TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo Partez en France  




Sambuy : faute de neige... la station ferme définitivement

Chaque année la mairie doit mettre entre 450 000 euros et 500 000 euros


Une petite histoire de la montagne se ferme, mais un chapitre important pour le ski en France. Après plusieurs exercices déficitaires, la mairie de Faverges a pris la décision de fermer la station de Sambuy. Le dérèglement climatique aura eu l'écrou des remontées mécaniques de la station.


Rédigé par le Mercredi 13 Septembre 2023

Sambuy : un trou de 500 000 euros dans le budget en 2023 - Capture écran
Sambuy : un trou de 500 000 euros dans le budget en 2023 - Capture écran
Voici une page du ski dans les montagnes françaises qui se tourne.

Au-delà du simple cas de la station de la Sambuy, l'évènement est tout un symbole.

En effet, la station ouverte dans les années 1960 et malgré une remontée mécanique permettant de monter jusqu'à 1 850 mètres d’altitude, les touristes ont dû composer sans neige, durant cinq semaines, notamment autour de Noël.

Entre une poudreuse plus récalcitrante à tomber, mais aussi des coûts énergétiques en forte hausse, la mairie n'a eu d'autre choix que de voter le démantèlement des remontées mécaniques.

"La station souffre d'un vrai problème financier auquel s'ajoute un problème climatique", a expliqué Jacques Dalex, le maire de Faverges-Seythenex, à nos confrères de France 3.

Sambuy : un trou de 500 000 euros dans le budget en 2023

Il faut dire que les installations représentaient un véritable gouffre financier pour cette commune de 8 600 habitants. Chaque année la mairie doit éponger les comptes de la Sambuy à hauteur de 450 et 500 000 euros, poursuit l'édile, dans l'Humanité.

Des chiffres amenés à grossir en raison d'un changement à venir de matériel, mais aussi de la hausse des coûts de l'énergie. Le montant des dépenses en 2024 aurait atteint 1 300 000 euros.

La Sambuy ne bénéficiait pas de canon à neige.

A lire : 50% des stations basse et moyenne altitude manqueront-elles de neige d'ici 10 ans ?

D'ailleurs, la station a le mérite de "faire plus de chiffre d'affaires l'été que l'hiver", selon Lionel Muraz, son directeur. Un domaine de 10 pistes de ski, où l'activité était réduite d'un tiers durant la saison hivernale.

En tout, le démantèlement des remontées va impacter une quarantaine d'emplois annuels dans le village.

Alors que la station a définitivement fermé ses portes le 10 septembre, elle va entrer dans une seconde phase à l'automne, celle de la réflexion pour imaginer l'avenir, sans les remontées.

Sambuy : une concertation sur l'avenir de la station à l'automne

Des pistes existent, selon le journal l'Humanité, à commencer par le ski de randonnée lorsque les conditions le permettent ou encore "l’apprentissage de la montagne, la découverte des paysages, de la faune, de la flore, de la minéralogie, de la géologie."

Une décision qui rappelle le cas de Métabief.

La station du Haut-Doubs réfléchit à l'après-ski, alors que d'ici "2030 et 2035, cela deviendrait compliqué pour la station.

Nous nous sommes alors aperçus qu'en dessous de 1 100 m, nous n'avions peut-être pas 20 ans devant nous. Personne, mais absolument personne, ne sait qu'elle sera l'activité ou le business qui remplacera le ski.

La montagne de demain prend du temps pour s'imaginer et se construire. Par contre si, nous restons dans notre pensée unique et notre confort, nous n'arriverons pas à nous adapter,
" nous expliquait alors Olivier Erard, le directeur du Syndicat Mixte du Mont d'Or.

Lu 3569 fois

Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Juillet 2024 - 16:16 Saint-Gervais inaugure l’ascenseur des Thermes










































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias