TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Léa : avant l'heure c'est pas l'heure... après l'heure c'est trop tard !

la life de Léa, l'agent de voyages blonde



Dans le monde idéal, il faudrait que les vendeuses soient au garde-à-vous : tous les samedis, entre midi et 14h parce que comme les clients sont en pause-déjeuner et sans doute après 18h puisque là aussi, les gens sont disponibles…


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 29 Août 2010

Léa : avant l'heure c'est pas l'heure... après l'heure c'est trop tard !
Un journaliste (pas un mec de TourMag... un autre...) aurait lancé (comme on jette un pavé dans la mare aux canards) une espèce de bombe : « comment, mais il y aurait des agences fermées le samedi ?? Quoi ?? »

(Je lis entre les lignes parce que j'ai beau être blonde, je ne suis pas complètement idiote : « juste quand les clients sont là, disponible à acheter, quoi… »).

Bien entendu, dans le monde idéal, il faudrait que les vendeuses soient au garde-à-vous :

- Tous les samedis
- Entre midi et 14h parce que comme les clients sont en pause-déjeuner (y’a beaucoup de bureaux dans le quartier où est implantée mon agence)
- Et sans doute après 18h puisque là aussi, les gens sont disponibles…


Un syndicaliste dirait… pas d’accord !

Et je peux comprendre que présenté comme ça, on se braque.. mais l’idée, c’est quand même d’être là en même temps que les clients (qui se plaignent sans arrêt que « mais, comment ça elle n’est pas là Léa » (ben ouais, l’agence est ouverte 49 heures par semaine et on travaille 35 heures par semaine !

Alors statistiquement, on devrait être absentes 14 heures par semaine, moins les éductours, moins les vacances, moins les maladies, moins les formations etc…) les clients ont donc raison : on n’est jamais là !

On doit être 2 à l’agence pendant les horaires d’ouverture tout le temps.

C’est le truc pas négociable. Mais ça, c’est nous qui l’avons réclamé parce que… un client en colère, une envie très très urgente d’aller faire pipi… ça peut être indispensable de ne pas être seule.

Là où le bas blesse (on dit ça ?), c’est que si on récapitule qui est capable de servir à quelque chose le samedi, c’est vite vu : pas Isa, par Big-Boss, pas Max.

Page 2 - On devrait travailler un samedi sur deux… mouais
Page 3 - Rien que d’écrire ça, j’ai pris 500 grammes...
Page 4 - Je suis la fille la plus célibataire de la terre

Lu 6853 fois
Notez

Commentaires

1.Posté par emile EVOIL le 21/09/2010 10:01
Ma chère Léa,

Même si certain bas portent des coutures, il est très rare qu'ils blessent.
Ou alors, l'utilisation que l'on en a fait n'est pas conforme à l'idée classique et bien pensante que l'on se fait d'un bas. Quoi que...

Par contre, le "bat" (barre de bois que l'on posait autrefois sur le dos des mules et autres mulets pour transporter des marchandises) pouvait blesser lorsqu'il était mal fixé. D'où l'expression "c'est la où le bât blesse" quand on a trouvé la cause d'une souffrance...

2.Posté par CHAMBEYRON Dominique le 26/09/2010 20:26
Je me souviens d'un temps,au début des année 1970..., où à l'agence de la CIT (Cie Italienne de Tourisme), Bld des Capucines à Paris, et rue Edouard herriot à Lyon, nous étions ouverts de 12h00 à 20h00 du lundi au vendredi et le samedi de 10h00 à 18h00 !!! Et cela tournait bien, avec de belles ventes !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >





























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex