TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Tahiti : « la surcapacité fait du mal à toutes les compagnies aériennes »

French Bee, United, Air Tahiti Nui, Air France...



Un peu plus d’un an après l’arrivée de French Bee et de United, la bataille fait toujours rage dans le ciel de la Polynésie française. Alors que le marché aérien a progressé de 20%, c’est aussi l'ensemble de l'écosystème touristique polynésien qui en profite.


Rédigé par le Mercredi 16 Octobre 2019

Jean-Paul Dubreuil et Marc Rochet, à la tête de French Bee, lors du vol inaugural de la compagnie en mai 2018 © PG TM
Jean-Paul Dubreuil et Marc Rochet, à la tête de French Bee, lors du vol inaugural de la compagnie en mai 2018 © PG TM
Un an après l’arrivée de deux nouveaux opérateurs aériens, la guerre commerciale fait plus que jamais rage dans le ciel du Fenua.

En une petite année, le marché des liaisons entre Paris et Tahiti progresse de 20% en capacité.

Plus impressionnant encore, celui des routes entre les Etats-Unis et Papeete gagne près de 30% avec les arrivées de United Airlines en octobre 2018 et de French Bee en mai de la même année.

« Le marché a été stimulé, certes, mais la surcapacité en sièges sur la Polynésie a fait énormément de mal à toutes les compagnies aériennes présentes à Tahiti », résume Michel Monvoisin, à la tête d’Air Tahiti Nui, compagnie qui vient d’achever le renouvellement de sa flotte avec des Boeing 787 Dreamliner et de modifier ses horaires de vols depuis Paris.

Capacité vs coefficients de remplissage

Lors d’une récente conférence de presse, French Bee, la compagnie low cost long-courrier française, a indiqué être passée de 24 à 34% des parts de marchés entre Paris et Papeete en termes de passagers transportés, se basant sur les chiffres de l'aéroport de Tahiti Faa'a.

Avec ses deux A350-900 et ses 3 vols hebdomadaires entre Paris-Orly, San Francisco et Tahiti-Faa’a, French Bee se glisse donc entre Air Tahiti Nui (41%) et Air France (25%).

Cependant, lorsqu’il est question des taux de remplissage des compagnies opérant à Tahiti sur le premier semestre 2019, le classement fait apparaître un autre trio de tête : United, Air France puis Air Tahiti Nui.

« French bee tire un bilan positif de sa nouvelle route lancée en mai 2018 », fait savoir la compagnie française, mettant en avant une hausse de 15% de passagers transportés entre 2018 et 2019 et un coefficient de remplissage de ses avions de 89% sur l'été 2019.

Mais sur tout le début de l’année, le même taux se situerait plutôt aux alentours des 70%, un chiffre que la compagnie ne confirme toutefois pas.

Air Tahiti Nui parle de son côté d’un taux de remplissage de 80% sur la même période.

Forte pression sur les prix

Seule certitude : l’accroissement de l’offre aérienne vers les Etats-Unis et la France exerce une large pression sur les prix, en particulier sur la classe économie.

Seul moyen pour Air Tahiti Nui et Air France de compenser cette guerre du tarif : tout miser sur les classes avant. « Notre nouvelle premium nous sauve la mise, avec des recettes unitaires bien supérieures à celles de l’éco », explique Michel Monvoisin chez Air Tahiti Nui.

Autre crainte commune pour les compagnies françaises : la montée en puissance de United sur le Fenua.

Après avoir annualisé d’emblée sa liaison vers Tahiti, la compagnie américaine s’apprête à positionner un Boeing 787-900 sur la route, soit 100 sièges de plus que sur ses actuels B787-800.

Les bons chiffres du tourisme polynésien

Quoi qu’il en soit, la Polynésie française bénéficie largement de cet élargissement significatif de l’offre aérienne.

Si l’archipel avait accueilli près de 216 000 touristes sur toute l’année 2018, soit une augmentation de 9% par rapport à 2017, l’embellie se poursuit cette année.

Sur la première moitié de l’année 2019, l’ISPF (Institut Statistique de la Polynésie Française) note déjà une augmentation de 14% du nombre de touristes. Pour le seul mois de janvier 2019, la hausse affiche même 31%.

Au second semestre, près de 59 000 personnes se sont pour l'instant rendues sur les archipels polynésiens (+15%) et certains secteurs, comme la croisière, bondissent de près de 40% par rapport à 2018.

Et la hausse se répercute chez l’ensemble des acteurs touristiques locaux : hôteliers (malgré un manque de capacités hôtelières qui bride toujours le secteur), pensions de famille, aéroports…

Ces progressions sont majoritairement portées par les marchés américains et hexagonaux : sur la première moitié de l’année 2019, le nombre de visiteurs français progresse de 23%.

La fréquentation touristique au fenua est désormais équivalente à celle du début des années 2000, note France Info Polynésie.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 16350 fois

Notez



1.Posté par Pierre le 17/10/2019 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tahiti le reve ?
Trop de sièges sur le trajet us tahiti,mais encore plus sur le trajet us paris,avec les nouveaux venus.
La guerre des tarifs va faire rage jusqu'a la regulation naturelle du commerce,et la disparition de
certains acteurs,c'est incroyable le manque de créativité de ces acteurs aériens,on pourrait penser
qu ils ne viennent sur le marché que provisoirement tant que ça marche et bye bye.Car la polynesie
c'est loin et le trajet fatiguant,plus les prix pratiqués sur place,tout cela limite la clientéle.

2.Posté par Paul le 17/10/2019 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Puisque Michel Monvoisin parle de surcapacité, pourquoi ATN ne baisse pas ses fréquences dans ce cas ? Il manque de cohérence entre ses propos et les actions entreprises.

3.Posté par SERGE13 le 17/10/2019 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Du temps où minerve assurait la route, le billet coutait 1500€ a/r. Aujourd'hui on est très en dessus des 1500. Du coup il y aura des perdants.

4.Posté par Tauarii le 17/10/2019 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez moi douter des compétences de Michel MONVOISIN. Loin d'être un visionnaire, il n'a pas préparer ATN a son avenir. De plus, il a privé la Polynésie de millier de touriste par sa politique élitiste ATN. Le rôle d'ATN n'est il d'emmener des touristes ? Il se plaint tout le temps et est à côté de la réalité trop souvent. ATN et les polynésiens méritent surement mieux. Il faut être dynamique, novateur et entrepreneur pour réussir.

5.Posté par Christian Jean le 18/10/2019 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

"Du temps où minerve assurait la route, le billet coutait 1500€ a/r. Aujourd'hui on est très en dessus des 1500."

Sauf qu'à l'époque une baguette de pain coutait 0,45 €, alors le calcul est vite fait.
Cordialement.

6.Posté par darkbloom le 20/10/2019 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Du temps où minerve assurait la route, le billet coutait 1500€ a/r. Aujourd'hui on est très en dessus des 1500."

Sauf qu'à l'époque une baguette de pain coutait 0,45 €, alors le calcul est vite fait.
Cordialement.
Pour avoir connu cette époque (années 1990) Corsair proposait des billets à 100 000 F quand Air France et UTA étaient à plus de 200 000F. La comparaison est toute faite... quel que soit le prix du pain :)

7.Posté par Luc le 22/10/2019 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AIR TAHITI NUI = 4 BOEING 787 et 880 employés...dont un max de GP sur ses propres vols….

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Novembre 2019 - 15:21 Air France relie Lyon à 5 villes avec BlaBlaBus



Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips