TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Le voyage devient-il un "attrape-couillons" ?

Étonnant, non ?



Jusqu'où peut-on aller pour faire du tourisme ? Quel degré de risque peut-on atteindre ? Des questions qui divisent alors que deux militaires français et un guide béninois sont morts dans la prise d'otages de deux touristes. Cette tragédie interroge plus largement sur la mise en danger des voyageurs, consciente ou inconsciente. On pense notamment à tous ceux qui, aujourd'hui, sont en quête d'expériences inédites ou de photos uniques à poster sur les réseaux sociaux...


Rédigé par le Mercredi 15 Mai 2019

De nombreux voyageurs recherchent l'expérience unique, le spot où on les voit seul au monde, à poster sur Instagram. Et pourtant, ils ne sont pas si uniques. Alors, quel est l'intérêt ? - DR : Photo Instagram Insta_Repeat
De nombreux voyageurs recherchent l'expérience unique, le spot où on les voit seul au monde, à poster sur Instagram. Et pourtant, ils ne sont pas si uniques. Alors, quel est l'intérêt ? - DR : Photo Instagram Insta_Repeat
La capture, puis la libération des otages au Bénin aura fait couler beaucoup d'encre.

A la rédaction de TourMaG.com, cette histoire - sur le coup - a divisé les journalistes.

Pourquoi ces deux hommes se sont-ils rendus dans une zone à risques ? N'auraient-ils pas dû s'adresser à des professionnels pour organiser leur voyage ?

Le risque encouru en valait-il la peine ? N'y a-t-il pas d'autres endroits sur Terre tout aussi magnifiques à visiter ? Des alternatives au Parc de la Pendjari existent-elles ?

Et de l'autre côté : n'y a-t-il pas toujours une part de risque dans le voyage ? Est-on plus à l'abri à Paris ou à Washington qu'au Bénin ou au Sri Lanka ?

Doit-on céder à la peur et déconseiller davantage de régions du globe, au risque de porter préjudice aux économies locales, qui tentent de vivre du tourisme ?

On ne va pas refaire ici le débat. Les médias grand public, le Quai d'Orsay, les Entreprises du Voyage ou encore les tour-opérateurs s'en chargent très bien, chacun prêchant, au passage, pour sa paroisse.

Des cours d'éducation civique au tourisme ?

Mais la question que je me pose, plus largement, est de savoir si l'on ne pourrait pas mieux éduquer les touristes ?

Ne pourrait-on pas, à l'inverse de ce que nous chantait Brassens dans Le temps ne fait rien à l'affaire ("quand on est con, on est con"), rendre les voyageurs plus prudents, plus raisonnables, voire civilisés ?

Faut-il rajouter un chapitre "tourisme" dans les cours d'éducation civique des collégiens ?

Car où sont passées les notions d'ouverture d'esprit, de partage, de découverte et d'échanges dans le voyage aujourd'hui ?

Le concept d'expérience, qu'on nous vend à toutes les sauces, serait-il en fait un "attrape couillons" ? Je m'interroge...

Surtout quand on voit les mesures que certains pays ou villes sont obligés de prendre vis-à-vis des touristes.

Voilà déjà quatre ans que la Russie a publié un guide des "selfies sans danger" suite à une série d'accidents mortels.

On pense aussi au milliardaire chinois Wang Jian, cofondateur de HNA, qui a mortellement chuté alors qu'il visitait le village de Bonnieux dans le Luberon.

Instagram, une belle connerie ?

Et que dire de l'effet Instagram que les sites touristiques finissent par tant redouter ? #Insta_Repeat

En Norvège, le rocher de Trolltunga, surplombant de 700 mètres le lac du Ringedalsvatnet, attire plus de 100 000 personnes par an, contre 500 il y a 10 ans.

Parfois, la queue peut durer une heure pour prendre la pose !

Pour parvenir sur le site, la randonnée dure entre 10 et 12 heures (27 kilomètres), autant dire que tout le monde n'arrive pas au bout.

Les secouristes de la zone ont d'ailleurs décidé d'alerter sur ce phénomène et Visit Norway multiplie les conseils de sécurité sur son site web.

Jusqu'où les touristes sont-ils prêts à aller pour "consommer du voyage" ?

Quel intérêt de collectionner les pays, comme on le faisait pour les timbres ou les images Panini ? Et, parfois, de se mettre réellement en danger pour se démarquer du lot ?

La quête de la plus belle photo, de l'expérience unique, de l'aventure inédite ne rendrait-elle pas les touristes tout simplement cons ?

Tiens, le tourisme dans les bidonvilles, on en parle ?

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3762 fois
Notez



1.Posté par Christian Jean le 16/05/2019 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

« Parfois, la queue peut durer une heure pour prendre la pose ! »


Un touriste prend des photos de lui, il est par essence l’intérêt du voyage, certes le débat entre « touristes » et « voyageurs », n’est pas nouveau mais il demeure (toujours plus) d’actualité …

Cordialement.

2.Posté par agvfan le 16/05/2019 11:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce serait intéressant d'interroger les "ex-otages " du burkina (quoi que ces temps-ci ça doit être compliqué pour eux) : quelles étaient leurs motivations ? (effectivement si c'est juste pour faire un safari il y avait mieux ailleurs); sont-ils passés par une agv en France ? un réceptif local ? ni l'un ni l'autre ? (rien vu dans la presse...) .
Sinon, les "pros" du voyage ont sans doute un rôle à jouer : pour un ou deux (genre JF Rial) qui prennent régulièrement position sur les questions soulevées dans cet article, quid des autres généralement muets ? : évidemment , le risque existe de scier la branche sur laquelle on est assis, mais on apprécierait que les têtes pensantes de la profession s'expriment sur d'autres sujets que la répartition des commissions entre TO et distributeurs, où l'avenir du BSP...

3.Posté par Julien Libert le 16/05/2019 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sujet extrêmement intéressant. J'ai fait la randonnée de la Trolltunga l'été dernier. Pourquoi ? Parce que depuis adolescent, je suis fasciné par la culture scandinave et que le mythe du Troll est encore tellement ancré dans la culture norvégienne que cette randonnée revêtait un parcours presque mythique à mes yeux. J'avais repéré cette randonnée il y a 5 ans, c'était le parcours du combattant pour trouver des infos. Aujourd'hui, il goudronne le sentier ! Cela n'arrangera rien... J'ai d'ailleurs exprimé mon point de vue dans l'article que je lui ai consacré sur mon blog : https://www.sentiersduphoenix.be/randonnee-de-trolltunga-norvege-du-sud/
Je vous invite à aller lire mon avis sur le sujet ;)
Au plaisir !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips