TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Aéroports : plus loin, plus haut, plus fort... est-ce bien raisonnable ?

l'Edito de la Jean da LUZ



Voilà, une fausse bonne idée (mais très répandue) : devenir le plus grand aéroport du monde ! Des dizaines voire des centaines de millions de passagers qui se déversent ou transitent chaque année par un giga-Hub y laissant leurs pépètes au passage. Wouahou ! Ce scénario est à l'étude dans de nombreux pays... mais est-ce bien raisonnable ?


Rédigé par le Dimanche 9 Février 2020

Je n’ose imaginer l’empreinte carbone colossale que représenteraient ces centaines de millions de passagers, des équipages, des hôtels et de tous les services et boutiques qui les accompagnent /crédit DepositPhoto
Je n’ose imaginer l’empreinte carbone colossale que représenteraient ces centaines de millions de passagers, des équipages, des hôtels et de tous les services et boutiques qui les accompagnent /crédit DepositPhoto
La construction de megaplateformes aéroportuaires toujours plus gigantesques les unes que les autres, est annoncée un peu partout dans le monde. (LIRE)

Certaines, comme en Turquie, existent déjà et d'autres verront aussi bientôt le jour sur d’autres continents.

De l’Ouest de l’Afrique à l’Islande, en passant par l’Amérique du Sud ou l’Asie, où le nouvel aéroport de Pékin devrait posséder 8 pistes d’atterrissage sur 700 000 m2 à l’horizon 2040 et accueillir plus de 100 millions de passagers par an, tous les pays veulent devenir “le plus grand aéroport du monde”.

Ce gigantisme se justifierait par le doublement prévisible d’ici 2015 du trafic aérien. J’avoue que la logique de cette fièvre bâtisseuse m’interpelle...

Je pensais naïvement (?) que la planète, au bord de la crise de nerfs, à l’heure du Flysgskam et des cris d’orfraie d’une certaine Greta Thunberg, avait besoin (s’il est encore temps) que l’on réduise l’impact environnemental des aéronefs, mais aussi des infrastructures qui les accueillent. Aurais-je loupé un épisode ?

Voilà pourquoi ces projets qui nous renvoient aux années 60/70 de triste mémoire pour certaines destinations touristiques et leur littoral, me laissent perplexe.

Des empreintes carbone colossales

A-t-on mesuré les nuisances engendrées par ces dizaines de millions de mètres carrés de béton jetés en pâture au transport aérien ?

Je n’ose imaginer l’empreinte carbone colossale que représenteraient ces centaines de millions de passagers, des équipages, des hôtels et de tous les services et boutiques qui les accompagnent.

J’emploie à dessein l’imparfait, car il est probable qu’au stade où nous en sommes, certains de ces équipements pharaonesques soient carrément irréalisables et ne dépassent guère l'étape de l’esquisse.

Car non seulement, ils seraient catastrophiques pour l’environnement et la planète, mais ils auraient aussi des effets néfastes sur l’aménagement du territoire.

Ces plateformes polarisent et densifient l’activité économique de certaine zones mais en assèchent définitivement d’autres.

En résumé, on déshabille Pierre pour habiller Paul. Il suffit de voir comment le petit commerce tire le rideau en centre ville face aux grands centres commerciaux en périphérie, pour s’en apercevoir.

Sans compter qu’ils ravivent la flamme de la politique de hub dont on prédisait la fin. Avec de telles plateformes ce seul modèle est possible.

Et il y a fort à parier qu’ils fassent tache d’huile au détriment de la décentralisation et du point à point très apprécié des consommateurs et qui avait gagné un terrain précieux avec l’avénement des compagnies low cost.

Quant on connaît les avatars du maillage du territoire (fer ou air), avec des régions aux dessertes sinistrées, on se dit que ce type de projet c’est vraiment perdant-perdant parce que personne n’a rien à y gagner... pas même ses promoteurs !

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto Instagram
  • picto email

Lu 1467 fois

Notez



1.Posté par Serge13 le 10/02/2020 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment voulez vous faire autrement ? Attaquez vous aux voitures (15% de la pollution) aux animaux (40% de la pollution) mais les avions eux sont indispensables. Et il vaut mieux un giga aéroport que plusieurs aéroports qui proposent la même chose. S'en prendre au transport aérien c'est preuve d'amateurisme niveau écologie. L'avion bashing vous détruira vous les pro du tourisme.... Bien à vous

2.Posté par Voyageurdufutur le 11/02/2020 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Méga aéroports servent le plus souvent de transit ce qui gêne les Air France, Luthtansa. Le nouvel aéroport d Istanbul est superbe on circule mieux contrairement a l ancien. Celui en projet en Ethiopie est plus surprenant ! Celui de Pékin rien de choquant vu la taille du pays...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips

Crise climatique