TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


TUI France veut remettre en vedette Marmara, Lookéa et Nouvelles Frontières

TUI France restera une marque ombrelle



C'est un changement de stratégie que va opérer le nouveau TUI France. Après avoir tenté d'imposer sur le marché français la marque TUI, Hans van de Velde, PDG de la filiale française veut remettre à l'honneur les marques Marmara, Lookéa et Nouvelles Frontières et se concentrer uniquement sur les clubs et circuits. Objectif : coller au mieux aux spécificités du marché français.


Rédigé par le Mercredi 16 Septembre 2020

Hans van de Velde s'est exprimé lors d'une visio-conférence de presse ce mercredi 16 septembre 2020 - DR
Hans van de Velde s'est exprimé lors d'une visio-conférence de presse ce mercredi 16 septembre 2020 - DR
"TUI France ne sera plus utilisée en tant que marque produit", a annoncé Hans van de Velde, PDG de TUI France, lors d'une conférence de presse ce 16 septembre 2020.

Marmara, Lookéa, Nouvelles Frontières, "marques très connues" sur le marché français seront remises à l'honneur.

"Elles vont être plus présentes même si elles n'avaient pas disparu. La marque TUI sera utilisée par les mandataires, en tant que marque ombrelle sur le site, mais il n'y aura plus sur le marché français de produits TUI, les hôtels Robinson, RIU, Magic Life...", a précisé le PDG.

Pour lui, le marché français fait figure d'exception dans le paysage touristique européen.

"Pour résumer en France, les agences ont le pouvoir alors que dans d'autres pays européens, ce sont les tour-opérateurs. Le Groupe TUI n'a pas compris la structure de distribution en France avec le GIE ASHA, Leclerc Voyages... Le marché dans l'Hexagone est difficile, le potentiel de clientèles est réduit comparé à d'autres pays, il faut donc changer le modèle", a expliqué le PDG.

Les offres fermes pour les agences attendues ce vendredi

Ainsi dans le nouveau TUI, la structure tricolore sera en quelque sorte "autonome", les liens avec le groupe seront réduits explique-t-il.

Car le Groupe ne lui a pas laissé le choix. "Nous avions deux possibilités : soit arrêter l'activité, soit montrer que la structure française pouvait être rentable. Je préfère continuer avec une société plus agile, plus petite avec 300 salariés experts que tout arrêter.

Evidemment, les conséquences sont énormes et je regrette cette situation difficile mais nous n'avions pas le choix
", a précisé Hans van de Velde.

Dans un contexte où TUI France n'a jamais gagné d'argent, une vaste restructuration a été engagée. La direction envisage de supprimer 583 postes sur 904.

"Notre vision en avril était qu'en septembre nous n'aurions plus les moyens de payer les salaires", confie le PDG. "Et l'aide de l'Etat était conditionnée à celle de notre actionnaire", rappelle-t-il.

Le réseau de distribution fait notamment les frais de cette restructuration. Les 65 agences "maison" pourraient bel et bien trouver preneur : "nous attendons les offres fermes pour ce vendredi 18 septembre, pour l'instant nous n'avons eu jusqu'ici que des offres non engagées".

Mandataires, salariés et réseaux tiers se seraient ainsi positionnés.

10% du chiffre d'affaires habituel réalisé cet été

En attendant, TUI France doit faire le dos rond en raison du contexte sanitaire et des restrictions imposées par les différents pays.

"Cet été, nous avons réalisé 10% de notre chiffre d'affaires habituel, dont pas mal a été réalisé sur l'Europe", a ainsi déclaré Hans van de Velde.

"Pour l'hiver cela change chaque jour, et certains pays comme le Maroc vont-ils rester fermés ?

En hiver nous réalisons beaucoup de long-courrier. Nous avons déjà imaginé la possibilité de ne réaliser aucun chiffre d'affaires cet hiver. Mais 10% à 20% du volume habituel me paraît une vision réaliste".


Pour le patron de TUI France, la reprise va être très lente : "Nous savons gérer les crises comme celle du volcan par exemple mais avec le covid-19 nous sommes dans l'inconnu."

Pour rappel, TUI Group a affiché une perte nette (part du groupe) de 1,4 milliard d’euros au troisième trimestre de son exercice 2019-2020. De son côté, le chiffre d’affaires s’est établi à 71 millions d’euros soit une chute de 98,5%.

Les yeux sont donc tournés vers l'avenir. "Nous tablons sur une reprise en avril ou mai 2021 pour cet été. Pour le mi-long terme, le marché devrait revenir d'ici 2022. En revanche si le business ne revient pas au printemps prochain je ne sais pas ce qu'il pourrait se passer"... résume Hans van de Velde.

Dans l'intérêt de toute l'industrie croisons les doigts.

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 19003 fois

Notez



1.Posté par Martino180 le 16/09/2020 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hummmm ! ça sent bon la vente par marque avant le départ définitif !!!!!!!!!

2.Posté par mille sabords le 16/09/2020 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Décloisonné les marques pour mieux vendre...et tirer leur épingle du jeux , personne ne s'y trompera..
C'est sans aucun doute la meilleure stratégie pour la paix sociale et en retirer l'argent du beurre s'il en reste..

3.Posté par herve le 16/09/2020 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il aurait fait un sondage auprès des AGV, nous lui aurions dit ça depuis longtemps..... Ces décideurs arrivant des grands écoles de marketing sont vraiment impayables.....

4.Posté par Laur'''agv le 16/09/2020 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dommage d'avoir précipité dans leur chute des marques aussi belles que PDI, Transat...

5.Posté par Brunet le 16/09/2020 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La démarche est plutôt intelligente, je leur souhaite assez de temps pour mettre en place par stratégie. D'avoir un bon positionnement concernant ces trois marques et des objectifs raisonnable pour les deux premières années.
Bon courage,

6.Posté par Marcel le 16/09/2020 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle incompétence !!Quelle méconnaissance du marché français alors que ça fait des années qu ils ont racheté toutes ces marques !!une énième stratégie et pendant ce temps la on licencie depuis des années !

7.Posté par michele drutel le 16/09/2020 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
interressé pour la suite ,notamment de LOOK .

8.Posté par Toto le 16/09/2020 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est une très bonne nouvelle. Même si ça cache probablement une vente par appartement, remettre ces marques franco-françaises bien connues du public est une très bonne chose. Reste plus qu'à trouver un vrai pro ou à en faire revenir un .... et ça peut vraiment payer.

9.Posté par Caroline le 16/09/2020 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Auparavant agences Nouvelles frontières, nous avons été contraints de communiquer comme agence Tui, et rien que TUI reléguant nos belles marques en second plan dans nos discours et argumentaires de vente. Maintenant retour en arrière. Et nos clients dans tout ça ? Comment s’y retrouver. Car oui c’est une sage décision mais sera-t-elle suffisante pour raviver la flamme et surtout leur confiance ... hum hum

10.Posté par Mickaël le 17/09/2020 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel gâchis !

Enfin une stratégie claire et en adéquation avec le marché français.

Mais que de temps perdu !
Quel manque de discernement !

Après avoir trop longtemps insisté à vouloir imposer la marque TUI, ces grands pontes de la direction du n°1 mondial, grands administrateurs grassement payés et loin de la réalité du terrain, viennent enfin d'écouter leurs salariés qui, eux, en bons professionnels, connaissent le marché français et savent depuis toujours qu'il était impossible d'imposer cette marque en éliminant les autres et ce qui faisait leur succès. Que de temps et d'argent perdus! Que d'emploi sacrifiés !

Quel gâchis !

On peut toutefois reconnaître leur réussite pour une chose : éliminer leur plus féroces concurrents en les absorbant pour devenir le n°1 en France. Malheureusement la stratégie d'éliminer les marques était très mauvaise, il aurait fallu garder ce qui marchait pour chaque entité en gardant les marques pour ensuite ajouter et développer le modèle TUI. À vouloir imposer le même modèle trop vite dans tous les pays et en attendre un retour sur investissement rapide on oublie d'écouter ceux qui connaissent le marché local.

Bon courage pour récupérer les clients Nouvelles Frontières, Marmara, Vacances Transat et Look qui sont partis ailleurs depuis longtemps, fuyant cette marque TUI, ne retrouvant pas l'essence des produits des marques historiques.

Et malheureusement pour les salariés, ce n'est pas fini. Ça sent la vente à plein nez avec probablement encore des emplois sacrifiés. Ne nous voilons pas la face, cette dernière stratégie est pour rendre la mariée plus belle. TUI quittera le marché français dans les prochaines années même sans repreneur malheureusement pour les salariés toujours victimes d'un manque de stratégie adaptée au marché. Pourquoi rester sur un marché où il ne peut pas déployer son modèle ? Pourquoi garder une entité multi marques qui ne vendrait ni sa marque, ni ses sièges, ni ses chambres ?
Mais qui pour parier sur cette nouvelle structure basée sur des marques vidées de leur substances et valeurs ajoutées ?

Les rescapés du PSE 2020 continueront, eux, à faire de leur mieux pour tenter de garder leur emploi un peu plus longtemps.

Bon courage à tous, ceux qui partent et ceux qui restent.

Quel gâchis !

11.Posté par Picouleau Eric le 19/09/2020 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la vente a la découpe....vieille méthode.. un grand réceptif parisien a fait la même chose en 2015 ...on essore un max et on voit ce qu il reste financièrement. ! Car humainement il n en reste rien bien sur.....et la marque perd toute attractivité.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 16:10 Aya dévoile sa production hiver 2020-2021





Dernière heure














TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel