TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Quelles tendances post-Covid pour le secteur du transport aérien ?

La chronique de Jean-Louis Baroux



Construction aéronautique, écologie, coordination des Etats... Après deux ans de pandémie, quelles tendances se dégagent dans l’univers complexe du transport aérien ? Jean-Louis Baroux, ancien président d'APG et expert aérien, nous dévoile quelques pistes.


Rédigé par le Lundi 14 Février 2022

J-L Baroux : "Le transport aérien va ressortir économiquement plus performant et plus écologique" - DR : DepositPhotos.com, sergeypeterman
J-L Baroux : "Le transport aérien va ressortir économiquement plus performant et plus écologique" - DR : DepositPhotos.com, sergeypeterman
Nous voyons le bout du tunnel.

Il est temps maintenant de se pencher sur les tendances qui se dégagent dans l’univers complexe du transport aérien.

J’emprunte beaucoup de données auprès du cabinet ID Aero dont je ne saurais trop conseiller la lecture de son tableau de bord mensuel, même s’il n’est pas d’un abord très ludique.

Le prodigieux effort de vaccination

Pensons que deux ans après l’apparition de ce nouveau et terrible virus, l’industrie pharmaceutique a été capable de créer et de produire en un temps absolument record suffisamment de vaccins de plusieurs sortes, mais tous validés par l’OMS pour immuniser 60% de la population mondiale.

A ce jour plus de 10 milliards de doses ont été produites, livrées et utilisées.

Plus de 4 milliards d’habitants de la planète ont reçu à ce jour une vaccination complète.

Certains pays comme le Chili ont vacciné la quasi-totalité de leur population : 96,8% pour le Chili mais tout de même 87% pour la Chine.

L’Union Européenne n’en est qu’à 74% tout comme les USA à 75%. A ce jour seule l’Afrique reste à la traine avec 15% de population vaccinée.

Bref, encore un effort, ne serait-ce que pour convaincre les anti-vax et nous aurons la maîtrise du COVID 19 et de ses variants.

Le manque de coordination des Etats

C’est le point faible. Au lieu de coordonner leurs politiques de santé et de mettre en œuvre les recommandations de l’OMS, les Etats ont mis en place leur propre politique sanitaire, ce qui a tué le transport aérien international.

On peut espérer que la leçon sera tirée si d’aventure une autre pandémie devait voir le jour.

Les pays ont massivement soutenu leur transport aérien

Au fond, le transport aérien sort conforté des turbulences par lequel il est passé et au travers desquelles il se débat encore.

En effet les compagnies aériennes ont dans l’ensemble obtenu un soutien massif de leurs gouvernements lesquels ont bien enregistré combien ce secteur d’activité était indispensable non seulement à l’économie mais aussi au prestige des Etats.

Alors bien entendu il a fallu payer un tribut aux écologistes forcenés et dans certains pays comme la France ou l’Allemagne, des mesures administratives ont été prises pour limiter le transport aérien domestique.

Mais au fond elles l’ont été à la marge et il n’est d’ailleurs pas certain qu’elles soient validées par la Commission Européenne.

Le nombre de transporteurs a augmenté depuis 2019

Voilà un paradoxe : plus le transport aérien allait mal, et plus de nouvelles compagnies se sont créées.

Les chiffres sont là. Au cours des 5 dernières années, c’est à dire entre 2017 et 2021, 297 compagnies ont disparu, mais pendant le même temps 495 nouveaux transporteurs ont été créés soit en moyenne presque deux par semaine.

C’est assez dire la formidable attraction de ce secteur d’activité.

Je note d’ailleurs que les mêmes causes produisant les mêmes effets, la venue sur le marché de compagnies dirigées par ceux qui ont amené à la ruine des « low costs » mal gérés, je veux parler de WOW air ou de Norwegian, ne peut qu’être nocive au transport aérien.

Je m’étonne d’ailleurs qu’ils aient pu obtenir le droit d’exploiter des lignes transatlantiques.

La construction aéronautique se porte bien

Les commandes d’avions continuent à prospérer. Certes il y a eu beaucoup d’annulations, mais elles ont été compensées par de nouvelles commandes.

Ainsi en 2021 Airbus a engrangé 771 commandes et 264 annulations pour un solde positif de 507 appareils.

De son côté Boeing fait à peu près jeu égal avec 909 commandes, 430 annulations et un solde positif de 479 avions.

Les livraisons ont repris : 611 pour Airbus et 340 pour Boeing.

Au cours des trois dernières années, 1762 appareils ont été retirés du service mais ils ont été remplacés par de nouvelles machines plus performantes et quoi qu’en disent les grincheux, plus écologiques.

Au fond les tendances sont plutôt positives. Le transport aérien va ressortir économiquement plus performant et plus écologique.

Restent deux petits bémols : le « yield management » tel que pratiqué jusque-là ne semble pas devoir corriger ses excès et on sent poindre de nouveau une certaine arrogance de la part des gros acteurs du transport aérien.

Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 2200 fois

Tags : Baroux
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias