TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Ryanair à nouveau jugée pour travail dissimulé

Ryanair devant la Cour d’appel de Paris les 10 et 11 mars 2022



Selon le SNPL, Ryanair va à nouveau être jugée, les 10 et 11 mars prochains, par la Cour d’appel de Paris pour travail dissimulé par absence de déclaration préalable à l’embauche, entraves aux institutions représentatives du personnel, prêt de main d’œuvre illicite, et également en raison de la fraude organisée à la législation européenne en matière de paiement des cotisations sociales, entre 2007 et 2010, pour ses personnels navigants travaillant en France sur sa base, située à Marseille.


Rédigé par le Jeudi 10 Mars 2022

Ryanair va à nouveau être jugée, les 10 et 11 mars 2022, par la Cour d’appel de Paris pour travail dissimulé - DR : Ryanair
Ryanair va à nouveau être jugée, les 10 et 11 mars 2022, par la Cour d’appel de Paris pour travail dissimulé - DR : Ryanair
Dans un communiqué, le Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) indique que Ryanair va à nouveau être jugée, les 10 et 11 mars 2022, par la Cour d’appel de Paris pour travail dissimulé par "absence de déclaration préalable à l’embauche, entraves aux institutions représentatives du personnel, prêt de main-d’œuvre illicite, et également en raison de la fraude organisée à la législation européenne en matière de paiement des cotisations sociales, entre 2007 et 2010, pour ses personnels navigants travaillant en France sur sa base, située à Marseille".

Ces fraudes lui avaient valu d’être condamnée, le 28 octobre 2014, par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, pour travail dissimulé, entraves et prêt illicite de main-d’œuvre.

Ryanair a été également condamnée à payer à la Caisse de Retraite du Personnel Navigant Professionnel de l’Aéronautique Civile (CRPN) et à l’URSSAF, respectivement, 3 et 4,5 millions d’euros.

"Cependant, la Cour de cassation a cassé cet arrêt, car entre-temps, la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a posé, dans une affaire similaire, des exigences procédurales relatives "à la coopération préalable" entre institutions de sécurité sociale des Etats membres avant toute possibilité de sanction de la fraude par le juge pénal, précise le SNPL.

Pourtant dans ce dossier, une procédure de dialogue entre les institutions de sécurité sociale françaises et irlandaises avait bien été initiée par l’URSSAF. Mais cette procédure avait échoué en raison du refus de l’organisme irlandais de réexaminer la situation et de prendre en considération les éléments portés à sa connaissance par l’URSSAF."

Le dossier réexaminé à la lumière des dernières jurisprudences de la CJUE

La Cour d’appel de Paris est donc appelée à réexaminer ce dossier à la lumière des dernières jurisprudences de la CJUE.

"Cette audience est importante car elle sera l’occasion pour la Cour d’appel de trouver un juste équilibre entre le respect de l’application des principes procéduraux posés par la CJUE et la nécessité absolue de lutter contre et de condamner toute fraude avérée aux législations sociale et du travail, le non respect des droits des salariés et la concurrence déloyale envers les autres compagnies aériennes, qui elles respectent les législations européenne et française applicables, commente le SNPL.

L’enjeu de ce réexamen de l’affaire est également important pour la CRPN et pour l’URSSAF : il apparaitrait injuste et inacceptable que la CRPN et l’URSSAF soient contraintes de rembourser à Ryanair les dommages et intérêts perçus en raison des condamnations prononcées en 2014, simplement en raison d’une procédure peu claire à l’époque des faits et déterminée a posteriori par la CJUE, alors que la fraude est avérée.

Enfin, ce dossier sera aussi l’occasion pour la Cour d’appel de Paris de se prononcer sur le droit au recours effectif des pilotes et de leur organisation syndicale qui n’ont jusqu’à présent aucun moyen direct de se faire entendre dans la procédure préalable entre les organismes de sécurité sociale qui est ainsi exigée par la CJUE. De même, ni les pilotes ni une organisation syndicale ne peuvent contraindre l’URSSAF à initier ce processus pour voir leurs droits respectés."

Lu 1105 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Juillet 2022 - 14:51 Airbus enregistre une super commande venue de Chine







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias