directeur commercial, Pascal Brousset, assure d'ailleurs que le pays est moins cher que la Jordanie ou la Syrie limitrophe.

Deux voisins avec lesquels s'organisent de nombreux combinés. Saad Tours, le plus vieux réceptif du pays, estime que 70% des Européens achètent ce type de prestations et restent en moyenne 5 jours au Liban.

Mais ces deux agences estiment que la situation politique actuelle n'est pas favorable à leurs affaires. Aucune annulation n'est à déplorer mais les réservations sont en baisse.

« Nous avons beaucoup moins de visibilité, car les Européens sont attentistes face aux évènements » explique Pascal Brousset. Il espère ainsi que la situation se stabilise très vite et que le Liban retrouve son image de Suisse du Moyen-Orient.

Lu 3929 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias