TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Sagrada Familia, Parc Güell : Barcelone, ville d’art et d’architecture

Un patrimoine marqué par la vision de Gaudi



Si tant de monde vient à Barcelone, c’est aussi pour Gaudí et l’architecture moderniste, un intérêt prolongé par les audaces urbaines du quartier de Poblenou et de la façade littorale, reconquise depuis les Jeux Olympiques de 1992. Tour d’horizon des dix monuments les plus emblématiques de la ville.


Rédigé par Jean-François RUST le Mardi 20 Octobre 2015

Quarante trois ans. Gaudí aura consacré ce temps de sa vie à réaliser cette basilique unique au monde - DR : J-F.R.
Quarante trois ans. Gaudí aura consacré ce temps de sa vie à réaliser cette basilique unique au monde - DR : J-F.R.
Sagrada Família, l’unique !

On est d’emblée fasciné par le gigantisme de l’œuvre, les huit tours en fuseau couronnées de pinacles de céramique, la forêt intérieure de piliers arborescents, les voûtes hyperboliques…

Quarante trois ans. Gaudí aura consacré ce temps de sa vie à réaliser cette basilique unique au monde, qui offre une synthèse aboutie de la pratique architecturale de l’artiste.

Le projet, titanesque, se poursuit toujours, chantier improbable où le bruit des perceuses et des scies d’ouvriers, dans les hauteurs, se mêle aux commentaires des visiteurs ébahis.

Il faut s’armer de patience pour visiter la Sagrada Família.

La queue enfle à l’extérieur et permet de jauger l’ampleur des travaux, orchestrés par des grues immenses qui, patiemment, au rythme des dons et des recettes d’entrées, parachèveront peut-être l’œuvre vers 2025.

Casa Batló, un bijou urbain

Considérée par les spécialistes comme la création la plus aboutie de Gaudí, cette maison du Passeig de Gràcia a été profondément transformée par l’architecte, de 1904 à 1906.

Il y ajoute un étage, dessine un toit sinueux recouvert de tuiles évoquant les écailles d’un dragon.

Surtout, il modifie la façade en ajoutant au revêtement de la pierre, de la céramique et du verre.

Ce nouveau concept d’ornement, « révolutionnaire » à l’époque et quintessence de l’art « gaudien », vaut sans doute à la Casa Batló d’être l’édifice le plus illustre du Passeig de Gràcia.

Casa Milà-La Pedrera, la bâtisse fait art

Les courbes, toujours les courbes. Se dressant sur les « Champs-Elysées » barcelonais (Passeig de Gràcia), cet immeuble signé Gaudí, en pierre calcaire, a été construit pour le compte de l’homme d’affaires Père Milà, de 1906 à 1912.

Caractérisé par sa façade ondulante, cette résidence habitée dont on visite d’anciens appartements, au dernier étage, est surtout connue pour son toit-terrasse, ponctué de cheminées sculpturales – un signe distinctif chez Gaudí.

Au milieu de l’immeuble, un puits de lumière ovale éclaire les logements intérieurs, dont les fenêtres supportent des balustrades en fer recyclé joliment ouvragées.

A la fois lieu utilitaire et artistique, « La Pedrera » et ses formes naturalistes témoignent de la pleine maturité de Gaudi, qui lui vaudra d’ailleurs une brouille avec les propriétaires, dépassés par son audace créative.

Parc Güell, le rêve d’un homme

Réunir en un seul lieu vie rurale et urbaine.

Telle était l’ambition de l’industriel Eusebi Güell, dans ces premières années du 20ème s. qui virent Barcelone s’enrichir et s’étendre, comme en témoigne la frénésie constructive du quartier de l’Eixample (l’extension).

Inspiré du mouvement des cités-jardins, Güell confie à Gaudí le soin de réaliser le projet. L’architecte y applique ses principes urbanistiques fait de courbes et de fantaisie.

Le grand saurien en céramique de l’escalier monumental, les colonnes doriques de la salle hypostyle et la place du parc et son fameux banc-balustrade arrondi, en petites mosaïques de céramiques brisées (trencadís) signent, avec d’autres bâtiments aux formes oniriques, une réalisation joyeuse et colorée.

Palau Güell, l’éclatant austère

Près de la Rambla, le Palau Güell (1886-1888) est l’une des premières réalisations majeures de Gaudí.

Palais d’un des patrons de l’industrie catalane du 19ème s., l’austérité extérieure de la bâtisse tranche avec le luxe déployé à l’intérieur.

Le hall central traverse tous les étages et distribue des pièces où le salon, aux faux airs d’église, s’impose avec sa coupole parabolique très haute.

L’atmosphère recueillie de l’habitation, dans laquelle on remarque aussi le sous-sol en brique (les anciennes écuries), tranche avec la lumière qui jaillit sur le toit-terrasse.

Une vingtaine de cheminées revêtues de textures aux couleurs vives, de formes compliquées, composent une avant-scène originale sur les toits du quartier.

Courrez voir ce palais, ouvert au public depuis seulement quatre ans.

Palais de la Musique Catalane, moderniste et identitaire

C’est le fleuron architectural du quartier de la Ribera et la scène musicale barcelonaise de référence.

Édifié dans la veine moderniste par l’architecte Domènech i Montaner entre 1905 et 1908, le bâtiment accueille des centaines de concerts chaque année.

Patrimoine mondial de l’Unesco, le palais à base de briques et d’acier est presque entièrement recouvert à l’intérieur de céramique à motifs floraux.

L’auditorium est son joyau. Dotée d’une acoustique remarquable, surmonté d’une verrière aux vitraux polychromes, il peut accueillir quelque 2 000 personnes pour « jouir de la musique à travers la décoration », selon le vœu du créateur.

Le palais, restauré en 2008, appartient depuis l’origine à la société de chorale Orfeó Català et constitue l’un des berceaux du nationalisme culturel catalan.

Tour Agbar, nouvelle ère

Obus ou suppositoire, c’est selon. Les habitants n’ont pas tardé à affubler de sobriquets cette tour en forme de fuseau qui se dresse dans le « district technologique » de Barcelone, surnommé 22@.

Symbole de Poblenou, ancien quartier industriel dont il reste quelques entrepôts et cafés d’ouvriers, le building de 34 étages s’élève à 144 mètres de hauteur et s’inspire par son profil elliptique des tours de la Sagrada Família, en hommage à l’architecture de Gaudí.

Réalisée par le français Jean Nouvel, la tour Agbar abrite des bureaux et éclate littéralement le soir, lorsque le revêtement extérieur de cristal et d’aluminium, doté de 4 500 dispositifs lumineux, compose une scénographie de couleurs remarquable.

Gehry et son « Poisson »

On distingue sa forme de loin, au bout de l’avenue Litoral. L’immense structure métallique tressée d’acier aux teintes cuivrées domine de 35 mètres le front de mer, juste avant le port olympique.

Reflétant les tonalités dorées du soleil, l’entrecroisement de lames ondulantes protège une galerie commerciale à étages.

L’œuvre a été dessinée pour les Jeux Olympiques de 1992 par l’architecte américain Franck Gehry, entre autres auteur du célèbre musée Guggenheim de Bilbao.

L’Avenida Meridiana au top !

Revisitée par la ligne 4 du tramway, l’avenue qui s’étend jusqu’à la plaça de las Glòries Catalanes et la tour Agbar, au bord de Poblenou, est scandée d’édifices qui incarnent le renouveau architectural de Barcelone.

Au concept dépouillé de l’Auditorium/Musée de la Musique, de Rafael Moneo (1999), répond l’inspiration classique du théâtre national de Catalogne (1996), œuvre de Ricardo Bofill.

Il est jouxté par l’immense et récente ombrière, très contemporaine, du nouveau marché « Encants Barcelona – Fira de Bellcaire », couvrant 33 000 m² d’espaces commerciaux.

S’y tient l’un des plus grands marchés aux puces de la ville. Encore quelques mètres et voici, en face, le bâtiment gris et massif en porte à faux du musée du design de Barcelone (Disseny Hub Barcelona).

Achevé en 2013, l’édifice se veut la vitrine de la création contemporaine, symbole d’une ville en perpétuelle recherche d’innovation.

Sant Martí - Forum, le choix des cultures

Prolongeant au nord la zone olympique, ce quartier littoral vit depuis 2004 une profonde mutation.

La tenue cette année là du Forum des Cultures a impulsé la construction d’équipements parmi les plus spectaculaires de Barcelone.

Au premier rang, le Centre International de Congrès. Il peut accueillir jusqu’à 15 000 personnes.

Face à lui, « l’Edifici Forum » (cabinet suisse Herzog & De Meuron) abrite depuis 2011 sous sa structure spectaculaire en triangle à revêtement bleu, le Musée Blau (Musée des Sciences Naturelles de Barcelone).

Les pieds presque dans la Méditerranée, la gigantesque pergola photovoltaïque (10 500 m² de superficie !) témoigne de la volonté d’une ville de s’afficher en métropole durable et respectueuse de l’environnement.

Adresses pratiques

Agence catalane du Tourisme : www.catalunya.com / www.enviedecatalogne.fr

Office de tourisme de Barcelone : www.barcelonaturisme.com

A LIRE AUSSI : A pied, à vélo... découvrez Barcelone version macadam !

Lu 4062 fois

Notez


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 07:00 Au Salvador, le tourisme démarre



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle