TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Le groupe SNCF améliore son chiffre d’affaires (+15%) en 2021

Un regain d'activités pour SNCF Voyageurs au 2e semestre 2021



La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a eu un fort impact au 1er semestre 2021 sur l'activité de SNCF Voyageurs - et sur le TGV en particulier - mais le Groupe a connu un rebond dès juin et une excellente fréquentation en fin d’année (avec plus de 3,2 millions de billets TGV vendus pour les fêtes de fin d’année). Au global, le Groupe SNCF a enclenché son redressement l'an dernier, malgré la crise, en réalisant un chiffre d'affaires de 34,8 Mds€ (+15% vs 2020) et en réduisant sa perte nette à -185 M€.


Rédigé par le Vendredi 25 Février 2022

Malgré le fort impact de la crise sanitaire au 1er semestre 2021 sur SNCF Voyageurs et son activité TGV en particulier, le Groupe a enregistré un rebond dès juin et une excellente fréquentation en fin d’année  - DR : JDL
Malgré le fort impact de la crise sanitaire au 1er semestre 2021 sur SNCF Voyageurs et son activité TGV en particulier, le Groupe a enregistré un rebond dès juin et une excellente fréquentation en fin d’année - DR : JDL
Le groupe SNCF a dévoilé, ce jeudi 24 février 2022, les résultats annuels 2021 qui montrent un redressement, malgré la crise avec un chiffre d’affaires à 34,8 Mds€, en progression de +15% vs 2020 (-1% vs 2019).

La marge opérationnelle/EBITDA se redresse à 4,3 Mds€, soit 12% du chiffre d’affaires (contre 6% en 2020) mais reste inférieure aux performances de 2019 (16% du CA).

Encore négatif à -690 M€ sur l’année, le cash-flow libre s’améliore nettement par rapport à 2019 et 2020, sous l’effet combiné d’une maîtrise des frais de structure et de fonctionnement, d’une réduction des charges industrielles, d’un report des projets non essentiels et d’une diminution des charges financières. 

Le résultat net récurrent s’établit à -185 M€ avec 1,1 Md€ d’éléments non récurrents liés à la cession d’Ermewa pour atteindre un résultat net de 890 M€, qui illustre l’exécution de la stratégie de cession d’actifs non-cœur du Groupe.

La dette nette est en forte réduction à 36,3 Mds€ (avant prise en compte de la 2ème tranche de reprise de dette par l’État à hauteur de 10 Mds€ au 1er janvier 2022).

"Grâce à l’engagement et à la capacité d’adaptation de ses collaborateurs et à un pilotage volontariste de l’activité, le Groupe a amorti les effets de la crise sanitaire persistante au 1er semestre 2021, puis enregistré un net rebond de l’activité au 2nd semestre 2021. Le chiffre d’affaires Groupe de 2021 est en ligne avec celui de 2019 et les engagements de la trajectoire financière sont maintenus", indique le Groupe dans un communiqué.

Un rebond dès juin pour SNCF Voyageurs

Le Groupe a pu compter sur sa stratégie de diversification pour compenser les effets de la crise sanitaire, notamment une très bonne performance des activités de logistique et de transport de marchandises tout au long de l’année.

"GEODIS enregistre une croissance forte de son chiffre d’affaires et de sa marge et Fret SNCF termine positif en marge opérationnelle/EBITDA et en cash-flow libre pour la première fois", indique le Groupe.

En parallèle, malgré le fort impact de la crise sanitaire au 1er semestre sur SNCF Voyageurs et son activité TGV en particulier, le Groupe a enregistré un rebond dès juin et une excellente fréquentation en fin d’année (record avec plus de 3,2 millions de billets TGV vendus pour les fêtes de fin d’année, +50% vs 2020), encouragée par une stratégie tarifaire volontariste (carte Avantage) et la poursuite de l’extension de l’offre low-cost Ouigo en France et en Espagne.

En effet, "le transport ferroviaire de voyageurs longue distance a su capter la reprise de la demande voyageurs après la levée des restrictions en mai 2021 (+32% de chiffre d’affaires vs 2020)]i, commente le Groupe.

La nouvelle gamme tarifaire lancée en juin 2021 a favorisé ce rebond et a contribué à compenser le retrait de la clientèle affaires. 3 millions de cartes Avantage ont été vendues entre juin et décembre 2021".

Intercités a développé de nouvelles offres dont le lancement des trains de nuit Paris-Nice en mai. Sur l’année, l’activité reste très en deçà de 2019 (année de référence avant Covid).

La grande vitesse internationale (Eurostar, Thalys et les autres liaisons trans-nationales) a souffert des mesures sanitaires contraignantes mais a su adapter son offre à la clientèle loisirs.

L’exportation de la grande vitesse SNCF en Espagne est une pleine réussite : la ligne TGV low price Ouigo España ouverte en mai 2021 atteint 95% de taux de remplissage.

Pour l’activité Transilien, la fréquentation est ralentie d’un tiers, notamment par l’effet du télétravail. La performance opérationnelle est positive : avec une ponctualité supérieure aux objectifs contractuels et une qualité de service à son plus haut niveau historique. 

Tout comme Transilien, TER a été affecté par les conséquences des mesures sanitaires. L’été 2021 a vu le retour massif de la clientèle occasionnelle, avec une fréquentation globale atteignant 80% de celle de 2019 et +35% par rapport à 2020.

A lire aussi : TER : le premier train hybride français entrera en service en 2023

"Dans un contexte porteur pour la mobilité durable, marqué par l’accueil d’un nouvel opérateur ferroviaire sur le réseau à grande vitesse et l’ouverture à la concurrence du marché des trains régionaux dans certaines régions, le groupe SNCF poursuit la fidélisation et la reconquête des clients voyageurs et accompagne la reprise dynamique des activités de logistique et de transport de marchandises", ajoute le Groupe.

Quelles perspectives pour 2022 ?

Le net rebond au second semestre 2021 conforte les perspectives pour 2022 du Groupe en terme de niveau d’activité.

Combinée à l’effet du plan de relance et à la poursuite des mesures de performance, cette dynamique s’inscrit dans l’objectif d’un cash-flow positif au niveau Groupe en 2022.

Dans ce contexte, le groupe SNCF déploie une stratégie de (re-)conquête des volumes, fondée sur la mise en œuvre d'une politique tarifaire plus attractive et sur la valorisation des atouts du rail en matière environnementale.

Néanmoins, les incertitudes relatives à l’évolution de la crise sanitaire sont persistantes, comme l’a montré la vague du variant Omicron de la COVID-19. De nouvelles restrictions sanitaires auraient mécaniquement un impact sur les trafics domestiques et internationaux.

À l’international, le Groupe se fixe pour objectif de sécuriser les gains de contrats pour KEOLIS et de conserver la dynamique favorable des opérations pour GEODIS. Ces deux sociétés stratégiques continueront à être de véritables relais de croissance et à assurer la résilience et la rentabilité du Groupe.

Dans le cadre d’une politique nationale et européenne, le groupe SNCF contribue à un objectif de doublement des volumes de marchandises et de voyageurs actuellement transportés par train, au service de l’atteinte des objectifs fixés dans la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC).

A lire aussi : Jean-Pierre Farandou souhaite doubler la part du rail

Lu 2131 fois

Tags : SNCF
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias