TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Aérien : et si dans le monde d'après, les tarifs des billets étaient réglementés par l'Etat ?

L'UNCAF demande au gouvernement d'imposer des tarifs minimums aux transporteurs aériens



La covid a rebattu les cartes d'un secteur en pleine expansion : l'aérien. Alors que les avions sont privés de clients et se retrouvent aussi dans l'oeil de la contestation des citoyens du monde entier luttant contre le réchauffement climatique, l'Union Nationale des Compagnies Aériennes Françaises propose de repenser le transport aérien. Et la mesure phare de l'UNCAF va susciter des débâts, car le syndicat demande au gouvernement d'imposer des tarifs minimums, à 350 euros pour des vols nationaux.


Rédigé par La Rédaction le Lundi 15 Février 2021

L'UNCAF demande au gouvernement d'imposer des tarifs minimum aux transporteurs aériens - Dépositphotos.com Kirill_Savenko
L'UNCAF demande au gouvernement d'imposer des tarifs minimum aux transporteurs aériens - Dépositphotos.com Kirill_Savenko
L'année 2020 sera particulière pour l'aérien.

Alors secteur en expansion et puissant, les compagnies ont pris de plein fouet les fermetures des frontières, puis maintenant les attaques du gouvernement contre son pouvoir de nuisance environnemental.

Ainsi, la semaine dernière, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, demandait à ADP d'abandonner le projet de Terminal 4 de Roissy Charles de Gaulle.

Pour l’Union Nationale des Compagnies Aériennes Françaises (UNCAF) la réduction de l’empreinte carbone et relance des compagnies sont deux sujets compatibles.

Le syndicat propose même des solutions dans la continuité des accords de Paris en matière de réduction des émissions. Le premier sujet à traiter selon l'UNCAF : l'aérien low cost.

"L’appétit féroce des Low Cost pour le marché français a eu pour conséquence une explosion du trafic aérien national et intra européen, sur fond de distorsion de concurrence de par le positionnement des sièges sociaux de ces acteurs du LOW COST dans les pays à fiscalité « complaisante » et incitant certains à parfois bafouer le droit social Français," explique le communiqué de presse.

Des billets à 350 euros minimum pour les vols nationaux

Le syndicat propose de mettre fin au monde d'avant avec ses billets d'avion à 1 euro ou ses allers-retours en Europe à 30 euros. Et si le prix des billets d'avion était encadré ?

C'est la proposion de l'UNCAF qui demande au gouvernement d'imposer des tarifs minimum aux transporteurs aériens, sans une multitude d’exceptions qui anéantiraient les mesures.

Ainsi, l'union propose 350 euros TTC Aller/retour pour les vols nationaux, 450 euros TTC Aller/retour en provenance ou à destination de l’Europe, 550 euros TTC Aller/retour en provenance ou à destination de toutes les autres destinations.

"En imposant cette loi tarifaire, le gouvernement prendrait ainsi une décision forte, saine et utile en matière environnementale et en matière économique.

Mais voilà... Nous abordons le sujet qui fâche… Réduction mécanique du nombre de vols et ralentissement de l’avion pour tous… Par contre, nous sauverions notre industrie, nos emplois, nos compagnies et nous inscririons notre industrie dans une trajectoire compatible avec les accords de Paris.

Certains usagers et même ceux au col vert vont trouver l’idée peu séduisante car cela impactera la démocratisation de l’avion…

Les aéroports vont hurler en expliquant que leurs modèles de développement reposent sur le nombre d'avions et de passagers se posant sur leurs espaces, mais qu’ils ont des tracteurs électriques pour compenser l’impact carbone généré par cette augmentation de trafic tant souhaitée.

La réaction des défenseurs des low Cost sera proportionnelle à la diminution des vols...,
et ce débat doit exister car les vols à perte sont au menu de la reprise, certaines Low Cost l’on déjà annoncé,"
conclut le président de l’Union Nationale des Compagnies Aériennes, Olivier Manaut.

Êtes-vous pour des tarifs réglementés dans l'aérien ?

Lu 2051 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Pierrot le 15/02/2021 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi pas ?
Pourquoi ne pas accepter de payer plus cher nos billets pour sauver la planète si on y croit . Mais si on a pas d’argent... le problème est autre et il faudrait une solution .
Ça se défend toutefois l’idée du prix minimum, mais c’est pas gagné mesdames et messieurs de luncaf , je crois même que vous n’y arriverez jamais !
Mais le débat est suffisamment intéressant pour être lancé afin que les vrais problèmes ressortent ...
C’était ça l’idée ?

Allons y alors !

2.Posté par aline dumontel le 16/02/2021 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
effectivement, je suis assez d'accord sur le principe ; il faudrait interdire que les low cost vendent des billets à 1€, 40€ etc cela dévalorise le produit en lui-même et aussi notre métier de telle sorte que les clients s'imaginent qu'ils peuvent tout avoir pour pas grand chose ! cependant, un long courrier à 550 € c'est trop peu car n'oublions pas que l'on doit tous gagner notre vie et les compagnies avoir un minimum de rentabilité surtout après cette crise mémorable !

3.Posté par Dhaouadi Mihamed le 16/02/2021 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La fixation des tarifs (notamment intetnationaux) par les instances giuvernementales ne risque t il pas d'enfreindre les Lois sur la Concurrence tant vis à vis de la Commission Européenne, qu'en ce qu concerne les pays liés à la France par des Accords Open Sky ??
En ce qui concerne les pays tiers liés par des Accords Aériens Bilateraux le problème ne se pose pas (Règle d'Origine)

4.Posté par Christian Jean le 17/02/2021 08:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

L'UNCAF semble être préoccupée par des considérations environnementales, mais pourquoi ne pas envisager de réformes concernant l’aviation privée et les hélicoptères ?
Ils auraient certainement plus de chance d’être pris au sérieux …

Cordialement.

5.Posté par Pat44 le 17/02/2021 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme si tous les billets d’un vol low-cost étaient à 1eu....

Le conservatisme syndical à la française a encore de l’avenir

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance