TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Bretagne : Moncontour, un passé de ville-centre au patrimoine splendide

Le charme du Moyen Âge



En Bretagne, l’ancienne capitale des toiliers dévoile un beau profil médiéval. Si le tissu a fait sa fortune, elle a aussi rayonné dès le 12e siècle comme cité militaire. Son passé lui a légué un joli patrimoine. C’est aujourd’hui une Petite Cité de Caractère et un des Plus Beaux Villages de France.


Rédigé par Jean-François RUST le Jeudi 24 Décembre 2020

Les rues et venelles sont jalonnées d’hôtels particuliers en granit aux portes à frontons sculptés, de maisons à pans de bois à croix de Saint-André ou à motifs en feuilles de fougères, toutes bâties par les riches négociants d’alors - DR : Édouard Hue, Wikicommons
Les rues et venelles sont jalonnées d’hôtels particuliers en granit aux portes à frontons sculptés, de maisons à pans de bois à croix de Saint-André ou à motifs en feuilles de fougères, toutes bâties par les riches négociants d’alors - DR : Édouard Hue, Wikicommons
L’Argoat breton n’est pas avare de sensations. Ainsi de Moncontour, dans les Côtes d’Armor.

Moins célèbre que d’autres villages, en raison d’une position plus isolée, ce bourg de 900 habitants au sud de Saint-Brieuc possède un passé de ville-centre dont témoigne un patrimoine splendide.

Parlons du site. Perché sur sa colline rocheuse, Moncontour domine un pays vallonné vert et humide comme la Bretagne en possède tant, dès que l’on quitte les rivages océans.

On la voit de loin et c’est pourtant de près qu’elle livre l’étendue de sa richesse.

Poterne Saint-Jean et tour Mognet

Fondée au 11e s., la citadelle fut d’abord une place forte défensive, âpre à empêcher les tentatives d’intrusion vers le Penthièvre et Lamballe, sa capitale située au nord.

De cette période, elle conserve d’imposants remparts des 13e et 14e s. Bien que démantelées en partie en 1626 sur ordre de Richelieu, les murailles constituent toujours l’ADN de la cité.

A l’intérieur des remparts, percés de la poterne Saint-Jean et où subsiste la tour Mognet, Moncontour révèle qu’elle fut autre chose qu’une simple place de soldats du duché de Penthièvre.

Après avoir subi maints assauts, la cité se reconvertit, à l’image de sa voisine finistérienne Locronan, dans le commerce de toiles de lin et de chanvre, le réputé berlingue.

Hôtels particuliers en granit

Par les ports de Saint-Malo et de Lorient, il était exporté en Espagne et même aux Indes !

Jusqu’à la révolution industrielle, cette période de prospérité se concrétise par l’édification de nombreuses maisons bourgeoises, ainsi que de l’hôtel de ville et de l’église.

Voilà ce que découvre le promeneur en parcourant les ruelles médiévales du village.

Depuis les remparts, longés en empruntant la rue de l’Eperon, les rues et venelles grimpent gentiment ou durement jusqu’au faîte du bourg.

Elles sont jalonnées d’hôtels particuliers en granit aux portes à frontons sculptés, de maisons à pans de bois à croix de Saint-André ou à motifs en feuilles de fougères, toutes bâties par les riches négociants d’alors.

Lignes électriques enterrées

Des exemples ? Les demeures de la place Penthièvre ; celles des rues du Temple et des Dames ; les deux maisons de la rue du Docteur Sagory ; celles à colombages du Martray, place où étaient exposés les condamnés à mort ; l’hôtel Clézieux ; l’ancien hôtel Vieillet-Dufrêche ; l’hôtel de Kerjégu (17e s., actuel Hôtel de Ville).

Même l’église Saint-Mathurin, aux influences italiennes et flamandes, témoigne de la richesse de la ville. Ses vitraux du 16e s. sont parmi les plus beaux de Bretagne.

Stimulée par le tourisme culturel et soucieuse de protéger son patrimoine, Moncontour a fait enterrer les lignes électriques et interdit les enseignes lumineuses.

Le soir, les remparts s’illuminent de lumières colorées.

Fief de la chouannerie

La visite ne serait pas complète sans évoquer deux sites. Fief de la chouannerie, Moncontour abrite un musée (actuellement fermé et qui ne rouvrira qu'après déménagement et restructuration courant 2022) consacré à ce soulèvement.

Durant la période révolutionnaire, la demeure des Latimier du Clézieu, place Penthièvre, accueillit le général républicain Hoche, qui y rencontra plusieurs chefs chouans en 1795.

Le Théâtre du Costume, lui, est une création privée d’une costumière à la retraite. Il abrite dans une seyante maison à pans de bois des pièces du 16e au 19e s., des chapeaux, des bijoux et des accessoires.

La visite du village peut se clore par une balade dans la campagne.

Depuis la cité, le chemin qui mène en sous-bois à la chapelle Notre-Dame-du-Haut, dévoile, en 20 minutes de marche, la splendide solitude perchée de Moncontour, héritière d’une étonnante Histoire.

Pour aller plus loin : Office de Tourisme Cap d'Erquy Val André

Lu 2628 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.








Dernière heure



































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance