TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Léa : "On nous a qualifié de warriors... désormais, nous sommes des héros !" 🔑

La life de Léa, l'agent de voyages



Si en octobre et en novembre, Big-Boss Voyage a fait plus de chiffre que lors de n’importe quels mois d’octobre et de novembre, le mois de décembre a été très mauvais... Mais Léa, qui fêtera ses 20 ans de comptoir en 2022, garde la pêche et croit aux lendemains qui chantent… Surtout en voyant, depuis l’été 2020, entrer à l’agence une nouvelle clientèle, plus jeune, plus informée, soucieuse de ne rien laisser au hasard pour réussir ses voyages. L'occasion de redonner ses lettres de noblesse au métier ?


Rédigé par Léa le Jeudi 13 Janvier 2022

Léa : "Depuis 20 mois, nous, les petites abeilles laborieuses des agences de voyage, les petites mains du tourisme, nous faisons, défaisons, refaisons, expliquons, rassurons, cherchons, vérifions, fast-checkons…" - DR : RAF
Léa : "Depuis 20 mois, nous, les petites abeilles laborieuses des agences de voyage, les petites mains du tourisme, nous faisons, défaisons, refaisons, expliquons, rassurons, cherchons, vérifions, fast-checkons…" - DR : RAF
J’ai été plus que discrète depuis la rentrée, parce que, au risque de me répéter et de passer une fois encore pour une fille prétentieuse, voire mytho, j’ai travaillé comme une folle de juillet à novembre. Et j’en suis très heureuse.

Je suis peut-être d’un optimisme béat mais, freinant mes ardeurs de communicatrice, j’ai attendu pour vous donner des nouvelles d’être certaine que Big-Boss Voyage renouerait avec ses chiffres de l’avant-crise.

En octobre et novembre, nous avons fait plus de chiffre que lors de n’importe quels mois d’octobre et de novembre. Alors, après un mois de décembre désastreux pour le voyage en général et pour le voyage au Maroc et à l’Île Maurice en particulier (qui sont les deux principales destinations de l’agence), je reprends la plume pour vous raconter ma life... mais surtout pour envoyer soutien, courage et amour à mes sœurs agents de voyages (et à nos rares homologues masculins).

Oui, je le dis avec peine mais sans honte : décembre a été très mauvais chez Big-Boss Voyage.

J’ai hésité à reprendre la plume pour TourMaG mais j’ai reçu quelques messages privés où des agents de voyage me disaient que je leur manquais… et puis j’ai lu sur les réseaux sociaux des messages du style « mais pour qui roule Léa ? » qui m’ont fait mal.

"Je roule pour vous, les agents de voyages"

Eh ben figurez-vous que je roule pour vous, les agents de voyages. Patrons, indépendants, chefs d’agence, piliers du comptoir, vendeurs… à chaque fois que j’attaque un nouveau chapitre de mon blog, c’est pour vous.

Depuis 20 mois, nous, les petites abeilles laborieuses des agences de voyage, les petites mains du tourisme, nous faisons, défaisons, refaisons, expliquons, rassurons, cherchons, vérifions, fast-checkons…

On nous a qualifié de warriors ; désormais nous sommes des héros. Dommage que nous soyons les seuls à nous en rendre compte.

J’entre en 2022 dans ma vingtième année de comptoir. Formulé autrement, figure-toi que j’ai donc passé la moitié de ma vie à conseiller et influencer des futurs vacanciers, vendre des voyages, vérifier des passeports et faire souscrire des contrats d’assurance-voyage (liste non limitative).

J’aime passionnément ce métier que je n’ai jamais envisagé de quitter même depuis mars 2020.

Parfois, des copains me demandent comment je garde la pêche. Je ne saurais répondre avec exactitude, mais si j’ai survécu professionnellement aux années 2020 et 2021, je suis armée pour les années qui viennent, non ?

Des départs choisis ou subis ?

J’ai pourtant l’impression d’être l’une des dernières des Mohicans...

Beaucoup d’agents de voyages « seniors » n’ont pas attendu d’être vieillis, usés ou fatigués, pour quitter le navire.

Ceux qui ont ces derniers mois tourné la page du monde du tourisme, l’ont-ils fait de gré ou de force ? J’ai essayé de comprendre si leurs départs étaient choisis ou subis, ça n’a jamais été très clair.

Parfois, on t’explique un peu gêné un truc du genre « ma boite a lancé un plan de départs volontaires et je pouvais partir avec un joli chèque ; j’ai réfléchi et je me suis dit que c’était l’occasion de me poser un peu, de réfléchir à ce que j’avais envie de faire avant de rebondir ailleurs ».

Certes, après plus de 10 ans de boite, les indemnités légales de licenciement ne sont pas complètement ridicules, tu peux les faire arrondir si ton boss t’accorde une rupture conventionnelle…

Si tu quittes ton entreprise au printemps ou en été, tu peux te dire que c’est pas mal de prendre quelques mois de vacances pour t’occuper de tes gosses ou faire avancer une cause qui te tient à cœur… avant de commencer une formation. Mais après ?

"Top Resa a été sinistre"

J’ai déjà écrit ici à quel point je me désole de voir des gens talentueux quitter notre profession.

Personne ne l’a formulé ainsi, mais cette année, Top Resa a été sinistre. Franchement, j’ai l’impression qu’on a tous fait semblant, sans même se l’avouer à nous-même.

Début octobre, on était dans le pic de la reprise, avec de belles ventes de l’arrière-saison, les dernières minutes de la Toussaint et de très beaux bookings pour Noël.

Certes, il n’était pas facile pour les exposants de se décider à investir dans un stand, ni pour la distribution d’envoyer son personnel, ne serait-ce qu’une journée au salon.

On a évidemment retrouvé des têtes connues, souvent plus soulagées qu’heureuses « d’être là » mais la fatalité semblait peser sur les épaules de certains : « pour combien de temps, encore ? ».

Une nouvelle clientèle, plus jeune, plus informée

Depuis 20 ans que j’ai embrassé ma carrière, je n’ai cessé d’entendre que notre métier était ringard, qu’il ne collait pas aux attentes des voyageurs et qu’on allait tous crever.

Il faut dire que je suis arrivée au moment où Air France supprimait ses commissions. Mais je crois aux lendemains qui chantent…

Depuis l’été 2020, nous voyons entrer à l’agence une nouvelle clientèle, plus jeune, plus informée, soucieuse de ne rien laisser au hasard pour réussir ses voyages.

Une clientèle exigeante mais qui reconnait davantage l’expertise des « vieilles du tourisme » dont je fais désormais partie. Autrement dit, des vendeurs de toujours, qui ont roulé leur bosse, bénéficient d’une expertise terrain rodée, ont la chance d’avoir un bon carnet d’adresses qui permet de débloquer des situations perdues d’avance, de trouver la dernière chambre dans le meilleur hôtel à des dates impossibles.

Les clients se refilent notre téléphone comme on transmet sous le manteau le numéro d’un ophtalmo « aux doigts de fée » ou d’un dermato qui peut te trouver un créneau dans la semaine, alors que sur Doctolib, il affiche complet pour les 6 prochains mois…

Alors, j’en appelle à toutes les bonnes volontés pour redonner ses lettres de noblesse à ce métier que nous avons tant aimé.

Bonne année à tous et bonnes résolutions : on s’accroche pour être sûrs de ne rien lâcher !

Lu 2724 fois

Tags : lea, léa
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias